GR

 

À la suite de l’annonce, le 30 juin, par le gouvernement gabonais, de la reprise des vols commerciaux à partir de ce 1er juillet, l’ambassadeur de France au Gabon a précisé un certain nombre de points relatifs à l’accès dans l’espace Schengen, plus précisément dans son pays.

Philippe Autié, ambassadeur de France au Gabon, ministre plénipotentiaire. © atlantic-club.org

 

Ainsi qu’annoncé par le Premier ministre, Julien Nkoghé Békalé, la reprise des vols commerciaux, au Gabon, s’effectuera dès le 1er juillet. Pour aider la compréhension des potentiels voyageurs et relayer les mises en garde nécessaires, l’ambassadeur de France au Gabon, Philippe Autié, a décliné, à travers une note parvenue à Gabonreview et authentifiée par les services idoines, quelques points bons à savoir.

Naturellement, la réouverture des vols commerciaux met fin aux vols spéciaux organisés par la représentation diplomatique française à Libreville. Celle-ci informe à l’occasion que sa cellule de réponse téléphonique ferme dès ce 30 juin. Philippe Autié souligne cependant que «la réouverture des vols commerciaux ne modifie pas les règles d’accès aux territoires gabonais et français». Pour l’heure et jusqu’à nouvel ordre, la primauté de l’accès au territoire français est réservée aux citoyens français et aux ressortissants de l’Union européenne (UA), de l’espace Schengen et du Royaume-Uni, à leur conjoint ainsi qu’aux ressortissants d’autres pays, notamment du Gabon, s’ils ont pour pays de résidence permanente la France.

Le chef de la mission diplomate française avise par ailleurs que les ressortissants non Européens et non-résidents peuvent embarquer sur des vols atterrissant en France s’ils y ont une correspondance immédiate hors de l’espace européen.

Dans la perspective d’un élargissement progressif de ces conditions d’entrée dans l’espace Schengen, indique Philippe Autié, le consulat général reprendra graduellement, à compter du 13 juillet, la délivrance des visas suspendue le 17 mars dernier. «Dans un premier temps seront concernés les cas suivants : motif familial pour établissement en France (conjoint étranger de ressortissant français ou européen, enfant mineur d’un conjoint étranger de ressortissant français ou européen, regroupement familial), études en France, titre de séjour ou visa long séjour», a informé le ministre plénipotentiaire, ambassadeur de France au Gabon.

Le diplomate souligne, par ailleurs, que la reprise des vols commerciaux ne signifie pas la fin de l’épidémie du Covid-19. De ce fait, le «respect des gestes barrières et de la distanciation sociale s’imposent plus que jamais à chacun, dans l’intérêt de tous».

Pour rappel, les compagnies aériennes desservant le Gabon ne sont autorisées, chacune, qu’à deux vols par semaine. Ces fréquences sont susceptibles d’évoluer en fonction de la dynamique de la pandémie du Covid-19 dans le pays.

 
GR
 

7 Commentaires

  1. Be dit :

    Le chef a parlé!
    Ce que JNB a dit n’etait pas claire😀

  2. Lewaka dit :

    Si les gabonais non résidents en France ne doivent pas se rendre en France ou dans l’espace Schengen, les Français et Européens ne devraient pas avoir le droit d’entrer sur le territoire Gabonais, par principe de réciprocité.

  3. le Nouveau dit :

    Et comme des européens de l’ Espace Shenguen habitent aussi au Gabon, il est normal qu’ils puissent en partir et revenir
    de même que les gabonais habitant l’ espace Shenguen
    Donc arrêtez la paranoia, bien sur qu’il y a réciprocité et qu’il faut que les échanges reprennent au plus vite

  4. le Nouveau dit :

    Vous parlez de réciprocité Lewaka, alors soyez juste
    les français ou européens non résidents ne doivent pas venir mais ceux qui y résident oui
    d’ où la reprise des vols

  5. Daniel dit :

    Bonjour pour faire simple restez chez-vous nous également nous restons chez nous et faites des bénéfices avec Air France chez vous pas en Afrique… Franchement qui est plus malade que qui ? Vraiment les français vous sortez d’une bande dessinée.

  6. muma dit :

    Mais je ne comprends pas. je ne sais pas si le gouvernement connais la. souffrance de son peuples en ce moment??? ouvrir les frontières et mettons les mesurés barrières, au lieu de fait ce que vous faites la. c’est vrai que la santé d’abord mais pensé à la population

Poster un commentaire