HABANA

La cheffe de la délégation de l’Union européenne (UE) à Libreville, Rosario Bento Pais, a échangé, le 13 janvier, avec le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda. Les échanges ont porté sur le dialogue politique intensifié entre le gouvernement gabonais et l’UE.

Rose Christiane Ossouka Raponda et Rosario Bento Pais, le 13 janvier 2020 à Libreville. © D.R.

 

Le dialogue politique intensifié, a une nouvelle fois, été au centre d’une audience entre le Premier ministre, Rose Chritiane Ossouka Raponda, et la cheffe de la délégation de l’Union européenne (UE), Rosario Bento Pais, à Libreville. Ce 13 janvier, les deux personnalités ont abordé ce sujet d’intérêt commun, notamment après le dernier communiqué publié le 4 janvier, à l’issue de la réunion entre les deux parties, le 18 décembre 2020.

Après la phase intensifiée du dialogue politique entre le gouvernement gabonais et l’UE, place désormais au dialogue normalisé, conformément à l’Accord de Cotonou. Toutefois, cette normalisation ne rencontre pas l’adhésion de toutes les parties, notamment celle de  la Coalition pour la nouvelle République (CNR) constituée autour de l’opposant Jean Ping. Elle avait sévèrement critiqué le communiqué publié par l’UE le 4 janvier. Selon la CNR «ce communiqué se prête simplement à une manipulation complice et déshonorante qui abuse la victime, c’est-à-dire le peuple gabonais, au bénéfice du bourreau, rôle dans lequel excelle le régime gabonais depuis plus de quatre ans».

Le Premier ministre assure, sur sa page Facebook, qu’ils ont fait le point sur le calendrier et le contenu du dialogue à venir dans le cadre de l’accord de Cotonou, ainsi que sur la partie du cadre financier pluriannuel européen pour la période 2021-2027 susceptible de concerner notre pays. «L’Union européenne est un partenaire important pour le Gabon qui reste ouvert à toute coopération mutuellement profitable dans le respect de la souveraineté de chacun», a précisé Rose Christiane Ossouka.

La délégation européenne indique qu’elle est également ouverte à toute coopération mutuellement profitable dans le respect de la souveraineté de chacun. C’est dans ce sens que sa diplomate a évoqué la mise en place d’un agenda et abordé les sujets de la nouvelle programmation et du budget 2021-2027. Cette mission est importante, a souligné Bento Pais, qui précise que l’UE souhaite poursuivre ce dialogue politique en toute ouverture et dans un esprit de confiance et de respect mutuel, sur la base des principes, valeurs et engagements communs.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    L’Union Européenne est une MERDE qui n’attend que profiter des richesses du Gabon autant que la pourriture France ou Quai d’Orsay. Ils s’en foutent éperdument des familles qui ont perdues un des leurs au QG du président élu Jean Ping.

    Qu’est ce qu’on a à FOUTRE avec vous, avec vos dialogues à la CON. Ça fait plus de 50 ans que ces Bongo (aujourd’hui Valentin) que vous avez imposés aux gabonais fraudent les présidentielles avec votre soutien, et à chaque fois il y a morts d’hommes, arrestations arbitraires. Et ça, vous voulez nous faire croire que vous n’avez point d’yeux pour voir ? ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE. A Ntare Nzame !!

    Sachez qu’on en a que FOUTRE vos dialogues à la CON. Tout le temps vous nous nous invitez à dialoguer avec des voleurs, des usurpateurs, des assassins, et vous pensez VRAIMENT que ça c’est acceptable ? BANDE DE VOYOUS QUE VOUS ÊTES.

    Question: avez-vous dialoguez avec Hitler qui avait envahi la France et quasiment toute l’Europe ? Non madame !! Il fallait même que vous veniez nous chercher en Afrique pour combattre ce tyran d’Hitler. Et grâce aussi à ces africains, votre Europe en général et votre pauvre France en particulier ont été libérés. Libérés avec un de vos généraux qui n’est JAMAIS allé aux fronts, si ce n’est que faire du bruit à une radio de Londres. A Ntare Nzame !! Si votre mémoire est si COURTE, nous africains en général et gabonais en particulier allons vous faire retrouver votre pauvre mémoire de CACAS. Pitié de vous !!

    • ULIS dit :

      Est ce que la notion « d’Etat » existe encore aujourd’hui ? J’ai le sentiment qu’on veut nous amener à une MONDIALISATION où les « Etats » deviendront comme « des provinces » de la Planète Terre.

      Je dis ça, parce que la même France ou Europe qui nous « piétinent » subissent elles aussi les effets de la MONDIALISATION. Qu’est-ce qu’on nous CACHE avec cette histoire de GOUVERNANCE MONDIALE ? Nous y sommes depuis quelques décennies déjà. Il y a peut-être déjà des communications avec des extra terrestres. Et il se pourrait que notre monde soit ENFIN informé de cette réalité. On veut nous amener à désormais considérer la Planète Terre comme une SEULE ET UNIQUE NATION.

      Si c’est le cas, je ne suis pas forcément opposé à cette vision du monde. Mais, s’il vous plaît commencer d’abord à nous retirer des commandes du pays ceux qui ont fait tant de MAL aux Gabonais. A savoir : les Bongo-Valentin.

    • Kiliane dit :

      Gouvernance Mondiale ? C’est quoi ça ?

  2. Hugo dit :

    Ce n’est pas le Gabon ou son peuple que vous aimez, mais plutôt nos richesses. Vous avez « le droit » de faire n’importe quoi chez nous. Par contre, aucun gabonais ne peut faire n’importe quoi chez vous où il n’y a absolument rien comme richesses naturelles. Dites plutôt en toute franchise que l’Europe en général et la France en particulier ne peuvent pas s’en sortir sans l’Afrique en général et surtout sans le Gabon. CQFD.

Poster un commentaire