HABANA

 

Se réclamant soutiens et défenseurs du président Ali Bongo, des jeunes d’Akébé, dans le 3e arrondissement de Libreville, regroupés au sein du Mouvement «On est prêt pour 2023», ont initié une marche pacifique le weekend écoulé, pour lui témoigner leur attachement. Au terme de cette procession, au marché du Pont d’Akébé, ils ont distribué au nom du chef de l’État, «un couteau et un paquet de nkumu». Un geste ayant provoqué un tollé sur la toile.

Le vice-président du Mouvement, Hervé Reteno, remettant un paquet de nkumu et un couteau à une commerçante du marché d’Akébé. © Capture d’écran/Gaboreview

 

Réunis au sein du Mouvement «On est prêt pour 2023», une entité inconnue du paysage médiatique ou associatif national, les jeunes du 3e arrondissement ont marqué leur «soutien indéfectible» le weekend dernier au chef de l’Etat, à travers une marche pacifique. Ils ont marché, disent-ils, pour «un Gabon uni et en paix » en soutien à l’action du président de la République. «Si nous nous sommes mis debout, c’est parce que nous soutenons la politique du chef de l’Etat. On le remercie pour tout ce qu’il fait pour nous», a déclaré le président du mouvement, Junior Ferry Alila.

Ces jeunes veulent assurer à Ali Bongo une «une poussée dynamique» en 2023. Selon vice-président du Mouvement, Hervé Reteno, «le champion c’est Ali Bongo Ondimba». «Akébé est toujours prêt à se battre pour trouver une solution pour que le patron puisse toujours être à la magistrature suprême», a-t-il ajouté.

Au terme de cette procession, au marché du Pont d’Akébé, ils ont distribué au nom du chef de l’État, «un couteau et un paquet de nkumu» aux commerçantes du marché d’Akébé. Un geste ayant provoqué un tollé sur la toile où des commentaires estiment que «pendant que les Gabonais souffrent, certains font du cinéma pour leurs ventres». «C’est la bêtise humaine dans sa plus simple expression», note un internaute, quand un autre renchéri : «c’est confirmé, le Gabon n’a pas d’avenir ! Donnons-nous 50 ans encore pour espérer une émergence».

Le geste a eu le mérite de provoquer une levée de boucliers au sujet de ces associations se constituant à quelques mois des scrutins électoraux. A l’orée de l’élection présidentielle au Gabon, de nombreuses associations politiques voient le jour, sans réels fondements politiques. Leur positionnement est souvent flou jusqu’à la veille de cette échéance électorale où elles annoncent un «soutien sans faille» à tel ou tel candidat. Un choix régulièrement dicté par les espèces sonnantes et trébuchantes.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire