HABANA

 

Si le projet du nouvel aéroport de Libreville était en fin du mois de juin aux études d’impact technologique, l’infrastructure sera livrée en juin 2023. Le ministre des Transports qui l’a fait savoir lors de son passage à l’émission « Face à vous », a également souligné que le projet de création d’un nouveau transporteur national est d’actualité.

Brice Constant Paillat sur le plateau de « face à vous ». © Capture d’écran/Gabonreview

 

Entre construction du nouvel aéroport de Libreville et création d’une nouvelle compagnie aérienne, le Gabon nourrit des projets ambitieux dans le secteur aérien. Si on se rappelle qu’en fin juin dernier, le projet du nouvel aéroport était aux études d’impact technologique avec à la clé, la mission d’une délégation pluridisciplinaire de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna) de Dakar, lors de son passage à l’émission « Face à vous » le 21 juillet, le ministre des Transports a annoncé que ce nouvel aéroport verra le jour en juin 2023. «C’est ce qui est prévu dans l’avenant et les accords que nous avons signés avec GSEZ Airport», a déclaré Brice Constant Paillat.

Si pour beaucoup, le nouvel aéroport devrait rimer avec compagnie nationale, le ministre des Transports assure que le projet de création d’un nouveau transporteur national au Gabon est d’actualité. «Je ne veux pas faire d’annonce particulière, je préfère travailler dans le silence que m’impose la sensibilité de ce dossier. Mais nous avons un schéma», a confié Brice Constant Paillat. Après Air Gabon, Air Gabon international ou encore Gabon Airlines, le ministre des Transports indique que le gouvernement joue désormais la prudence. «Ce que nous ne souhaitons pas, c’est d’avoir à revivre le fait que nous créons une compagnie nationale qui finalement s’apparente à une filiale d’une compagnie à laquelle nous serons alliés», a-t-il dit.

Selon lui, l’Etat gabonais prend tous les contacts possibles pour des conventions avec les constructeurs d’avions afin qu’en cas d’avaries de moteurs, les décisions prises le soient de façon diligente directement avec le constructeur. «Dès que nous aurons déterminé le type d’appareil, nous irons vers les constructeurs», a informé Brice Constant Paillat selon qui, les discussions sont en cours. «On a fait mettre en place une petite task force qui travaille de façon silencieuse. Le dossier est sensible et je ne veux pas faire d’annonce particulière», a insisté le ministre des Transports.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Ondo dit :

    Je n’ai rien contre ce projet. Mais est-ce plus important que de faire d’abord disparaître tous ces favelas que l’on trouve au Gabon ? Ne serait-il pas plus sage de commencer à investir pour le bien être des gabonais: logements – écoles – routes. Et le reste suivra…

  2. ENDUNDU dit :

    Eh !!! Dieu, pitié de nous gabonais.A t- on besoin de nous ressasser les vieux projets morts de leur belle mort ? 😱😱

  3. Petit Jésus dit :

    Tous les projets comme par hasard verront le jour en 2023 ! 🤔🤔🤔

  4. Dikando dit :

    Bientôt on va nous annoncer que d’ici 2023, chaque gabonais qui le souhaite pourra faire du tourisme spatial grâce au très très distingué qui n’a rien foutu en presque presque 13 ans de pillages assidus…
    Moquez vous de vous même et de vos parents pas des gabonais qui savent depuis longtemps que vous êtes dès incapables.

Poster un commentaire