HABANA

 

À l’occasion de la réunion du conseil d’administration du Centre mondial pour l’adaptation (GCA, en anglais) à laquelle il a pris part, jeudi 17 juin, par visioconférence, le président de la République a exhorté ses pairs à œuvrer davantage en vue de mettre en place des mesures d’adaptation efficaces nécessaires à la préservation du bien-être des populations.

Ali Bongo prenant part, le 17 juin 2021, par visioconférence, à la réunion du conseil d’administration du Centre mondial pour l’adaptation. © Com. présidentielle

 

Neuf mois après le lancement du bureau régional pour l’Afrique du Centre mondial pour l’adaptation (Global Center of Adaptation, en anglais), les dirigeants membres du conseil d’administration de cette structure axée dans la lutte contre le changement climatique se sont réunis jeudi par visioconférence. Ali Bongo et le ministre en charge de l’Environnement, Pr Lee White, y ont pris part. Le président gabonais n’a pas manqué l’occasion pour rappeler «la promesse fondatrice» de l’Africa Adaptation Initiative (AAI) : l’intensification des mesures d’adaptation et le traitement de la question liée aux pertes et dégâts sur le continent à la suite d’évènement de grande envergure telle que la crise sanitaire actuelle.

Or, selon lui, «la pandémie de Covid-19 a tragiquement révélé l’importance des sociétés fortes et résilientes à travers le monde». Aussi a-t-il estimé que «la nécessité d’investir dans des mesures d’adaptation pour sauvegarder notre avenir n’a jamais été aussi forte».

Le Centre mondial d’adaptation a pour objectif d’établir des partenariats à travers le continent africain pour étendre et accélérer les mesures visant à protéger les communautés africaines des effets du changement climatique, rappelle le palais présidentiel.

 
GR
 

25 Commentaires

  1. Ulys dit :

    Qu’il dise plutôt à sauvegarder ses biens mal acquis, son propre avenir incertain lui et sa bande des 40 voleurs.

    Non, mais soyons un peu sérieux, le Gabon ne s’en sortira jamais avec les Bongo et le pdg.

  2. Lavue dit :

    Il fait pitié ce Monsieur. Quand on a plein d’argent dans les comptes, faut essayer d’en profiter un peu. Sans la chance que son AVC ait eu lieu dans un pays disposant d’infrastructures et de personnels médicaux de haut rang, il ne serait certainement plus parmi nous. Est-ce qu’il s’en est même rendu compte? Au sortir de là, au lieu de mieux profiter de la vie, il entre dans un jeu à la con, juste pour conserver le pouvoir alors qu’il n’est plus capable de diriger et ça se voit clairement.
    C’est triste pour lui et pour le pays. Personne ne sait vers quoi le navire Gabon va buter, car toute scène de comédie finit toujours par s’arrêter un jour.

  3. Udr dit :

    Le musée Grévin a demandé la restitution de la statue en cire de Mr Ali Bongo…

  4. Cathy dit :

    Si c’est bien lui, c’est juste de la figuration. Sinon aux commandes c’est Sylvia Valentin.

  5. Ondo dit :

    Question pour un champion : j’ai passé mon enfance dans l’opulence, mes études ont été un véritable échec, je suis rentré au gouvernement pour me préparer à remplacer mon père adoptif. J’ai volé tué usurpé le pouvoir deux fois déjà. J’ai été victime d’un AVC grave. Je bé sais toujours pas si je suis bien vivant ou mort. Le pouvoir pour moi est comme une drogue, je ne peux m’en passer. Le peuple doit être mes pieds comme des esclaves. Je ne sais pas pardonner. Je suis né pour être un dieu sur terre. Qui suis-je ?

  6. Hugo dit :

    @Ondo, réponse: tu es un pauvre type qui s’ignore. Je crois que c’est la plus belle des réponses.

    • Udr dit :

      @Ondo a tout à fait raison…depuis combien de temps le défunt président ne s’est pas présenté devant le peuple…?

      J’attend votre réponse…cher Hugo

      • Giap EFFAYONG dit :

        @udr
        Vous souhaiteriez que le babouin venu du Biafra se montre en public devant le peuple gabonais? Il ne le fera pas.D’abord par ce qu’il est dans une logique de conservation du pouvoir,ensuite par ce qu’il n’a jamais eu la moindre considération pour le peuple gabonais.Ali Bongo est resté égal à lui-même:un indécrotable monarchiste arrogant et affairiste malgré son physique d’australopithèque.Cet homme au physique si ingrat et au parcours si singulier représente,avec les crapules et la vermine qui l’entoure l’ennemi mortel du peuple gabonais.C’est pourquoi je pense que si parvenions à l’alternance,tous ceux qui ont collaboré au maintient de ce régime devront être liquidés comme cela avait été fait en Russie en 1917 ou au Cambodge avec l’avènement des khmer rouges.

  7. Hugo dit :

    @Udr, mais tu ne m’as donc pas compris ? J’ai donné ma réponse à Ondo, non pas en insultant Ondo, mais bien ce connard d’Ali Bongo. N’est ce pas « Question pour un champion » ?

  8. Julien dit :

    Ce n’est pas ce qu’on attend d’un président de la république « élu » (ce qui n’est pas son cas par le peuple gabonais, mais bien plutôt Mr Jean Ping en 2016): se montrer douilletement assis avec, autour de lui, un LUXE INSOLENT qu’on ne trouvera même pas à l’Elysée ou à la Maison Blanche. Cette image montre à suffisance le type d’homme qu’il représente : totalement indifférent à la misère, à la souffrance du peuple gabonais (qui n’est et ne sera JAMAIS son peuple, puisqu’il n’est pas et ne sera jamais gabonais de SANG).

    S’il avait été élu par le peuple gabonais, c’est SURTOUT dur ke terrain qu’on devrait le voir : aller s’enquérir de la souffrance du peuple, écouter son peuple, compatir à la misère de son peuple, etc. Ces conseillers ou espions qui sont nombreux sur cette page vont certainement le lui faire savoir. Et il nous fera sortir une ridicule scène de contact avec « son peuple » choisi au préalable.

    NON, ALI BONGO N’EST PAS LE PRÉDISENT DU GABON. MÊME CEUX QUI LE SOUTIENNENT LE SAVENT TRÈS BIEN. ALI BONGO EST UN USURPATEUR, UN ASSASSIN, UN VOLEUR, ETC. ET C’EST CE TYPE DE « PRÉSIDENT » QUE LES FRANÇAIS NOUS COLLENT DEPUIS NOS PSEUDOS INDÉPENDANCES. ELLE AUSSI, LA FRANCE, SE MOQUE ÉPERDUMENT DE LA SOUFFRANCE DU PEUPLE GABONAIS, EN PARTICULIER, ET AFRICAIN EN GÉNÉRAL.

    Ce que j’écris maintenant avait déjà été dit par d’autres ici. Nous sommes même fatigués de nous répéter. Et c’est bien triste de constater qu’il y a de vrais gabonais qui sont toujours avec cette famille Bongo aujourd’hui, pas parce qu’ils croient que Mr Ali Bongo est un bon président (ils sont bien conscients qu’il est un piètre dirigeant, et surtout voleur d’élections comme son père adoptif Omar Bongo), mais parce que Ali Bongo leur fonne la possibilité de brouter beaucoup d’herbes là même où ils sont assis. Ils doivent se contenter de brouter leur herbe sans lever les yeux pour voir la misère de leurs congénères (semblables).

  9. Teddy dit :

    @Julien, ils veulent nous faire justement oublier les crimes perpétrés par cet ASSASSIN d’Ali Bongo, les vols d’élections présidentielles, etc.

    Moi j’ai perdu un frère en 2016. Tout l’argent du monde ne remplacera jamais mon frère assassiné par Ali Bongo. Que justice soit rendue svp. Pourquoi vouloir chercher à nous faire oublier ces assassinats ou ces vols de la famille Bongo ? Non, que justice soit rendue. Les Bongo sont des justiciables comme tout être humain sur cette terre. Ils ont des comptes à rendre à la justice. Qu’ils acceptent d’être justiciables comme tout le monde.

    • Didier dit :

      Même au Rwanda, ils n’ont pas oublié le génocide des Hutus. Ce n’est peut-être pas un génocide qu’Ali Bongo a eu à commettre, mais ce sont quand même des vies qui ont été prises à des familles. Je suis d’accord avec vous. La vie n’a pas de prix. Le seul PRIX envisageable, c’est le TRIBUNAL, la JUSTICE pour Ali Bongo. Cela soulagerait au moins les familles endeuillées.

  10. Biyoghe Armand dit :

    D’accord pour qu’il aille en prison. Mais qu’il n’aille surtout pas seul. Il faut aussi ajouter une bonne partie de sa famille, Sylvia et Nourredine y compris. Frédéric Bongo et Pascaline Bongo. Patience Dabany, Jean Boniface Assele et bien d’autres du clan Bongo.

    Finalement, je me réjouis plutôt qu’il ne soit pas mort. Comme ça, nous pouvons toujours espérer le voir croupir un jour en prison. Souhaitons ça proche.

  11. Ernest dit :

    Ali Bongo invite à « sauvegarder notre avenir ». Je suis très mal à l’aise avec « NOTRE ». Car il y a aucun « bon » AVENIR avec Ali Bongo er le reste de sa bande. Si VRAIMENT il veut que les gabonais puissent être heureux, c’est de quitter gentiment le pouvoir qu’il USURPE depuis 2009.

  12. Diarra dit :

    Vous aussi, mes frères et soeurs gabonais, arrêtez de faire allégeance à un assassin et voleur. En plus de 55 ans d’indépendance, vous n’êtes vraiment pas fatigués d’une même famille au pouvoir et qui, de surcroît, n’a jamais gagnée une seule élection présidentielle ? Arrêtons ça svp. Il faut libérer le Gabon de cette famille Bongo.

  13. Irène dit :

    Moi j’ai perdu deux parents: l’un en 2009 et l’autre en 2016. Tous deux tués froidement par la milice d’Ali Bongo. Ne me demandez surtout d’aimer cet homme. J’ai vraiment une haine viscérale contre lui.

  14. Gaston dit :

    @Udr, pourquoi écrire « qu’attendez vous » ? J’aurai préféré « qu’attendons-nous » ? C’est ensemble que nous vaincrons ce régime. C’est notre solidarité qui va leur faire vraiment peur, notre unité. Dès actions isolées, en solo, n’aboutiront jamais.

  15. Yvon dit :

    @Gaston, tu as bien compris. C’est l’unique vrai solution pour libérer le Gabon: notre union, notre solidarité. Les individualités ne livreront jamais le Gabon. Or c’est ce que font encore beaucoup de gabonais comme Jonas Moulenda, Messir, Docteur Mengara du BDP et bien d’autres.

    Tant qu’on ne se ressemblera pas autour d’un leader, nos combats en solo ne feront aucun mal à Ali Bongo et sa bande. Si tous ceux qui étaient avec Jean Ping seraient restés avec lui jusqu’à maintenant, Ali Bongo serait tombé depuis 2019 même.

  16. Victor dit :

    Cet homme est un assassin, un criminel, un voleur, un usurpateur…
    Il doit répondre de ses actes en justice. S’il ne le fait pas, c’est que le Gabon en tant qu’ état n’existe plus depuis l’arrivée des Bongo au pouvoir. Le Gabon en réalité est devenu un royaume depuis Omar Bongo. Un royaume qui s’ignore. Un royaume où la population est esclave de celui qui a décidé de se faire roitelet de BONGOLAND.

  17. Udr dit :

    Vous attendez quoi ???? Qu’il quitte le pouvoir tout seu…de toute façon c’est bien parti qu »il continue son mic-mac pour les prochaines élections …qu’il remportera sans conteste..

    • Irène dit :

      Ton post donne l’impression d’une personne du pouvoir qui se cache. Écrire « vous attendez quoi » en dit long sur ta personne. De toutes les façons, vous êtes plusieurs ici à lire ces Postscript comme agents des renseignements.

Poster un commentaire