TATIE

Le ministre de la Promotion des investissements, Carmen Ndaot, et le directeur général de l’Agence nationale de promotion des investissements du Gabon (ANPI-Gabon), Gabriel Ntougou, ont eu une séance de travail, le 16 octobre, avec le directeur général de la société Greenply Gabon, Indra Bhan. Il était question de lui présenter les opportunités qu’offre le pays, notamment dans les nouvelles zones économiques en création, à Lambaréne et à Franceville.

Carmen Ndaot, Gabriel Ntougou, Anne Nkene Biyo’o, Indra Bhan et leurs collaborateurs, le 16 octobre 2020, à Libreville. © Gabonreview

 

Greenply Gabon, spécialisée dans la fabrication de feuilles de placage, veut augmenter ses investissements au Gabon. Pour mieux cerner les opportunités offertes par le pays, le directeur général de cette entreprise située dans la Zone économique à régime privilégié (Zerp) de Nkok était l’hôte du ministre de la Promotion des investissements, des Partenariats publics-privés, chargé de l’Amélioration de l’environnement des affaires, Carmen Ndaot. A l’Agence de promotion des investissements (ANPI-Gabon), Indra Bhan a exprimé la volonté de son entreprise d’investir dans les nouvelles zones économiques spéciales.

Au regard des pertes enregistrées dans la transformation locale du bois (50%), l’entreprise pourrait réinvestir dans ces nouvelles zones économiques, notamment dans la transformation des rebus de bois. «Il faut savoir que c’est très important pour nous d’avoir un opérateur économique qui veut réinvestir», a fait savoir Carmen Ndaot.

Pour convaincre, le membre du gouvernement et le directeur général de l’ANPI-Gabon ont vanté le climat des affaires serein, les avantages fiscaux et douaniers. «Nous avons pu montrer que le Gabon demeure une destination privilégiée en matière d’investissement, vu les atouts que nous avons, notamment la stabilité politique, la résilience de notre économie et surtout rappeler que notre pays, le Gabon, dans le cadre du Doing Business, s’inscrit dans une dynamique des réformes».

Greenply Gabon a démarré ses activités en 2016. L’usine fabrique des feuilles de placage d’Okoumé avec une capacité de traitement annuelle de 96. 000 m3 d.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire