HABANA

 

En Guinée-Conakry ce dimanche 5 septembre des tirs intenses ont été entendus le matin. Après quelques heures, des putschistes issus du groupement des forces spéciales, par la voix du lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, ont dit avoir capturé le président Alpha Condé. Agé de 83 ans, le président guinéen avait été réélu pour un 3e mandat après une révision controversée de la Constitution.

Alpha Condé le 5 septembre au milieu des militaires. © D.R.

 

Tout est allé très vite ce dimanche 5 septembre 2021 en Guinée-Conakry. Aux environs de 8h du matin, des tirs lourds ont été entendus dans la capitale non loin du palais présidentiel. Prémices d’un coup d’Etat ? Quelques heures plus tard, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya à la tête du groupement des forces spéciales (GPS), a annoncé avoir capturé le président de la République Alpha Condé. «On est avec toutes les forces de défense et de sécurité pour enfin mettre fin au mal guinéen», a déclaré le lieutenant-colonel. Vraisemblablement engagé dans un processus de coup d’Etat, il a tout aussi annoncé la dissolution de la Constitution, du gouvernement, des institutions et la fermeture des frontières aussi bien terrestres qu’aériennes.

Agé de 83 ans, Alpha Condé ne séduit plus en Guinée-Conakry. Arrivé au pouvoir en 2010, premier président élu démocratiquement dans ce pays, a été réélu pour un 2e mandat en 2015 et a brigué un 3e mandat en 2020 après une révision constitutionnelle très controversée. Il a été investi le 15 décembre 2020 au milieu de critiques acerbes. Un referendum boycotté par l’opposition, avait permis de maintenir dans le texte, la limitation des mandats présidentiels à 2 et permis à lui, Alpha Condé, de remettre les compteurs à zéro. Il était alors autoriser, malgré la controverse, à  se présenter une nouvelle fois.

Seulement, 9 mois après, dans un climat de malaise généralisé dans le pays, le GPS a décidé de trancher le nœud gordien. Alors que le ministère de la Défense disait avoir repoussé les putschistes, dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, le président Alpha Condé est vu, vêtu d’un jean et d’une chemise à moitié déboutonnée, assis dans un canapé au milieu des militaires. Signe que carottes sont cuites. Ces putschistes disent ne pas prendre le pouvoir pour s’éterniser mais pour répondre à l’appel des populations qui les auraient d’ailleurs acclamés.

Alpha Condé est né le 4 mars 1938 dans la région de la Basse Côte. Opposant pendant plusieurs années, il était admiré par les siens d’autant qu’il semblait avoir les dictateurs en horreur. Perçu aujourd’hui comme un grand démocrate perdu dans une dérive autoritaire, son sort est entre les mains des putschistes qui disent vouloir restaurer la démocratie.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. diogene dit :

    un grand démocrate perdu dans une dérive autoritaire ?

    A part Mandela, aucun président africain n’est franchement démocrate, républicain mais tous se servent des mots pour masquer leur soif de pouvoir, même grabataire, même hémiplégique, même réduit à l’état de légume, ils s’accrochent, je veux dire qu’ils ne se voient pas en simple citoyen et repousse l’idée de leur départ comme ils veulent figer l’idée de leur mort.

    Peut-on vivre après avoir exercé de grands pouvoirs ?
    Oui, si l’on est un « grand homme »…

  2. Peter NZAMBA dit :

    Les militaires Guinéens et Ouest africains nous montrent ce que c’est que le patriotisme et l’amour du Pays. Nos militaires maniocs, sans convictions et surtout militaire du ventre ne sont pas capables de telles exploits……

Poster un commentaire