GR

La ruée vers les masques et gels hydro alcooliques pour contrer le Coronavirus ont eu pour conséquence, une hausse des prix et une rupture de stock sur le marché. Pour revenir à la normale, des discussions ont été entamées entre la Direction générale de la concurrence et la consommation (DGCC) et les distributeurs de ces produits. Elles devraient s’accélérer cette semaine tans la demande demeure.

Le Gabon a enregistré une hausse des prix et une rupture de stock sur le marché pour les masques et gels hydroalcooliques. © iStock

 

Le Gabon n’est pas encore entré dans le dur du coronavirus, mais l’inquiétude se lit sur plusieurs visages tant la pandémie ne cesse de faire des morts à travers le monde. Depuis la confirmation du premier cas, cette inquiétude a poussé plus d’un à se ruer vers les pharmacies et espaces dédiés pour se procurer des masques de protection et gels hydro alcooliques. Deux produits désormais en rupture de stock et qui, face à la demande, ont connu une flambée de prix. Une augmentation que le ministère de l’Économie et des Finances compte endiguer.

À travers la Direction générale de la concurrence et la consommation (DGCC), des négociations ont été entamées avec tous les acteurs concernés par l’importation et la distribution de ces produits. L’idée, rassurer les populations et lutter contre ce que la DGCC qualifie d’«abus».

Selon Pedro Dianga Gandzi, directeur de la Concurrence et de la consommation à la DGCC, cette augmentation a été constatée par les agents de la DGCC après des contrôles sur le terrain. «C’est dans ce contexte qu’un rapport a été présenté au ministre de l’Économie et des Finances sur ces abus inacceptables», a-t-il dit, rappelant que si le Gabon est engagé depuis 1989 sur le régime de la liberté des prix, la loi permet de réglementer exceptionnellement les prix d’un ou plusieurs produits en cas de crise. D’où les rencontres initiées avec les opérateurs économiques concernés par la distribution de ces produits.

Ces discussions devraient s’accélérer cette semaine, d’autant plus que la demande des gels hydroalcooliques reste forte et qu’il a été exigé aux entreprises exerçant sur le territoire national, particulièrement ceux de grandes surfaces et magasins de mettre «en place un système de désinfection des clients à l’entrée des magasins». Il est également recommandé de désinfecter de façon permanente les espaces et rayons, ainsi que les casiers avant le service à chaque client. «L’implication de tous dans ce combat est une exigence», estime le gouvernement.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Idem en Tunisie, les prix des gels et masques ont triplé, maintenant le ministère du commerce a fixé une seule tarification

Poster un commentaire