TATIE

Le Gabon vient d’adapter la certification RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil) au contexte national. L’aboutissement d’un processus de plusieurs mois, qui garantira une «gouvernance de la filière huile de palme comprenant les meilleures pratiques de gestion responsable et durable».

Quelques membres du Groupe de travail interprétation nationale, le 18 septembre 2020. © Gabonreview

 

Permettant de garantir une production d’huile de palme socialement acceptable et respectueuse de l’environnement, la certification RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil) d’être adapté au contexte gabonais. Lancé en novembre 2019, le processus d’interprétation nationale des principes et critères 2018 de cette norme a été validé, le 3 septembre, par le Conseil des gouverneurs de la RSPO.

En effet, un Groupe de travail interprétation nationale a été constitué pour indiquer comment adapter la norme RSPO au contexte national. «Ces derniers temps, nous avons participé à la révision de cette norme pour essayer de prendre un certain nombre de principes qui n’avaient pas été garantis dans le précédent référentiel en tête desquels, les Hautes valeurs de conservation qui permettent de protéger les habitats naturels pour les communautés», a expliqué un expert du Groupe de travail interprétation nationale RSPO.

«Ce groupe de travail d’experts s’est penché sur un document basique et a pris en compte les généralités nationales, notamment en matière de déforestation et en matière de droit des communautés locales et populations autochtones», a ajouté Ida Navratilova Oye Obame. Le Groupe de travail interprétation nationale était composé de représentants de l’administration, la société civile et le secteur privé. Le processus d’interprétation nationale a notamment été coordonné par le WWF Gabon et Olam Palm Gabon (OPG), et réalisé par Brainforest.

Avec la validation de l’interprétation nationale de la norme RSPO, «le Gabon dispose désormais d’un instrument de gouvernance de la filière huile de palme comprenant les meilleures pratiques de gestion responsable et durable. Cela va permettra à l’opérateur engagé OPG de continuer dans la voie empruntée depuis son implantation dans le pays et aux possibles nouveaux investisseurs, de s’aligner avec ce référentiel, un des plus exigent dans le secteur agricole et mondialement reconnu dans la filière».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire