HABANA

 

En date du 9 juin, Estelle Ondo avait livré son analyse sur la démission d’Eugène Mba à la mairie de Libreville. La député du 2e arrondissement d’Oyem avait notamment affirmé que le départ précipité de l’édile de Libreville traduisait une «volonté d’écarter la communauté fang de la gestion de la commune de Libreville». Face aux menaces et intimidations diverses ayant découlé de cette sortie, nous publions in-extenso la réaction de l’ancien membre du gouvernement.

Estelle Ondo réagit aux attaques nées de sa dernière sortie au sujet de la démission d’Eugène Mba à la mairie de Libreville. © D.R.

 

Suite à mon article publié à Gabonreview le 9 juin 2021 sur l’imbroglio politique à la mairie de Libreville, je fais l’objet depuis quelques jours de menaces et d’intimidations diverses. Il m’avait en effet été signalé, quelques jours bien avant, que « les chiens seront lancés à ma poursuite » pour avoir osé dénoncer sur l’espace public une sorte de volonté de mettre les fangs à l’écart de la gestion de la Mairie de Libreville et au-delà. Je tiens à cet effet à apporter quelques précisions :

1) J’ai attitré l’attention des responsables politiques du pays sur certaines pratiques politiques qui d’une façon ou d’une autre visent ou ont pour conséquence, la mise à l’écart des fangs dans la gestion de la mairie de Libreville et même de l’Etat, en prenant pour exemple certaines institutions et administrations publiques et parapubliques. Je relevais dans cet élan que la construction nationale ne se fera pas en excluant un groupe ethnique majoritaire, ou une tout autre ethnie, et encore moins en privilégiant dans la promotion des cadres une seule région ou communauté.

Dans d’autres pays (États-Unis, Espagne, Inde, Afrique du Sud, France, Nigéria…) Les communautés (ethniques, religieuses, culturelles) revendiquent leur représentativité dans les différentes institutions du pays et leur prise en compte dans la gestion. Le Gabon notre pays n’échappe pas à cela. C’est ce que le feu chef de l’État Omar Bongo avait qualifié de « géopolitique ».

2) Les menaces reçues ces derniers jours sont ourdies par des milieux déjà bien identifiés dont les méthodes et canaux d’expression sont connus de tous. Leur objectif étant de me salir, m’intimider en tentant de fabriquer des choses sur ma gestion quand j’avais, au Gouvernement, le portefeuille des Eaux et Forêts durant environ 9 moins.

Plutôt que de m’apporter un démenti ou d’initier un vrai débat citoyen autour de ces questions, ce sont des attaques personnelles qui me sont faites, et je le déplore vraiment. Tout cela ne me fait pas peur et n’entamera pas ma détermination. Je suis un acteur politique, une élue nationale et la liberté d’expression est protégée par notre Constitution. Le Gabon est notre pays à tous. Nous avons obligation de toujours chercher à préserver et consolider l’esprit de partage et de cohésion.

Pour ce qui est de supposés pots de vins, et d’une fameuse vidéo qui avait circulé en son temps, je me permets tout simplement de renvoyer les uns et les autres à la réponse que l’un de mes illustres collègues dans ce département ministériel avait  donné à la suite du rapport d’une ONG londonienne dont l’économie est la suivante : « le gouvernement gabonais pour sa part s’interroge sur les véritables objectifs poursuivis par les auteurs de cette enquête à charge et au caractère inquisitoire alors que la règle en la matière impose l’impartialité qui suppose  le respect des principes tels que la présomption d’innocence, le contradictoire (…). En conséquence, le gouvernement gabonais rejette ces accusations et la tentative maladroite des auteurs de l’enquête menée visant à discréditer le Gabon à partir des actes isolés qu’aurait commis un opérateur privé ».

Aussi, la solution n’est pas de s’attaquer à Estelle Ondo, mais de se retrouver dans le cadre d’un débat national afin de trouver ensemble des mécanismes pour un Gabon plus juste et plus équitable.

 
GR
 

19 Commentaires

  1. JAMES DE MAKOKOU dit :

    TRES CHERE MADAME ET COMPATRIOTE, POUR LA PREMIERE FOIS, JE ME PERMETS DE VOUS DIRE BRAVO .. FRANCHEMENT BRAVO POUR NON SEULEMENT VOTRE SORTIE POUR CE QUI CONCERNE LE CAS DE LA MAIRIE DE LIBREVILLE, LAQUELLE ON VEUT METTRE UN ALTOGOVEEN POUR SA GESTION, MAIS AUSSI VOTRE REPONSE.
    C’EST DOMMAGE QUE NOTRE PAYS QUI EST DIRIGE ACTUELLEMENT PAR DES ETRANGERS NATURALISES AVEC DES FAUX PAPIERS SOIT DEVENU PIRE QU’A L’EPOQUE D’OMAR BONGO.. ON VIE UNE VIOLENCE DANS CE PAYS COMME JAMMAIS.
    ET ON MENACE CEUX QUI OSENT DIRE LES CHOSES… c’EST PLUS UN PAYS MAIS UNE MAFIA QUI EST A LA TÊTE DE CE PAYS.. SI UN ELU NE PEU PLUS S’EXPRIMER LIBREMENT… c’EST DEPLORABLE.

    BON VENT A TOI MA CHERE SOEUR ET BRAVO.. ON VERRA DESORMAIS QUI ON VA METTRE A LA MAIRIE DE LIBREVILLE.

  2. Patrick NGUEMA MBA dit :

    Bravo et merci Honorable Estelle Ondo. Je te soutiens. L’Estuaire te soutient. Ai-je tout dit ? Non. Le Gabon te soutient, brave femme !

  3. Hervé MOUSSADJI dit :

    Bravo pour votre détermination admirable.

  4. Le Patriote dit :

    BRAVO petite soeur, tu es une vraie Fang. Hier, on parlait d’égalité des chances. Sans l’avoir même atteinte, on passe à l’égalité des genres. Quelle est cette façon de faire de la politique ? Une politique de slogans !!!

  5. LE MOABI dit :

    Qu’on le veuille ou pas, Madame a dit tout haut ce que tous les Fang disent tout bas.

    Y ’a qu’à regarder les communiqués finaux des conseils des ministres depuis 5 ans, on verra bien que la dame dit la vérité sur la mise à l’ecart des Fang sur les nominations.

    Ceci est d’autant plus visible à la Présidence de la république, au Ministère des finances et du budget, à la douane.

    Vous verrez difficilement aujourd’hui la signature d’un fang sur un document qui débloque une situation ayant rapport avec l’argent ou un avantage quelconque.

    L’histoire retiendra que Madame a éte la première à tirer la sonnette d’alarme sur une situation qui, si rien n’est fait pour promouvoir le vivre en ensemble des gabonais, aura des conséquences dramatiques.

  6. Prince dit :

    Le problème du Gabon, c’est celui que pose James c’est un peut logique quand on regarde les choses en face,le Gabon est dirigé par des non Gabonais avec de faux papiers c’est le vrai problèmes du Gabon on n’a suivi l’affaire du footballeur Gabonais ? On nous dit qu’il est né à oyem alors que c’est un vrai congolais, on n’a parlé hier de l’affaire ce l’acte de naissance d’ali mais honnêtement qui peut nier que Ali viens du Nigeria ? Que c’est un enfant Adopté ? Oui il est tant que les vrais Gabonais .recuperent leur pays

  7. Fille dit :

    J’étais intervenue sur ce sujet en disant qu’une élue n’avait pas à parler de cette façon au risque de désunir les gabonais et de mettre encore plus à la vindicte populaire une partie de la population. J’avais trouvé que ce genre de propos venant d’une élue volaient bas. Mea culpa.
    Je vous remercie pour vos explications, au final vous osez dire les choses, et des gens qui osent il en faut et là je reconnais la Fang que vous êtes. Pouvez-vous comprendre que c’est la raison qui explique la situation que vous dénoncez. Prenez soin de vous.

  8. test dit :

    Mme.Ondo, assumez vos dires. Ce n’est pas la peine d’essayer de venir vous rattraper en disant que vos paroles s’appliquent à tous les gabonais. Dans vos sorties sur la gestion de la mairie vous avez clairement dit qu’il y a un groupe qui souhaite écarter les fang de la gestion du pays. On avait tous bien compris que vous étiez là pour défendre les fang et attaquer le groupe de personnes que seul vous connaissez. En attaquant le groupe des personnes qui veulent écarter les fang de la gestion du pays, vous étiez quand même consciente que ces gens devaient pas laisser vos propos passer sans mot dire. Alors assumez vous madame et abstenez-vous de venir pleurer ici. Lorsque c’était sucré pour vous au gouvernement, on ne vous entendait pas parler, on a même envie de dire que les gens qui veulent écarter les fang de la gestion du pays étaient vos amis; pour ne pas dire vos frères de lumière. Comme avait dit Mme.Dabany dans son clip « tais-toi quand tu parle ». Nous sommes fatigués de lire les conneries des gens que le système a mit au garage. Si tu cherche un nouveau poste au gouvernement, écris au groupe des personnes qui veulent écarter les fang de la gestion du pays et laisse nous lire des vraies publications. Par exemple des publications concernant la réhabilitation de la nationale.

  9. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Vrai ou faux débat ? Amen.

  10. Ondo dit :

    La forme de l’état doit changer nous devons quitter l’état unitaire où le pouvoir est sur les mains d’un seul individu à l’état fédéral où le pouvoir central sera restreint où les différents états fédérés auront une autonomie véritable.

  11. Geoffroy FOUMBOULA LIBEKA dit :

    J’ai lu l’article et je trouve la comparaison avec les États-Unis pas tout à fait exacte. Les latinos,etc…sont des immigrés qui au fil du temps ont composé des communautés et se battent pour être accepté dans la nation americaine. Les Fangs comme les autres ethnies du Gabon font partie intégrante de la nation gabonaise et vous ne pouvez de ce fait associer une ethnie à une communauté. Si vous voulez faire cette comparaison avec les USA, le cas de la communauté Haoussa et la communauté pygmées sont seules valables. Dire que l’ethnie Fang est écartée et autres de la gestion publique au point de demander un débat national sur cette question,je trouve personnellement cette posture très basse pour une « ÉLU NATIONALE », encore qu’il nous faut comprendre le sens d’ELU NATIONALE.

  12. Geoffroy FOUMBOULA LIBEKA dit :

    A vous lire, si vous étiez Chef de l’État, si un jour vous êtes à la tête de fe pays, votre Management reposerait sur une répartition de postes par ethnie au pouvoir, en quoi seriez-vous différents de ce que font les personnalités politiques que vous incriminez présentement ?
    Non, nous n’avons pas besoin d’appartenir à une ethnie pour dénoncer ce qui est injuste. Sur la situation du Maire Eugène MBA,c’est bien toutes les personnes ayant un minimum de patriotisme qui l’ont dénoncés car estimant comme moi que l’ensemble des témoignages reçus disent que c’est un monsieur intègre. On n’a pas réagit dans ce sens parce qu’on est fang ou pedegistes, mais parce que nous sommes d’abord gabonais. Il y a des ethnies qui dans ce pays n’ont même jamais eu un ministre au Gouvernement,si vous voulez lutter contre ce type d’injustice commencez par vous battre pour qu’on ait des pygmés au parlement sinon vous ne faites pas du patriotisme mais du replis identitaire, et le Gabon n’en a pas besoin.

    • Gayo dit :

      Elle préfère défendre son ethnie et dénoncer l’injustice qu’aurait subi un homme qui au dire de beaucoup pouvait incarner compétence et intégrité. Parce que pour elle Eugène n’avait que son ethnie pour mériter ce poste et aucun autre attribut pouvant légitimer sa présence à la tête de la mairie de la capitale nationale. Dites à madame Ondo que ce pays qui est à terre à besoin qu’elle fasse la promotion de nominations basées sur l’excellence des compétences et de la réputation des meilleurs d’entre nous et non sur l’appartenance ethnique. Eugène Mba a peut-être besoin qu’on le defende en se basant sur des mérites autres que l’ethnie.

  13. Le gar des pk dit :

    On est tous frustré de l’embrouille à la Mairie de Libreville, mais je trouve quand même ces propos empreints de replis identitaires. De toute façon plus rien n’étonne dans ce pays.

  14. Gayo dit :

    Cette folle veux juste faire le buzz. Menacée, elle représente quoi?

    • Gayo dit :

      Madame vouloir faire croire que les fangs sont les premières victimes de la gouvernance ethnique des Bongos n’a rien de républicains. Si vous croyez que vous pouvezencore vous permettre de défendre une seule communauté sur un sujet où d’autres communauté sont plus victimes, vous êtres une tribaliste qui n’a pas une poussière de sentiment républicain. Ce qui ne ne n’empêche de servir comme serpillières et faire valoir de ceux qui sont à l’origine de ces injustices.

  15. Paul Bismuth dit :

    Du repli identitaire, voilà tout ce qu’elle a à proposer. Ce concept de <> n’a permis que la présence de tous les médiocres et caudataires du pouvoir aux affaires avec le résultat que nous connaissons. C’est donc un concept obsolète qu’il convient de remplacer par celui de <>. Car on n’a clairement pas besoin d’être fang pour être un bon premier ministre ou maire de Libreville ; on n’a pas besoin d’être originaire de l’Ogooue-lolo pour être un bon président de l’assemblée nationale.

Poster un commentaire