TATIE

 

Craignant sans nul doute de répondre à la justice américaine sur l’origine de l’argent qui lui a permis de l’acheter en 2001 pour plus de 355 millions de francs CFA en espèces, alors que le gouvernement américain a relancé récemment son opération de lutte contre le blanchiment des capitaux dans l’immobilier, Ounaida Bongo a revendu en août dernier pour 1,1 million de dollars sa maison à Washington.

Quelques maisons sur Massachusetts Avenue. © D.R.

 

Après Pascaline Mferri Bongo, la sœur aînée d’Ali Bongo, qui en 2017 avait dû vendre sa luxueuse villa à Beverly Hills, sans nul doute pour des raisons économiques, c’est une autre sœur du président gabonais qui a été contrainte de céder quasiment dans la précipitation sa propriété aux États-Unis. Selon l’enquête publiée lundi 23 novembre par Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), Ounaida Bongo a mis sur le marché de l’immobilier américain en août dernier son «élégante maison de ville de trois chambres». Prix de vente : 1,1 million de dollars, soit près de 554 millions de francs CFA. La transaction aurait été faite en espèces.

Selon le regroupement de journalistes d’investigation, la demi-sœur du président gabonais aurait acquis cette demeure située dans le quartier exclusif de Wesley Heights à Washington en 2001 pour 642 000 dollars, soit plus de 355 millions de francs CFA. Là encore, la transaction avait été faite en espèces. C’est sans nul doute ce qui a décidé l’ancienne conseillère spéciale du chef de l’État à s’en débarrasser au plus vite. D’autant que ces derniers temps, le gouvernement américain a relancé son opération contre la corruption et le blanchiment des capitaux dans le secteur de l’immobilier.

En effet, moins de deux mois avant qu’Ounaida Bongo se décide à vendre sa maison, la justice américaine a saisi à Potomac, dans le Maryland, une propriété appartenant à Yahya Jammeh d’une valeur de 3,5 millions de dollars. Le gouvernement américain qui a déposé plainte soupçonne l’ancien président gambien exilé depuis 2017 en Guinée équatoriale d’avoir acheté sa villa avec de l’argent détourné dans son pays.

La demi-sœur d’Ali Bongo aurait-elle craint de tomber elle aussi dans l’escarcelle de la justice américaine ? A-t-elle eu peur de s’expliquer sur l’origine des fonds lui ayant permis d’acquérir en cash son bien 19 ans plus tôt, ou existe-t-il une autre raison ? Elle n’a pas pu s’expliquer à nos confrères.

 
GR
 

12 Commentaires

  1. Paul Bismuth dit :

    Quand je regarde ces vidéos d’enfants Gabonais qui pleurent car ils ne peuvent pas aller à l’école ; quand je lis cet article, une colère sans pareille grandit en moi.

    Ces gens qui nous dirigent sont ils des êtres humains ou des monstres ? Je penche pour la seconde option. Et je comprends mieux pourquoi pendant la révolution en France des piliers de l’ancien régime furent guillotinés ; si les français vivaient la même chose que nous, alors ces têtes tombées et cette chanson mortifere qui leur sert d’hymne national ont du sens.

    Franchement tous ces hommes et femmes du sommet méritent d’être… Pourtant je ne suis pas le moins bien loti des compatriotes.

    L’autre clown des USA (je ne parle pas de Mcdonald) aurait dû dire « shit hole leaders » au lieu de « shit hole country ».

  2. Ulys dit :

    Gabonreview, faites aussi des enquêtes sur les biens immobiliers de Nourredine et Sylvia Bongo-Valentin. Je sais ce que j’écris. Vous serez vraiment estomaqué . Cette recherche est importante, car Sylvia et Nourredine peuvent vouloir se démarquer des Bongo avec leur nom Valentin. C’est du pareille au même.

  3. Jean Cruz (Sherbrooke, Canada) dit :

    Cette enquête là fait trop beaucoup de part belle aux sensationnels. Quiconque connaît le Canada et les USA, sait qu’on ne règle pas certaines transactions en espèce, surtout au-delà d’une limite monétaire établie!
    Pourquoi cette enquête est-elle incapable de dire les voies ayant servies de mobiliser ces sommes à l’achat, ou les voies utilisées pour rapatrier le gain après vente? Parce qu’il y a des investigations fiscales en amont avant dépôt total du capital de ladite vente immobilière, pourquoi donc cette enquête ne relève-t-elle rien de l’impôt payé sur le gain en capital, et par ricochet, les moyens utilisés pour rapatrier ces montants?
    L’utilité de cette enquête, comme en témoigne le nom de l’organisation en charge, c’est établir si crime économique et corruption ou pas. Soit on établit ça, soit on n’établit pas ça, mais pas faire dans le sensationnel.

    • Eternite dit :

      Jean Cruz…vous fatiguez avec vos allegations de bureaucrates…
      Depuis quand dans un pays moderne on paye un bien immobilier de ces montants en especes?
      Un peu de quand même…donc cette jeune femme se ballade avec des mallettes contenant 554 millions de FCFA à l’insu de son plein gré?
      Pitiation…
      La colere va tomber un jour sur notre pays…et je crois que bcp changeront de patronymes

  4. Mezzah dit :

    Je suis submergé par la colère. Les femmes accouchent à même le sol, les enfants sont par centaines dans les salles de classe, les gens se nourrissent dans les poubelles, les rues sont un état moyenâgeux.
    Quelqu’un a parlé ici d’éradication et l’autre de guillotine, je pense que les deux se rejoignent et c’est ce qui anime tout le monde en ce moment.
    Un jour les armes vont se retourner contre vous et ce jour là on verra.

  5. V2 dit :

    Les africains sont vraiment maudits.

    • Fille dit :

      Non V2, il n’y a aucune malédiction des africains. Il y a juste ces petits esprits de petits nègres aliénés qui sont persuadés qu’ils ne sont pas des Hommes et de Femmes pour bâtir leurs propres pays. Ils volent leurs pays pour aller renflouer les caisses des autres. Qui dit mieux ? L’esclavage et la colonisation des esprits sont le plus grand fléau chez nous. Mettre tant d’argent chez les autres, se soigner chez les autres au lieu de construire des hôpitaux dignes de ce nom, et au final rendre son âme hors du sol de ses ancêtres. Ce genre de comportement bizarre ne se trouve de nos jours que chez les africains. Il y a bien un lien clair avec l’esclavage et la colonisation. L’aliénation est tellement profonde chez certains qu’ils sont plus à plaindre.

  6. Gayo dit :

    Laurent Gbagbo l’un des patriotes Africains disaient qu’il a honte pour vous. Vous qui allez investir l’argent volé dans vos pays en occident pour etre apres poursuivis pour voler par ceux à qui vous allez faire du bien en investissant dans leurs économies et ruinant celles de vos pays par ces fuites de capitaux voler. Il suffit à Nourredine d’exiger la session des biens à l’étranger de ceux qui s’enrichissent dans le service publique et d’interdire les transfert de fonds gabonais comme c’est le cas dans le pays de son père, le maroc et le Gabon va connaître une croissance sans précédent. Imaginez tous ces milliards investis dans l’économie nationale, tous ces jeunes qui ont des idées mais manquent de financement pour transformer notre économie.

  7. Ulys dit :

    Vous qui achetez ou construisez des maisons en terre étrangère, mieux vaut encore renoncer à votre nationalité gabonaise pour adopter ka nationalité du pays où vous investissez. C’est plus réaliste et sincère.

  8. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Hôpital cadeau, école cadeau voila un mythe qui a fait rêver les GABONAIS au temps de l’abatteur en Chef du parti des Bucherons. Comme un rosée qui coule sur une feuille cela n’a durée que le temps d’une fine pluie. Au moins à cette époque on rêvais. Mais actuellement que faisons nous, nous pleurons, nous avons honte, nous fuyons le pays pour d’autres cieux, nous nous déchirons familialement, bref nous ne sommes plus gabonais car sucé, dévalorisé, humilié. A l’origine de cela une « historicité » assimilable à un seuil de tolérance mal maitrisée et surtout porteur de gènes cruellement et manifestement néfaste. Qui faut il blâmer dans ce cas ? Quel gâchis Seigneur. Amen.

  9. Tempio dit :

    Les gabonais vous ont-ils dit qu’ils souffraient ou qu’ils ont un quelconque problème avec la famille Bongo ou leurs dirigeants ? D’ici peu vous serez surpris de les voir à nouveau en tee-shirts, casquette à l’effigie du PDG ou de leur bon grand. Les mêmes qui souffrent sont les soutiens de cette politique. Etre pauvre serait-il synonyme de manque de discernement ou de jugeotte ?

  10. Pahe dit :

    Ounaïda Onaida…ricanons . Donc c’est la fille de Omar Bongo, OK, cool. Mais avec qui? Et personne n’osera dire d’avec Chantou, fifille du Boa de Mounana. Myboto. Applaudissons. Mikouagna oyé!

Poster un commentaire