HABANA

La Commission d’appel de la Confédération africaine de football (CAF), réunie le 8 février pour trancher le litige opposant le Gabon à la Gambie, relatif aux événements enregistrés à l’arrivée de l’équipe gabonaise à l’aéroport de Banjul, le 15 novembre 2020, a rendu son verdict le 17 février. Elle rejette les prétentions de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) et renvoie le Gabon devant le Tribunal arbitral sportif (TAS).

Les footballeurs de l’équipe nationale du Gabon dormant à même le sol, le 15 novembre 2020, à l’aéroport de Banjul. © D.R.

 

Le feuilleton relatif aux incidents enregistrés avant le match Gambie-Gabon, à Banjul, comptant pour les qualificatifs de la Coupe d’Afrique des nations (Can) Cameroun 2022, n’est pas encore à son terme. Après la plainte de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) contre la réception de sa délégation à Banjul, suivie de la sanction financière du Jury disciplinaire à la fédération gambienne pour non-respect des principes de loyauté, d’esprit sportif et d’éthique et une nouvelle interjection en appel des deux fédérations, la Commission d’appel de la Confédération africaine de football (CAF), réunie le 8 février, a rendu son verdict le 17 février.

L’instance décisionnelle de la CAF a rejeté les prétentions de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) et renvoie le Gabon devant le Tribunal administratif sportif (TAS). Dans le rapport publié sur la page Facebook de la Fégafoot, la CAF souligne que «l’appel de la Fédération gabonaise de football est recevable dans la forme». Mais, «sur le fond, le jury rejette les prétentions de la Fédération gabonaise de football».

En effet, le Gabon voulait des sanctions sportives et non financières d’autant plus qu’il jugeait celles infligées à la Gambie comme étant «insuffisantes». En refusant de donner cette suite attendue par la partie gabonaise, le Jury conclut que «cette décision est susceptible de recours auprès du Tribunal arbitral de sport (TAS)» qui devrait être saisi dans un délai de 10 jours après ce verdict.

Selon Gabonallsport.info, le président de la Fégafoot, Pierre Alain Mounguengui, joint au téléphone, a indiqué que «la Fégafoot ira au TAS». «C’était prévu dans notre démarche. Nous avions voulu épuiser les procédures, mais nous savions que nous allions arriver au Tribunal arbitral du sport (TAS). La Fégafoot ne peut pas laisser cette affaire, au risque de conforter certains pays dans leurs manœuvres sordides et antisportives. Nous allons transmettre immédiatement le dossier au TAS avec tous les éléments», a-t-il déclaré.

En novembre 2020, la délégation gabonaise avait été «maltraitée» à Banjul, où elle a été «emprisonnée» pendant plus de 9 heures à l’aéroport. Une manœuvre qui, selon plusieurs observateurs, visait à déstabiliser l’adversaire avant ce match des éliminatoires de la Can 2022. Au terme de ce match, le Gabon s’était incliné 1-2.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire