GR

La ville de Port-Gentil s’est retrouvée sous l’eau après la pluie diluvienne du 9 juin. Si aucune perte en vie humaine n’est à déplorer, la pluie a occasionné d’importants dégâts dans certains quartiers où tristesse et désolation se lisent encore sur les visages.

Les pieds dans l’eau, certains petits opérateurs économiques ont exposé leurs marchandises pour récolter quelques CFA. © Gabonreview

 

Il est environ 6h30 le 9 juin, lorsqu’une pluie d’une rare violence s’abat sur la capitale économique gabonaise. A la clé de vives averses déversées, d’importantes accumulations d’eau un peu partout dans le centre-ville. Plusieurs habitations et administrations se sont retrouvées dans l’eau.  Parmi ces structures, le Tribunal de première instance de Port-Gentil au carrefour Bicig, mais aussi le bâtiment abritant les services de la documentation et de l’immigration.

Plusieurs quartiers de la ville, centre-ville compris, étaient sous l’eau le 9 juin. © Gabonreview

Les routes empruntées quotidiennement par les riverains étaient bondées d’eau, empêchant la circulation de nombreux piétons que des automobilistes qui n’ont pas pu vaquer librement à leurs occupations. «Cette situation dure depuis longtemps à Port-Gentil. C’est comme ça chaque année ! Aujourd’hui je n’ai pas pu sortir prendre mon argent en banque car la pluie à inondée toute la ville. C’est triste !», déplore Jean-Guy Ipandy.

Les inondations sont récurrentes dans cette ville et les quartiers sous-intégrés en sont les principales victimes. Selon certains analystes, ce phénomène est lié à l’occupation anarchique de l’espace urbain, l’absence d’une bonne politique d’urbanisation, tout comme l’incivisme des populations qui ne cessent de jeter des ordures ménagères dans les voix de canalisations. Si les mesures de sécurité ne sont pas prises à temps, le changement climatique causera bien des dégâts.  Presqu’île, la ville de Port-Gentil est d’autant plus exposée.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. moundounga dit :

    Bjr. Du déjà vue, vécu, jugé mais toujours sans solution. Amen.

    • Ray Donovan dit :

      Super le bon vieux temps.
      Hum c’était agréables de fair trempette de pieds.
      Vous avez conserver cela pour la génération suivantes.
      Grand merci à vous.
      Le pays n’avance pas c’est vrai mais un point positif sa ne recule pas aussi sur certains points

  2. Inch'allah dit :

    C’est vraiment un non événement en cette période où nous vivons cloîtrer, sans emploi et sans un rond depuis presque trois mois dans l’indifférence totale de d’état, et des dirigeants de notre illustre localité.
    Capital économique,implique la dépendance à des activites industriels et j’en passe. Sauf que avec un gouffre feu dont on se demande quelles sont les objectifs , un confinement qui stopper la quasi totalité des activités pétrolières et connexes, impliquant de fait aucun revenu depuis près de 3 mois à ces différents acteurs économiques , comment vivre, comment nourrir nos famille , comment payer nos loyers , comment soigner nos familles,que expliquer à nos enfants …sont autant de sujets qui suscitaient un réel intérêt qu’une ruelle qui se noie à chaque fois qu’il pleut, d’autant plus que même une simple bavette o a pas reçu, le moindre kit alimentaire ,on a rien reçu. Les portgentillais sont livrés à eux-mêmes et ne peuvent que se retourner vers le ciel.
    Une inondation…pfffff… ne nous faites pas rire !
    Les gars ont dépensés 250 milliards, ils on fait mieux que BLA et compagnie, pour quel résultat? meme une bavette gratuite a pog zéro.
    C’est la faim et le stress qui aura raison nous , et bonne covid.

Poster un commentaire