TATIE

Les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) et la Banque africaine de développement (Bad) organisent une table ronde des investisseurs en décembre prochain en Belgique. L’objectif de celle-ci est de mobiliser 2400 milliards de francs CFA pour la réalisation de onze projets intégrateurs.

La Cemac en quête de 2400 milliards de FCFA pour la réalisation de 11 projets intégrateurs. © D.R.

 

Les pays de la Cemac et la Banque africaine de développement se donnent rendez-vous en décembre 2020 à Bruxelles, la capitale belge et siège de l’Union européenne. Ils vont tenter de récolter des fonds destinés à la réalisation des projets de développement issus du Programme des réformes économiques et financières de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Pref-Cemac), mis en place en juillet 2016.

De douze projets au départ pour un investissement estimé à 2820 milliards FCFA, le Comité de pilotage (Copil) du Pref-Cemac a revu à la baisse ses ambitions, ramenant ainsi en juillet dernier, le nombre de ces projets à onze. En effet, deux projets ont été ont été jumelés : le projet du corridor Brazzaville-Ouesso-Bangui-Ndjamena devant relier le Congo, la Centrafrique et le Tchad ainsi que la route Mbaikoro-Benja-Bekoninga à la frontière centrafricaine qui est devenue une seule composante.

Pour le Copil Pref-Cemac, à défaut de mobiliser la totalité des fonds représentant 85% du coût global du projet évalué à 2714 milliards, la captation d’une bonne partie des fonds destinés à la réalisation des projets serait une aubaine. Le comité technique d’organisation de cette table ronde est constitué d’experts de la Bad dont la crédibilité de la signature a orienté la Commission de la Cemac à en faire le chef de file de cette opération.  Celle-ci intègre également des experts de la Banque mondiale (BM), de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), de la Commission de la Cemac et du Pref-Cemac.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Franck dit :

    Il faut organiser cette table ronde en Chine…et vous aurez l’argent en moins de temps qu’il ne faut pour le demander. Ce la fait des siècles et des siècles que les occidentaux sont en Afrique…ils n’ont jamais rien fait que la pillez…est-ce aujourd’hui que l’occident est en déclin qu’il va donner à l’Afrique ce qui lui a toujours refusé (les infrastructures nécessaires pour le développement de l’Afrique)?

  2. Lavue dit :

    Ne contribuez pas à tromper le peuple avec des images d’ailleurs. L’image présentée n’est pas une photographie prise dans un des pays de la CEMAC, à part le Cameroun qui a un réseau routier digne de ce nom, ce type d’ouvrage n’existe pas zone CEMAC, pourtant zone très riche en pétrole et sous-intégrée aussi bien sur les plans nationaux (exception du Cameroun) que régional. La CEMAC, on dirait une zone maudite que tous les Fonds du monde ne pourront jamais suffire à développer. Le Développement ce sont les hommes avant tout on doit le comprendre, l’argent reste un moyen parmi tant d’autres, même s’il est important.

    Comment a fait la Chine, pays sous-développé au début des années 60, pour se retrouver aujourd’hui à prêter à l’Afrique et au reste du monde?

    Les imbéciles vivent du rêve, les hommes sérieux se réalisent en comptant d’abord sur eux-mêmes.

  3. Lagens dit :

    Oui, l occident emprunte à la Chine ( Italie notamment) et la cemac se tourne vers l occident pour trouver de l argent fo aller demander directement à la Chine ça va vous coûter moins cher
    D accord avec mes deux prédécesseurs, rien de bon à attendre de l’occident, ça fait plus de 600 ans qu ils sont en Afrique, et c’est aujourd’hui qu ils vont nous aider à nous développer ? quand est-ce qu’on va enfin comprendre

Poster un commentaire