GR

Avec la suspension des éliminatoires du tournoi olympique, Sarah Mazouz est actuellement qualifiée pour les Jeux olympiques (JO) de Tokyo, reportés à 2021 en raison du Coronavirus. La judoka ignore si les choses resteront en l’état, ou si les qualifications reprendront là où elles se sont arrêtées.

Sarah Mazouz s’interroge sur sa qualification ou non aux JO de Tokyo. © D.R.

 

Le report des Jeux olympiques (JO) de Tokyo d’un an, en raison de la crise du Coronavirus, a suscité les interrogations de Sarah Mazouz. La judoka gabonaise ignore sous quel format reprendrait la campagne des qualifications, elle aussi interrompue à cause de la pandémie planétaire du moment.

«Vu que les qualifications ne pourront plus se dérouler selon le calendrier initial, nous ne pouvons pas exactement savoir s’ils (les équipes du Comité international olympique, ndlr) comptent reprendre les choses dans un an, où nous nous étions arrêtés, ou s’ils vont simplement réajuster les choses dès que la sérénité sera retrouvée», a indiqué Sarah Mazouz, relayé par L’Union.

Le Comité international olympique (CIO) a cédé à la menace du Coronavirus en repoussant en 2021, les JO initialement prévus du 24 juillet au 9 août prochain. Ce report est intervenu alors que la judoka n’était pas encore officiellement qualifiée pour les jeux. En l’état, Sara Sarah Mazouz l’est grâce au quota continental.

Quoi qu’il en soit, l’athlète de 32 ans a validé le report de la compétition. «C’est la meilleure décision qu’ils pouvaient prendre, dans la mesure où une annulation aurait paru horrible. Aussi, le report permettra aux athlètes de se remettre dans les meilleures conditions pour aborder la compétition», a conclu la médaillée d’or aux Jeux africains 2019.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire