TATIE

A la suite des premières pluies accompagnées de violentes bourrasques sur le chef-lieu de la province de l’Ogooué-Lolo, Koulamoutou, en fin de semaine dernière, près de 50 maisons ont perdu leurs toits, laissant de nombreuses familles sans-abris.

Les premières pluies tombées sur la ville de Koulamoutou ont laissé de nombreux ménages sans- abris. © D.R.

 

Les premières pluies tombées en fin de semaine dernière, sur la ville de Koulamoutou y ont laissé des traces. De nombreux ménages ont vu les toitures de leur maison se désintégrer sous la force du vent. La ville a enregistré ainsi de nombreux sans-abris qui se tournent désormais vers le gouvernement et les associations humanitaires pour une éventuelle aide.

Que ce soit dans les quartiers Litsébé, Mayela ou Bakélé, le constat est identique. Plusieurs familles se retrouvent sans-abris. L’orage a emporté les toits et causé de nombreux dégâts matériels. Les témoignages évoquent même des transformateurs électriques en feu, les poteaux électriques détruits.

Au lendemain de ce drame, le maire de la commune de Koulamoutou, Rigobert Nzéngué Lola, accompagné des agents de la police, des responsables des Affaires sociales et de la Croix-Rouge, a fait le tour de la ville pour s’enquérir de la situation et recenser les personnes sinistrées.

«Nous constatons le malheur qui vient de s’abattre sur nos compatriotes. Les toitures arrachées, les poteaux électriques endommagés. C’est vraiment bien triste. C’est le désarroi. L’orage était très violent. J’ai vu les toitures s’arracher et filer à la vitesse de l’éclair. C’est triste et regrettable car le phénomène est souvent récurrent», a déclaré Rigobert Nzéngué Lola, exprimant son soutien aux familles sinistrées.

La population vit dans l’angoisse et appelle à l’aide. «Nous avons presque tout perdu. Avec cette crise sanitaire, nous avons bien peur que nous soyons exposés à toutes les maladies. Nous prions les autorités de bien vouloir nous venir en aide», a déclaré l’un des victimes du sinistre.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Serge Makaya dit :

    Ce sera l’occasion pour ces démons de Bongo-Valentin de jouer « au bon samaritain » en vue de la pseudo élection présidentielle de 2023, avec le soutien de la France et du Maroc. Pauvre Gabon !! A Ntare Nzame !!

Poster un commentaire