mdas

Quatorze équipes prendront part dès le 29 septembre 2012 au premier championnat de football professionnel organisé au Gabon. L’annonce a été faite le mercredi 19 septembre par les responsables de la Ligue nationale de football (Linaf), organisatrice de cette compétition du ballon rond.

Daniel Cousin, l'un des piliers du prochain Championnat professionnel du Gabon - © Jordan/gabonreview.com

L’idée d’une professionnalisation du championnat national de football avait été appuyée par le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement Supérieur et Technique et de la Formation Professionnelle, Chargé de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Séraphin Moundounga. Le journal Le Temps, dans sa livraison du 16 mai 2012, indiquait d’ailleurs que le ministre avait demandé un budget de 12 milliards de francs CFA pour le lancement de ce championnat national de football professionnel dès le début de la nouvelle saison.

En amont, elle avait été au centre d’une réunion entre une délégation de la Linaf et le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, le 7 février 2012. Des experts internationaux venus présenter les articulations de ce projet de professionnalisation du football gabonais, avaient également été conviés à cette réunion tenue à quelques jours de la fin de la Coupe d’Afrique des nations de football 2012.

Pour les responsables de la Linaf qui ont annoncé la concrétisation du projet, la décision participe de la volonté de promouvoir le «football spectacle» et de redonner confiance aux sponsors comme dans les années 80. A ce propos, Joël Anicet Birinda, le président de cette instance, a expliqué que «dans les années 80, nous avions un championnat compétitif, des clubs bien organisés, soutenus par des industriels, qui avaient en leur sein des grands joueurs africains. Et les gens allaient nombreux au stade parce qu’il y avait du vrai spectacle».

Au regard en effet du nombre de professionnels ayant fait leur entrée dans le dernier championnat, à l’instar du Camerounais Bill Tchato ou des jeunes Gabonais Willy Aubameyang, Stéphane Nguéma et Daniel Cousin, on est en droit de penser que le challenge mérite d’être relevé. On estime cependant que ce n’est seulement la gestion des hommes et des finances, l’intéressement assuré des sponsors et du public qui créera les conditions idoines pour la réussite d’un tel projet. Car, si l’État est obligé d’apporter sa contribution financière pendant la phase d’expérimentation qui débute avec 14 équipes, celle-ci deviendra régressive au fur et à mesure des échéances afin d’aboutir à l’autonomisation de ce championnat professionnel à partir du sponsoring, de la billetterie et des droits télé.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Encore eux dit :

    Un Championnat professionnel n’est pas financé par l’Etat mais par des partenaires privés. Sans Sponsors et mécénat, j’en doute de la longévité du projet.

    On en reparlera….

  2. Reynaud sandrine dit :

    Que devient Willy Aubameyang? Ou joue t il maintenant.
    On ne parle jamais de lui.?

Poster un commentaire