mdas

Le Conseil des ministres du 2 novembre 2012 s’est penché sur l’exercice de la profession d’avocat en République gabonaise. Un projet de loi y a été examiné visant à réorganiser cette activité dont les acteurs sont souvent en discorde.

Le gouvernement gabonais recadre l’exercice de la profession d’avocat - © D.R.

Présidé par Ali Bongo Ondimba, le Conseil des ministres du 2 novembre dernier a notamment été marqué par l’attention particulière accordée à l’adoption du projet de loi fixant le cadre d’exercice de la profession d’avocat en République gabonaise. Un texte présenté par le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Ida Reteno Assonouet.

Pris en application des dispositions de l’article 47 de la Constitution, le texte sus cité, subdivisé en neuf chapitres, outre les dispositions générales, devrait permettre une meilleure réorganisation et définition de la fonction d’avocat au Gabon.

Robes d'avocats - © DJeroen BoumanIl y est question du statut et des prérogatives de l’avocat ; de l’admission au barreau, du stage, de l’inscription au tableau, de l’omission, de la radiation et de l’installation ; des incompatibilités, restrictions, empêchements et obligations ; l’organisation ; des garanties et des devoirs liés à la déontologie de la profession ; du régime disciplinaire ; de la sécurité des fonds et de l’assurance ; des dispositions diverses et finales.

Cette réaction qui fait suite à la volonté exprimée par le président Ali Bongo lors de la rentrée judiciaire, le 1er octobre dernier, de promouvoir l’émergence d’une justice forte et crédible pour tous, débarrassée de toutes les pesanteurs, devrait permettre de mettre fin au malaise qui règne entre la Cour de cassation et l’ordre des avocats, eut égard aux comportements blâmables de certains hommes de droit, mais aussi des sanctions gravissimes par la radiation pure et simple, à tout vent et comme bon leur semble, par ceux qui ont la prérogative d’en infliger.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. ni lire ni écrire dit :

    OK, et la même chose pour les juges c’est quand? Moi je propose une loi toute simple. Le juge qui prend ses focntion fait une déclaration de patrimoine. Qu’il renouvelle tous les 5 ans.
    Et on donne une prime de 10% aux dénonciateurs en cas de déclaration erronée. Prime prise sur la saisie des biesn de l’indélicat.
    Aille, mince je suis tombé du lit… je rêvais et j’oubliais être gabonais…

Poster un commentaire