HABANA

 

Pierre Claver Akendengué (PCA), célèbre aujourd’hui ses 78 ans. Ce 25 avril, pour son anniversaire, l’artiste a reçu des cadeaux bien spéciaux dont une œuvre artisanale réalisée dans le pénitencier de ’’Sans-Famille’’ par une autre célébrité nationale : Bertrand Zibi. Chantre du panafricanisme et poète de la liberté et de la vérité, le musicien gabonais, natif de l’île d’Awuta, dans le Fernan-Vaz (Ogooué-Maritime), comptabilise près de 21 albums et un single, lui ayant valu d’être élevé par l’Organisation des Nations Unies (Onu) au rang des seize icônes de la culture mondiale en juin 2015.

Akendengué a eu un impact énorme sur de nombreuses générations d’intellectuels et artistes Africains francophones. © Frédérique Jouval/Jeune Afrique

 

Par une publication sur son compte Facebook, le jeune juriste Lionel Ella Engonga, souvent cité par Gabonreview, écrit : « Ce dimanche 25 avril 2021, à l’occasion du 78e anniversaire de l’icône de la musique gabonaise, Pierre Claver Akendengue (PCA), je suis allé lui remettre un cadeau d’anniversaire assez particulier. Le présent est un sac fait à la main par un détenu, depuis la prison centrale de Libreville, et estampillé ‘’Pierre Claver Akendengue (PCA)’’. Des mots brodés en noir sur fond de couleurs nationales, vert, jaune et bleu. Le cadeau a été envoyé par Bertrand Zibi Abeghe, prisonnier depuis le 1er septembre 2016, suite à la crise post-électorale ».

Lionel Ella Engonga, émissaire de Bertrand Zibi, après la remise du cadeau à Pierre Claver Akendengué. Et, l’œuvre artisanale du célèbre prisonnier politique. © Facebook

Marque d’attention de haute portée symbolique et expression d’un attachement aux valeurs de liberté qui dépassent les murs de la prison centrale de Libreville, le geste n’a pas laissé l’artiste et sa famille insensible. À l’endroit de son bienfaiteur, PCA a émis une réponse et un vœu : «Il faut dire à Bertrand Zibi qu’à mon prochain anniversaire, il doit être avec moi, et je prie pour cela». Le plus grand musicien gabonais du XXème siècle n’a pas manqué de souhaiter la protection divine au célèbre prisonnier politique, rappelant : «Tous les jours sur RTN, j’écoute comment on parle de lui avec ma chanson ‘’La Liberté’’

PCA, le Considérable

Par ailleurs, dans le contexte de cet anniversaire, la diaspora gabonaise a organisé du 19 au 25 avril 2021, un événement magnifiant les œuvres de l’artiste et dénommé « Semaine Considérable ». Il s’agissait d’une somme d’activités physiques et virtuelles (déclamations poétiques en rapport avec la vision sociopoétique de PCA, conférences débats autour de l’œuvre de PCA, Live de vulgarisation des œuvres et de la vision de PCA sur les réseaux sociaux Facebook, Instagram, etc.) et partage des grandes pensées du musicien.

Préparé depuis l’année dernière, l’évènement est l’œuvre de l’Association Losyndicat. Il avait pour but de célébrer l’immortalité de l’œuvre de Pierre Claver Akendengué. Au-delà « le projet consiste à inspirer les plus jeunes et à attirer l’attention des aînés sur la nécessité de rendre hommage aux grandes figures dignes et nobles qui se sont battues ou se battent quotidiennement pour imposer l’histoire et la fierté du Gabon au monde, déclare Benicien Bouschedy, membre de Losyndicat. Essentiellement écrivains, les membres de cette association se revendiquent d’ailleurs d’un courant intellectuel qu’ils nomment « La Powêtude ».

Artiste engagé, notamment avec ses textes militants pour une africanité nouvelle, PCA est résolument plus qu’une grande figure de la musique contemporaine gabonaise. S’il a reçu malgré lui le label de « chanteur engagé » ,il y a que ses paroles ont très souvent prôné l’unité africaine et la liberté pour les opprimés. Interdites sur les ondes de la radio gabonaise, au début des années 70, ses chansons ont néanmoins circulé sous le manteau à Libreville et ont eu un impact énorme sur de nombreuses générations d’intellectuels Africains francophones.

 
GR
 

5 Commentaires

  1. Félix AYENET dit :

    Un cadeau très spécial à PCA de la part de BZA un geste très symbolique et plein de sympathie.

  2. Milangmissi dit :

    Akendengue je t’aime, tu es la grandeur d’esprit incarnée dans un pays de personne minable et petite.

    Petit par les centimètres
    Grand par les sentiments
    Il s’appelait Akendengue
    Il aimait chanter
    Ah, que le monde est méchant
    Et que Dieu est grand
    Mais chaque fois qu’il chantait
    Il tombait des gouttes d’eau
    Les hommes en ont eu marre
    L’ont chassé du village

  3. Sous-comandant Marcos dit :

     »vivre sans vivre la liberté dans mon pays ce n’est pas digne de moi ».

  4. Lagens dit :

    Un cadeau d anniversaire plein de symboles, a un illustre, digne et immense fils du gabon, l’immortel, PC Akendengue, joyeux anniversaire, qu Eyo’o veille toujours sur lui

  5. Daniel dit :

    PCA: Un grand nom,un grand africain,un grand homme,un digne fils,entre autres,très rares,du Gabon et qui fait nôtres fierté.Artiste engagé,tu n’a pas hésité à braver,par tes poèmes-chansons,le régime totalitaire qui oppressé tes compatriotes,toi même aussi.Ah,pierre Claver,le PCA de la musique gabonaise,les mots ne sauraient suffire pour définir ta haute dimension.Fang,je sais que tu as depuis dépassé les clivages ethniques nationales et depuis longtemps déjà tu appartient à l’universel. Bertrand a été très inspiré en t’offrant ce cadeau. Joyeux anniversaire et félicitations à Bertrand.

Poster un commentaire