mdas

Organisée par la direction générale des Pêches et de l’Aquaculture, en partenariat avec un le Projet d’appui au secteur des pêches et de l’aquaculture (PSPA), un atelier de formation de 4 jours sur le renforcement des capacités de gestion technique et économique d’une exploitation piscicole s’est ouvert le 21 mai à Libreville.

Pisciculture Gabon

Plus précisément, les bénéficiaires vont ainsi acquérir des connaissances sur les techniques de production du tilapia et du silure, de suivi et de gestion d’une exploitation piscicole, de vente et de la production, ainsi que de gestion, d’entretien et de réparation de matériel de production.

«A l’échelle mondiale, le développement de la pisciculture est devenue indispensable dans la mesure où les stocks halieutiques sont en net effondrement, à cause de la demande sans cesse croissante (…) A l’évidence, l’aquaculture devient une alternative devant procurer l’humain des protéines animales de qualité, dans un contexte où la pression des écosystèmes et de la biodiversité biologique constitue une priorité pour de nombreux pays», a expliqué Guy-Anicet Rerambyat, directeur général des Pêches et de l’Aquaculture, relayé par L’union.

Tilapia«C’est fort de cela que le gouvernement gabonais, avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers, a décidé de développer un ensemble d’actions ayant pour but de créer des conditions favorables qui permettraient d’assurer la pérennité de cette ressource en protéine, en croyant fermement aux potentialités de notre pays à développer le sous secteur de l’aquaculture», a-t-il conclu.

Cet atelier à l’endroit des pisciculteurs de la province de l’Estuaire inaugure ainsi une série de rencontres similaires à l’intérieur du pays, jusqu’au 28 juillet prochain, qui permettront de booster le rendement de 122 fermes piscicoles reparties dans 6 provinces du pays (Estuaire, Haut-Ogooué, Moyen-Ogooué, Ngounié, Ogooué-Lolo et Woleu-Ntem). Une initiative d’autant plus importante qu’elle participera à la sécurité alimentaire en zones rurales, où le déficit en poisson est considérable.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire