mdas

Pendant deux jours, du vendredi 14 au samedi 15 décembre 2012, les hiérarques de la police gabonaise se sont retrouvés à Mouila dans la province de la Ngounié, dans  le cadre de la conférence annuelle des forces de police nationale. Une initiative qui se déroulait dans sa troisième édition en présence du ministre de l’Intérieur, Jean-François Ndongou.

Le ministre de l’Intérieur, Jean-François Ndongou, à la conférence annuelle des forces de police nationale de Mouila le 14 décembre 2012 © Jordan/gabonreview.com

Le ministre de l’Intérieur, Jean-François Ndongou, à la conférence annuelle des forces de police nationale de Mouila © Jordan/gabonreview

Cette rencontre placée sous le thème «la sécurité publique au cœur de la gouvernance national: meilleures pratiques éthique et déontologie professionnelles», a été l’occasion pour les policiers et ses représentants des neufs provinces du pays de réfléchir comment rafistoler l’image de la police nationale sur le terrain. L’ambition fixée, pour le ministre de l’Intérieur, est de faire de la police un corps d’élite, crédible et performant, modèle de probité morale et équipé de moyens matériels modernes et efficaces. Une vraie gageure par les temps qui courent !

«Cette conférence  vient bien à propos, dans ce contexte général de changement et de relance de la machine administrative que prônent les plus hautes autorités de la République», a déclaré Jean-François Ndongou à l’ouverture des assises, en présence du Gouverneur de la Ngounié,  Michel  Mouguiama, avant de déplorer le déficit de vertu qui caractérise une bonne partie des éléments de la police dans l’accomplissement des missions qui leur sont confiées. En outre, il a fustigé le manque de maîtrise des rouages du métier par certains, l’absence de probité morale, de loyauté, ainsi que de disponibilité. Pour lui, ces éléments sont ceux qui doivent conférer au policier l’attitude républicaine qui doit faire partie des valeurs de ce corps.

Le commandant en chef des forces de polices nationale, le général Léon Mistoul, a quant à lui rassuré le ministre du fait que les interpellations diverses assorties de consignes et autres directives faites lors de la dernière tournée ont été bien perçues. Il a ensuite précisé que le thème choisi a pour objectif principal de répondre à l’exigence de sécurisation permanente des populations qui est assigné à la police : «Mon ambition constante est de diriger une Police crédible et performante, disposant d’un personnel imbu  de probité  morale suffisamment équipé pour prétendre à l’efficacité.» Reste que le développement de la sécurité nécessite le concours de l’ensemble des forces de la collectivité, à savoir la police, la gendarmerie, les autorités administratives, judiciaires et les populations, et que bien des ajustement restent à faire pour que ces différents corps parviennent à travailler de concert.

Les travaux de Mouila ont débouché sur l’élaboration de plans d’actions présentés comme fiables et propres à résoudre, tant par la prévention que par la répression, les problèmes d’insécurité qui minent les populations des villes du pays. 3 commissions étaient en charge de proposer des solutions concrètes.

«Après avoir relevé les errements constatés chez certains Policiers au cours de l’année 2012, caractérisés notamment par des comportements non professionnels car contraires à la pratique policière ; la première  Commission a défini le cadre juridique régissant le travail de Policier»  a conclu la première commission, proposant 4 axes d’action :

  • le recadrage des programmes de formation avec un accent sur les règles de l’éthique et de la déontologie policière ;
  • l’élaboration d’un code de déontologie de la Police ;
  • la reconquête par la Police de la confiance de la population par le biais d’une police de proximité, une police au service du public ;
  • la mobilisation des ressources multiformes pour la redynamisation et la redéfinition de la formation des Policiers.

La deuxième commission a eu à réfléchir sur la mise en œuvre des recommandations  des  stratégies sécuritaires retenues lors de la Conférence annuelle de la Police, tenue à Lambaréné en Décembre 2011. Elle a observé que le taux d’élucidation de la police, dramatiquement bas (5,36%), était, qui plus est, en baisse, que les accidents de la circulation étaient en hausse de 106,76% sur une année, que la criminalité globale était aussi en hausse, passant de 7 931 crimes et délits enregistrés en 2012 pour 7 527 en 2011 et que la seule satisfaction venait du contrôle des flux migratoires, avec une baisse toutefois non communiquée. «Il y a lieu de rappeler que  La Direction Générale de la Documentation vient d’organiser des travaux sur les flux migratoires à Libreville en associant les différents ministères impliqués dans la résolution des problèmes liés à cette question (…) C’est donc en vue de redresser ces tendances qu’un plan stratégique doit être défini  afin d’optimiser l’action de l’ensemble des forces. Les recommandations de la Conférence annuelle 2011 rejoignent les attentes et objectifs des autorités gouvernementales tels que définis dans le Programme Sécurité Publique du Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE)».

La Commission n°3 a planché sur la vie du policier en reprenant les recommandations au plan de la gestion des ressources humaines formulées l’année dernière à savoir :

  1. l’organisation des recrutements spéciaux pour les Unités de maintien de l’ordre et pour la police judiciaire, en insistant sur les critères de taille (1m70 minimum) et la pratique d’activités sportives et en privilégiant les hommes (par exemple quatre hommes pour une femme) ;
  2. l’institution d’un tableau de décorations des personnels des Forces de Police Nationale à l’image du tableau d’avancement en grade ;
  3. la multiplication des stages dans toutes les spécialités ;
  4. la nécessité de créer des commissions chargées d’élaborer les textes d’application du nouveau statut avec l’appui des juristes ;
  5. l’organisation des séminaires par la Direction Générale de l’Organisation et des Personnels et l’Inspection Générales des Forces de Police Nationale, afin de sensibiliser les chefs d’Unités sur les questions liées à la carrière du policier ;
  6. la prise en compte du calendrier scolaire pour éviter de perturber la scolarité des enfants des policiers ;
  7. la non prise en compte des policiers proches de la retraite dans les affectations, sauf en cas de convenance personnelle ;
  8. la non affectation à l’intérieur du pays des policiers soumis à un suivi médical avéré ;
  9. la sollicitation auprès de la Grande Chancellerie d’une révision à la hausse du quota des médailles attribuées aux Forces de Police Nationale ainsi que la représentation du Corps au sein de cette institution ;
  10. une meilleure prise en compte du policier retraité par des mesures réconfortantes : la délivrance dans les délais raisonnables des titres de transport, assistance matérielle, payement à temps de la pension retraite, etc. ;
  11. la mise en place, pour atteindre les objectifs assignés aux Forces de Police Nationale tels que l’exige l’application de la loi n°19/2010 du 17 juillet 2010, des Organes Consultatifs et Disciplinaires.

Sur le plan de la logistique, la commission recommande :

  1. tout en réhabilitant et en réfectionnant les casernes existantes, il y a nécessité de construire de nouveaux camps et casernes à Libreville et à l’intérieur du pays pour augmenter la capacité d’accueil à 6000 logements ;
  2. la dotation des unités opérationnelles des moyens supplémentaires notamment des véhicules, des moyens de transmissions, du matériel du maintien de l’ordre, pour une présence policière effective sur le terrain ;
  3. la réfection et l’extension de l’École Nationale de Police et son équipement.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Infos juste dit :

    Pourvu que toutes ces mesures soient suivies et accompagnées d’actes concrets, ainsi que d’une nette amélioration du service de nos forces de police nationale.

Poster un commentaire