HABANA

Plus d’un an après avoir célébré les 30 ans de sa carrière de peintre, l’artiste gabonais originaire de Port-Gentil offre à voir plusieurs de ses tableaux et quelques-uns de ses textes poétiques à l’Institut français du Gabon (IFG) depuis le 13 mars, dans le cadre de la Semaine de la langue française et de la Francophonie. Sous le thème «Les racines de l’espoir», son exposition prendra fin le 21 mars prochain à Libreville, avant de rallier l’intérieur du pays.

Georges M’bourou, le 12 mars 2021, à l’IFG. © Gabonreview

 

© Gabonreview

En 2019, Georges M’bourou a célébré ses 30 ans de carrière. «Je pense que le moment est arrivé de multiplier les expositions au Gabon et à travers le monde», a déclaré l’artiste peintre dont les œuvres sont actuellement à voir à l’IFG, à Libreville. Organisée depuis le 13 mars pour s’achever huit jours plus tard, la Semaine de la langue française et de la Francophonie répond donc à cette ambition.

Sous le thème «Les racines de l’espoir», cette exposition donne à voir plusieurs tableaux et quelques-uns des textes poétiques de l’artiste originaire de Port-Gentil dans province de l’Ogooué-Maritime. Des œuvres «figuratives et abstraites» dont certaines ont permis à leur auteur de remporter une dizaine de prix à travers le monde et d’être sélectionné pour représenter l’Afrique à l’Exposition universelle de Nagoya au Japon, en 2005.

Le peintre en compagnie du ministre de la Culture, le 12 mars 2021, à l’IFG. © Gabonreview

Une virée prévue à l’intérieur du pays

L’exposition de l’IFG, ouverte à la presse le 12 mars en présence du ministre de la Culture Michel Menga M’Essone, ne devrait pas être la seule que Georges M’bourou entend proposer au public cette année et dans le cadre de la célébration de ses 30 ans de carrière. L’artiste envisage d’en faire profiter le maximum de personnes, en commençant par son pays où il ambitionne de se rendre dans plusieurs localités.

«Certes, le projet est lancé à Libreville, mais nous allons nous déplacer pour aller vers le public, notamment à l’intérieur du pays, sur différents sites. L’objectif est, dans un premier temps créer une activité culturelle, et dans un second temps d’inciter les plus jeunes à la créativité», annonce le peintre qui précise que sa caravane s’arrêtera dans les écoles, les hôpitaux, les entreprises.

© Gabonreview

Après l’IFG, il sera possible de contempler les œuvres de Georges M’bourou au Musée national des arts et culture du Gabon, sis en face de la Chambre de commerce au centre-ville de Libreville, dès le 25 mars prochain.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. idriss dit :

    «Les racines de l’espoir».. Quoi ? La langue de Molière ? Plutôt écrire « Les ‘racines des Malheurs ».

Poster un commentaire