TATIE

 

Un groupe se présentant comme la Cellule du Grand Nord (CGN) a mis le feu à la loge présidentielle de l’Engong Stadium, communément appelé stade d’Oyem.  L’acte a été revendiqué à travers une vidéo en circulation sur les réseaux sociaux depuis le jeudi 30 avril. L’éléphant blanc de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2017 barrit.

La « Cellule du Grand Nord » (CGN) revendique la destruction par le feu du salon présidentiel du stade d’Oyem (Engong Stadium). © Capture d’écran/Gabonreview

 

Vêtus de treillis militaires, encagoulés et posant sur un arrière-plan de forêt, un groupe se désignant « Cellule du Grand Nord » a diffusé, ce jeudi 30 avril, une vidéo de smartphone mettant en scène un acte de vandalisme : un combustible liquide est aspergé sur les fauteuils de la loge présidentielle de l’Engong Stadium d’Oyem avant que le feu n’y soit mis. Les images des lieux, 2ème étage du stade, au moment de l’arrivée des officiels provinciaux et enquêteurs montrent, en effet, des carcasses de fauteuils, des meubles et des murs carbonisés.

L’Engong Stadium à 17 km d’Oyem, les dégâts dans la loge présidentielle et ceux qui les revendiquent. © Capture d’écran/Gabonreview

«Les faits ne datent pas d’aujourd’hui»

Selon le directeur provincial des Sports du Woleu-Ntem, Jean-Louis Mezui M’Assa, interrogé par un trio de confrères sur les lieux, «le stade d’Oyem a bel et bien été incendié. Nous avons tous reçu l’information par les réseaux sociaux. En arrivant sur place, j’ai trouvé l’Armée, la Gendarmerie, la Documentation et la PJ qui avaient eux aussi été informés. On constate que c’est la loge présidentielle qui a été incendiée.» Les premières remarques des enquêteurs dépêchés sur les lieux font état, toujours selon Jean-Louis Mezui M’Assa, de «sept écrans de télévision et deux ordinateurs portables» emportés par les vandales.

«Sur les fauteuils ayant flambé, nous avons constaté la présence de toiles d’araignée. Ce qui nous fait dire que les faits ne datent pas d’aujourd’hui, pas d’hier… peut-être trois semaines ou un mois de cela», explique le directeur provincial des Sports avant, finalement, de laisser entendre : «tout porte à croire que l’incendie date d’environ une semaine».

Éléphant blanc – «Ne soigne pas le Covid-19»

Resté inexploité depuis près de 3 ans après la Can 2017 dont elle avait abrité la poule C, le stade d’Engong, à 17 km d’Oyem, le chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, est la parfaite illustration d’un éléphant blanc : un ouvrage de grande ampleur et de prestige, inutile a posteriori et dont, finalement, l’entretien devient une charge financière superflue. Ne pouvant, en effet, l’entretenir ni y laisser se jouer des petits matchs locaux, l’État gabonais a laissé l’infrastructure à l’abandon. Pas sécurisée. Jadis gardien pour l’un des chefs Chinois du chantier, un jeune gabonais, resté sur les lieux, fait office de gardien. Nommé Wilfrid Nguéma Nguéma, il habite la petite cité attenante. Il a été interpellé pour les besoins de l’enquête.

La vidéo du quarteron de vandales auto-désigné « Cellule du Grand Nord » comporte, à l’angle, une panthère noire en guise de logo. Un insigne déjà vu à Libreville, il y a plusieurs mois, sur quelques tracts notamment affichés aux alentours de l’échangeur de Nzeng-Ayong à Libreville. Indiquant sur les écrits insérés dans leur film de 2 mn que «la cellule du Grand Nord (CGN) joint la parole aux actes», les vandales de l’Engong Stadium d’Oyem martèlent : «On ne mange pas vos stades», «on ne boit pas vos stades», «vos stades ne soignent pas le Covid-19», «vos stades c’est pas l’école», «vos stades c’est pas la route». L’orthographe de ces accroches et le montage de la vidéo laissent penser que ces vandales sont des gens instruits. Une enquête a été ouverte.

 
GR
 

25 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Je ne suis pas pour la destruction d’un bien public. Mais dès fois, il n’y a que ça pour se faire entendre ou comprendre. Ali Bongo est mort. Qu’on libère le Gabon SVP.

  2. Parfait dit :

    Quand vous détruisez le bien public , avec déjà le peu qu’on vous voulez rester sans rien, et même si Ali part, on n’aura plus rien des idiots c’est gens ignares

    • Grégoire Ndong dit :

      Non, ils ne sont pas des idiots. Des fois CASSER est la seule façon de se faire ENTENDRE par ce régime SATANIQUE où je vous rappelle que Mr Ali Bongo est bien décédé depuis octobre 2018 à Riyad. On ne sait toujours pas qui dirige le pays. Ali Bongo est mort.

    • Parfait2 dit :

      Mais à quoi te sert ce stade? Le gouvernement en le laissant à l’abandon ils detruisent l’argent du contribuable gabonais en bref, ils sont comme ces gens

  3. Ulys dit :

    Vous auriez du écrire : « les héros » ou les « combattant de la liberté ». Ce genre d’actes méritent même de se multiplier. C’est peut-être ainsi qu’on pourra se faire entendre et enfin libérer le pays prisonnier d’une famille depuis 1967.

    Descendre dans les rues pour manifester notre ras le bol, c’est impossible. Vous êtes assassiné ou emprisonné. Alors, il faut bien utiliser d’autres moyens pour mettre fin à ce que moi j’appelle aussi « crise sanitaire » que nous vivons au Gabon depuis l’ère du bongoisme.

    Le peuple gabonais veut la liberté de son pays. Et aussi JOUIR des richesses de son pays. Il est tout simplement INADMISSIBLE que ce sont plutôt des étrangers qui en jouissent aujourd’hui. Ali Bongo était un étranger. Sylvia Bongo et Nourredine Bongo sont aussi des étrangers. LIBERONS LE GABON.

  4. Didier dit :

    Vous voyez bien qu’ils ont ciblé certaines choses seulement. Ils n’ont pas tout vandalisé. Et ce petit « gâchis » que je partage avec raison n’est absolument rien devant les milliards détournés par certains.

  5. moundounga dit :

    Bjr. Tiens, tiens, tiens nous sommes en plein djihadisme pas au sahel mais en pleine forêt tropicale. Comme dis Didier juste quelques symboles et moi j’ajouterais les moyens de ras le bol changent de nature. ATTENTION. Amen.

  6. Parfait2 dit :

    Avertissement de ce qui peut arriver de pire, car tout commence comme ça !

  7. Elvire MASSIMA dit :

    Éléphant blanc en économie,argent du contribuable dans l’eau.oh quel gâchis ABO !

  8. Bernard Nkogue dit :

    La responsabilité à l’Etat. Pourquoi ? Pour avoir laissé ce stade sans surveillance. Pourquoi il n’y a pas au moins deux gardiens ? Vous êtes vraiment un gouvernement d’irresponsables, à l’image de celui qui vous a nommé au gouvernement : Ali Bongo. Mais où est-il donc ce grand voleur d’élections présidentielles ?

  9. FAN dit :

    T hobs,un grand esprit disait:si vous pensez qu’investir dans la culture coût chère , essayé l’inculture et vous verrai .
    Voilà,nous y sommes: un stade en feu .
    lorsque des sauts ont des opignons,ça donne cela.
    Acte d’une bêtise sans pareille et laissé prospérer de tels fait peut mettre en Mal le tissu social.

    • Ndong Alexis dit :

      Tu es du système. Moi je donne raison à ces personnes. Des fois il faut effectivement ce genre d’acte pour être enfin compris. Manifester à l’extérieur contre ce régime pourri ne servira à rien.

      Une dame me disait un jour que la paix prônée par les Bongo ne se mange pas. Et les Bongo sont champions pour parler de paix sans pour autant nourrir le peuple. Comme si ces mêmes Bongo aiment laisser le peuple affamé pour que ce dernier se mette toujours à genou à leurs pieds pour demander de quoi manger. Vous trouvez ça normal, surtout que les Bongo d’aujourd’hui ne sont même plus des gabonais ?

  10. bassomba dit :

    ce n’est ni plus ni moins qu’un acte de vandalisme puni par la loi. Lorsque les vandales auront été appréhendés, ils auront la peine prévue pour ces actes.

    • Kiliane dit :

      Bof!! Les mêmes qui punissent sont aussi ceux qui pillent ce pays depuis belle lurette. Je suis surpris par certains qui veulent punir ceux qui se battent comme ils peuvent pour enfin libérer ce pays. C’est regrettable. Vous savez pourtant que ce régime usurpateur va jusqu’à interdir des marches pacifiques ou même des sit-in. C’est pour quand la liberté dans ce pays ?

    • Giap Effayong dit :

      Je dis bravo à ces guerriers de la « Cellule du Grand Nord ».C’est déjà un bon début,j’aurais aimé être avec vous afin de détruire cet éléphant blanc à coups de dynamite.Un grand peuple ne se laisse pas dominer par des sous-hommes.
      Bravo! Et longue vie à vous.

  11. Hermann O. dit :

    Ah qu’il est loin le temps où on nous vantait la construction de ce stade comme étant un projet « structurant ». Encore un terme pompeux « lâché » sans en saisir l’étymologie. Sommes nous condamnés à lamentablement échouer? Même mal élus et dénués de toute légitimité, ne peut-on pas être altruistes et visionnaires pour le bien de tous?

    • Mbeda Mboma dit :

      Il est temps de dénoncer également des comportements qui nous fâchent tous. Pourquoi avoir construit ce grand stade en pleine foret, pourquoi n avoir pas détruit et reconstruit simplement l’ancien stade d’akouakam pour moderniser la chose et le quartier par la même occasion. au moins le stade serait en ville et utilisé régulièrement même pour des événements ordinaires. c était encore des rivalités entre hommes politiques de la province pour rapprocher le projet vers le village du plus fort oubien.

  12. actu dit :

    Pure diversion. La verite est ailleurs. Ce groupe soit disant CGN n’existe pas.

  13. Ikobey dit :

    « Qui sème le vent récolte la tempête »
    A excuser toutes les violences, un jour cette violence se retourne contre les manipulateurs.
    Il faut appliquer la tolérance zéro !
    Ce n’est pas à tous les Gabonais de payer, les citoyens d’Oyem sont responsables,
    c’est à eux de surveiller leurs enfants.

    • Serge Makaya dit :

      Commence à appliquer cette tolérance zéro à ta famille préférée : les Bongo ( les plus grands voleurs du Gabon)… A Ntare Nzame !! Pitié de toi Ikobey…

      • Mbeda Mboma dit :

        @IKOBEY,
        tu m as l’aire aveugle, oubien ignare, en parlant de violences, qui a le plus fait preuve de violence ici au Gabon si ce n est le gouvernement; la tolérance zéro a t elle été appliquée a ces gens.
        autres choses: « le grand nord par-ci, le grand-nord par la… » il est toxique de se prévaloir toujours de tel région ou de tel région, cela donne un sentiment de ségrégation et d’intolérance. évitons de ressembler aux arabes qui pensent que tout le reste de l’humanité ne mérite pas de vivre, a part eux. souvenons nous également de ces phrases prononcées a cocotier ou l’on entendait certain dire  » nous allons récupéré notre pouvoir ici au Gabon » de quel pouvoir s’agit il??? le Gabon compte neuf provinces une multitude d’ethnies; les Tekes, et Fang ont déjà géré ce pouvoir. donc les autres ethnies ne se sont que des figurant dans ce Gabon? et que la paternité de ce pouvoir est le grand nord nous le supposons tous.

        • SERGE MAKAYA dit :

          LEON M’BA ÉTAIT LE MEILLEUR… A NTARE NZAME…

          NB : je suis TOUJOURS pour que Mr Jean Ping SOIT notre Président du Gabon…

        • Ikobey dit :

          @Mbeda me prête des propos que je n’ai jamais eus. Et je suis d’accord à 100% avec lui.
          Je dis simplement qu’il faut responsabiliser les citoyens de ce qui se passe dans leur quartier que celui-ci soit à Mayoumba ou Cocobeach.
          Les citoyens doivent protéger les biens de la communauté et l’état ne doit pas faire payer tous les Gabonais des fautes et de l’irresponsabilité local.

  14. lavue dit :

    Faut analyser en profondeur ce type d’actes. Les responsables en première ligne sont les PDGistes, présents en très grand nombre dans le pouvoir et l’appareil d’Etat. Ils acceptent à l’Assemblée et au Sénat tout ce qui est proposé par le Président et son Gouvernement. Ces bandes d’irresponsables qui ne peuvent vivre que de la rente qui leur est distribuée ne s’opposent jamais aux caprices infantiles du Prince. Le PDG est une secte. Voilà l’origine profonde du mal de ce pays. Et dans le PDG nous avons tous de près ou de loin un parent. Ils savaient tous qu’organiser une deuxième CAN après 2012 n’avait pas de sens, pour un pays démuni en infrastructures comme le Gabon. Mais comme d’habitude ils ont laissé faire un ALI, qui ne vit et n’a pas connu les difficultés que connaît le commun des Gabonais. Faut pas l’oublier les BONGOS profitent d’une situation que le plupart de nos élus PDGistes approuvent sans dire mot. Et le pauvre peuple que fait-il au moment des élections? Chacun soutient à nouveau son Parent PDGiste et les choses ne bougent pas. Avant de tout jeter sur les BONGOS pensons à l’attitude de nos parents, frères et sœurs face au régime décrié, face à l’argent facile.
    Les échecs constatés sont entièrement imputables au régime en place. Les niveaux et les personnalités des gens au pouvoir sont minables cela ne fait plus aucun doute. Les vandales c’est pas bon, mais ça peut se comprendre dans certains cas, comme le gâchis orchestré par la construction de ce stade en pleine forêt et dont l’inutilité après la CAN était clairement perceptible. Ce gouvernement de farfelus devrait pouvoir en tirer les leçons sur les réelles priorités du pays. Le Gabon ne peut appartenir à un petit groupe de frères ténèbres.

    Merci

Poster un commentaire