mdas

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) vient de mener une étude qui dresse l’état des lieux de la presse au Gabon.

© D.R.
© D.R.

 

Dans quelques mois, l’Organisation des Nations pour l’éducation, la science et la culture – en anglais United nations educational, scientific and cultural organization – (Unesco) rend public un rapport faisant l’état des lieux de la communication au Gabon. Selon le site d’informations Gaboneco, cette étude a pour objectif de «passer en revue l’activité de communication des médias et des structures de communication locales, de scruter leurs méthodes de travail, les variations des pratiques et de travail d’un média à un autre, leurs contributions dans la démocratie, la qualité de la main d’œuvre du secteur, leurs sources de financements, leurs domaine de préférence en matière de traitement et de publication des faits».

Le secteur de la presse ou des média en ligne est particulièrement passé au peigne fin dans ce rapport, qui mettra l’accent sur le fonctionnement de ces nouveaux médias. Il est donc question d’analyser leurs sources de financement, évaluer leurs ressources humaines, leurs conditions de travail, leurs charges et leur viabilité économique. Pour ainsi dire, ce document entend dire comment ces structures se sont développées et comment elles ont évolué dans le pays depuis leur début dans les années 2000.

En élaborant ce rapport, il s’agit d’offrir aux spécialistes et aux dirigeants des éléments d’appréciation de l’exercice du métier de journaliste, mais aussi de son évolution et de ses performances dans le pays. «Les recommandations issues de celui-ci serviront aux autorités gabonaises pour enclencher le processus de développement d’un secteur de communication à même d’asseoir la démocratie dans le pays, de contribuer à l’éducation populaire et au développement de ce dernier», note-on.

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire