HABANA

 

Secteurs étranglés par le Covid-19, l’hôtellerie, la restauration et le tourisme sont passés par tous les états au cours de l’année 2020.  Sur les trois premiers mois de l’année 2021, le ministère de l’Économie et de la Relance révèle que le chiffre d’affaires a chuté de 20,5% à 1,3 milliard de francs CFA.

L’hôtellerie, la restauration et le tourisme sont des secteurs ayant durement été impactés par la pandémie de Covid-19, fin 2019 et début 2021. © Mapio.net

 

Les fermetures d’établissements, la limitation des vols et le confinement ont entraîné une chute conséquente de la fréquentation touristique et du chiffre d’affaires dans l’hôtellerie et la restauration. C’est ce qu’il ressort de l’analyse du ministère de l’Économie à travers sa première Note de conjoncture sectorielle de l’année 2021. Face à la réalité implacable imposée par la pandémie de Covid-19, de nombreux opérateurs de ces domaines ont mis la clé sous le paillasson et de nombreux emplois ont été perdus.

Dans le document du ministère de l’Économie éditée par la Direction générale de l’économie et de la politique fiscale, on note que «la deuxième vague de la pandémie de Covid-19 et le durcissement des mesures barrières édictées par le gouvernement n’ont pas favorisé l’exploitation de l’activité» dans ces secteurs.

Ainsi, l’évolution des principaux indicateurs est descendante durant les trois premiers mois de 2021. Le taux d’occupation des chambres a perdu 28,2 points à 10,81%, comparativement à fin mars 2020. Cela s’explique par les effets du confinement et du ralentissement des flux internationaux. Le nombre de clients est passé de 11 478 à la même période en 2020 à 10 298 en 2021. Soit une baisse de 10,3%.

Dans le même temps, le chiffre d’affaires a chuté de 20,5% à 1,3 milliard de francs CFA, suite aux contreperformances de la composante «évènementiel» et la diminution des prix moyens de la nuitée (-25,3%) et ce, malgré la bonne orientation de la restauration.

Les analyses ne s’appesantissent pas sur le personnel et la masse salariale dont la baisse était respectivement de 14% et de 29% au quatrième trimestre 2020. Les opérateurs espèrent désormais qu’avec les récents allègements, les chiffres devraient repartir à la hausse.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire