HABANA

 

La Compagnie africaine de sépultures du Gabon (Casep-Ga) va procéder, dès le 15 septembre, à des «inhumations à titre d’indigents» de nombreuses dépouilles dans ses chambres froides. Il s’agit de nombreux corps sans vie retrouvés dans le Grand-Libreville et qui n’ont pas été réclamés par leurs parents.

Casep-Ga va inhumer «à titre d’indigents», tous les cadavres dans ses chambres froides non réclamés par leurs parents. © Twitter

 

De nombreux corps sans vie retrouvés dans le Grand-Libreville sont actuellement en conservation à la Compagnie africaine de sépultures du Gabon (Casep-Ga). Visiblement excédée par cette situation, la maison de pompes funèbres veut se débarrasser de ces dépouilles encombrant ses chambres froides, à compter du 15 septembre. «Passé ce délai, des inhumations à titre d’indigents seront organisées», a annoncé Casep-Ga dans L’Union du 14 septembre.

La présence de dépouilles non identifiées ou l’abandon des corps dans les morgues est monnaie courante à Libreville. Régulièrement, les sociétés de pompes funèbres multiplient les communiqués invitant les parents des décédés à venir identifier et récupérer les dépouilles. Une situation pénalisante pour les sociétés de pompes funèbres, qui ont souvent recours à la municipalité pour des inhumations dans une fosse commune.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Malho dit :

    Où ces corps ont-ils été trouvé dans le petit Libreville ? Sûrement les corps des personnes que vous avez massacrer le 31 août 2016 au quartier général de Jean ping hein !!vous les pédé-gistes chassez que votre tour viendra……

Poster un commentaire