HABANA

 

Quasi-inconnue du public, le nouveau maire de la commune de Libreville a été installé ce 16 juillet. Lors de son installation, son parcours a été quelque peu retracé par le gouverneur de l’Estuaire.

Christine Mba Ndutume, le maire de Libreville. © Gabonreview

 

À la question qui est Christine Mba Ndutume, le nouveau maire de la commune de Libreville, le gouverneur de la province de l’Estuaire a levé un pan de voile sur son parcours, le 16 juillet lors de son installation. Selon Françoise Dikoumba, c’est «un cadre supérieur ayant exercé d’importantes responsabilités au sein de l’administration gabonaise, en diplomatie et au Sénat». Mariée et mère d’une famille nombreuse, elle est née à Libreville, mais originaire de Kango dans la province de l’Estuaire. Après ses études primaire et secondaire, elle intègre le Centre de formation et de perfectionnement professionnel (CFPP) de Nkembo où elle obtient le diplôme de secrétaire de direction.

Elle intègrera quelques cabinets ministériels (Santé, Transports, Parlement et aménagement du territoire, Enseignement supérieur) avant d’aller en diplomatie. Notamment, à l’ambassade du Gabon en Suisse où elle occupera un poste de «cadre», à l’ambassade du Gabon au Sénégal où elle occupera le poste de premier secrétaire tout comme à l’ambassade du Gabon au Zaïre (actuelle RDC) où elle occupera le même poste.

De retour au Gabon, elle occupera un poste de cadre au ministère des Affaires étrangères puis à la Cour constitutionnelle. «Dans le cadre politique, j’ai gravi tous les échelons du parti depuis mon adhésion en 1980, jusqu’à être élu comme membre du bureau politique lors du dernier congrès», a confié la militante accomplie du Parti démocratique gabonais (PDG), faisant allusion au congrès de 2017.

Le maire de proximité

Elle fut membre du groupe d’animation Nkol’Engong, avant d’être élue conseillère municipale, puis sénatrice du 4e arrondissement de Libreville lors de la 4e législature, en mars 2015. Avant d’être élue maire de Libreville, elle occupait le poste de 2e adjoint au maire du 4e arrondissement. «Ce parcours élogieux fait de vous une personne reconnue pour sa rigueur, son dynamisme, son pragmatisme et sa riche expérience dans la gestion de la chose publique», a dit Marie-Françoise Dikoumba à Christine Mba Ndutume. Cependant, a souligné le gouverneur, «pour mériter la confiance des populations vous vous devez d’être un maire de proximité, exemplaire, à l’écoute, rassembleur, empreint d’humilité et d’ingéniosité, ayant un sens élevé de l’intérêt général».

Des éléments qui, assure le gouverneur, astreignent Christine Mba Ndutume à une obligation de résultat dans la recherche permanente des solutions nécessaires à la transformation de la cité dont elle a désormais la charge. Cette dernière a pour sa part dit être «loin de vouloir réinventer la roue», et compte s’appuyer «prioritairement sur tous les collaborateurs faisant preuve de compétence et d’expérience avérées» pour «mener la mairie à bon port». «Je me suis toujours considérée personnellement comme une mère à l’écoute de tous ses enfants, et croyez-moi, je le demeurerai», a-t-elle promis.

 
GR
 

7 Commentaires

  1. Theydert Pauline dit :

    Bonne question!nous savons que Ntoutoume c’est l’estuaire mais Ndutume c’est du nord…

    • Be dit :

      Non madame, cette ecriture n’est n’est pas du Nord mais de l’Estuaie, c’est tout simplement une prononciation de l’estuaire, de la Guinee ou du Cameroun. En langue Ntoum on dit Ndoutoume et en Mekei de l’estuaire on prononce Ndutum! CQFD

  2. diogene dit :

    Le pdg a toujours utilisé des femmes soumises à l’excès pour avoir les mains libres !

    Les machos ne veulent pas être dérangé dans leurs magouilles !

  3. KIEM dit :

    @diogène, tout à fait d’accord avec vous mon frère Diogène, combien de Gabonais connaissent Marie Madeleine AVOME NZE, docteur en physique nucléaire, tapez son nom sur Google pour vérification. Insoumise depuis le lycée, comme ses grands frères. Dans d’autres pays où l’on fait la promotion des vraies valeurs, Marie devait être sur le podium.

    • Gayo dit :

      Oui. Quand on voit le profil de la personne on ne peut s’attendre à la révolution dont à besoin notre pays et Libreville en particulier pour être au diapason des villes modernes tournées vers un véritable modernisme.

  4. Gayo dit :

    L’état de notre pays fait qu’avoir des profils techniquement plus assis devient un impératif en lieu et place de gens qui ont voué leur vie au militantisme avant tout. Des ingénieurs, des techniciens, des économistes, des militaires. En tout cas des profils mieux outillés dans les questions de planification, gestion de projets de developpement, la recherche dans l’innovation et la technologie. Demandé à Paul Kagamé. On a besoin des gens au fait des vrais enjeux et défits modernes dans un monde compétitif et non d’  » une maman » pour encorer tourner en rond avec des gérants d’épicerie.

  5. Guide dit :

    J’approuve le parcours de Madame le Maire, elle a promis d’être à l’écoute de ses enfants maintenant ses enfants sont plus nombreux que jamais soit à peu près 8000 enfants qui sont tourmentés et martyrisés par les forces de l’ordre pour un rien alors nous, nous librevillois sommes à son observation attentive et espérons de meilleurs façons de faire de nos protecteurs non seulement la santé, l’éducation sont délaissés à eux même alors nous attendons ces fameuses rénovations non, ces fameuses modernisations afin que nous ayons une ville qui soit bonne pour nous tous pas seulement pour les hauts cadres et oui… bienvenue Madame et bonne gouvernance que Dieu vous proteges.

Poster un commentaire