HABANA

 

Le prix de l’huile Cuisin’Or ne cesse de repousser les limites de l’acceptable. A Libreville, le bidon de 5 litres de cette huile de table est passé de 4500 francs CFA en janvier à 7000 francs CFA actuellement sur certains étals.

Sur certains étals à Libreville, l’huile Cuisin’Or a atteint le prix record de 7000 FCFA. © Facebook

 

Comptant parmi les produits les plus prisés dans les ménages, l’huile de table Cuisin’Or donne des sueurs froides aux consommateurs, du fait de l’augmentation de son prix. A Libreville, entre janvier et juillet, le prix du bidon de 5 litres est passé de 4500 à 7000 francs CFA sur les étals de certains commerces de Libreville. Soit une augmentation de 3000 francs CFA en l’espace de trois mois. D’aucuns ironisent même, en disant que le prix du produit grimperait à 10 000 francs CFA en octobre prochain.

Selon les commerçants, la situation actuelle découlerait de la pénurie du produit chez les grossistes. Ces derniers, quant à eux, jettent la pierre à Olam Palm Gabon (OPG), dont les usines de production de Lambaréné et Mouila ne tourneraient plus à plein régime. Ce qu’OPG a formellement démenti, début juin, réfutant toute pénurie d’huile de table au sein de ses unités de production. «Les volumes produits sont supérieurs à la demande nationale estimée, et considérant que nous n’exportons pas l’huile de table et que les stocks sont disponibles, nous ne reconnaissons pas de pénurie», avait affirmé l’industriel.

Comment alors justifier l’augmentation constante du prix de l’huile Cuisin’Or depuis janvier ? Une question qui mériterait toute l’attention du gouvernement et la Direction générale de la concurrence et de la consommation (DGCC), pour le bien du panier de la ménagère. D’autant que Libreville n’est pas la seule ville touchée par le phénomène de l’augmentation du prix de l’huile de table.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. diogene dit :

    Soit Olam ment soit un petit salaud a organisé la pénurie en stockant de grosses quantités

  2. Jones dit :

    Au tour des malaisien d’exploiter et de rapatrier toute leur richesse et production pour le bien de leur peuple.

Poster un commentaire