" " Litige Gabon/Santullo-Sericom : ce n’est pas fini ! | Gabonreview.com | Actualité du Gabon |
mdas

 

Le bras de fer qui oppose l’État gabonais et le Groupement Santullo-Sericom depuis quelques années se poursuit à la Cour d’appel de Paris, en France, où Libreville avait introduit un recours à la suite de la sentence de la Chambre de commerce internationale (CCI) qui le condamnait, en novembre 2019, à payer 90 milliards de FCFA à la société de l’homme d’affaires italien, Guido Santullo, décédé en 2018.

L’affaire opposant le Groupement Santullo-Sericom au Gabon est pendante à la Cour d’appel de Paris. © Gabonreview (montage)

 

L’État gabonais n’en a pas fini avec son ancien partenaire Santullo-Sericom dont le fondateur et ancien responsable, Guido Santullo, est décédé en août 2018. Deux ans après le recours en appel déposé par les autorités gabonaises à la suite de la sentence prononcée par la Chambre de commerce internationale, la Cour d’appel de Paris (France) aurait rouvert le dossier ce mardi 18 janvier, à en croire nos confrères du site d’information Gabonclic.info.

Le 19 novembre 2019, en effet, la CCI avait condamné le Gabon à verser 90 milliards de FCFA au Groupement Santullo-Sericom. Et si l’entreprise exigeait l’apurement d’une dette qu’elle estimait à environ 328 milliards de FCFA, les 73% de réduction obtenus par le Gabon n’avait pas satisfait Libreville qui reprochait son ancien partenaire de divers manquements à la loi.

Le Gabon, qui a porté plainte en Suisse et en France, accuse les entreprises de Guido Santullo de corruption active d’agent public. Les autorités gabonaises disent avoir les preuves que certains des 11 marchés de BTP remportés par l’homme d’affaires de son vivant l’avaient été en échange de faveurs versées à des fonctionnaires gabonais (billets d’avion, séjour à l’étranger, construction de résidence, versement en liquide…). Libreville espère voir sa dette purement et simplement annulée.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Mandibules dit :

    La mauvaise gouvernance d’Ali Bongo coûte cher à l’état gabonais.
    Toutes ses équipes ministérielles sont des valeurs de premier plan.
    Prenez l’exemple du Sénégal ou de la Côte d’Ivoire tous les projets vont à leur termes. Au Gabon nous assistons qu’à des éléphants blancs depuis 2009.

    • Gayo dit :

      Non seulement Ali Bongo est un ignare mais un roi paresseux. Si nous sommes passés à côté des hommes aussi clairvoyants que Mamboundou et Mba Abessole. Qu’Ali Bongo laisse le pouvoir à Chambrier avec sa paresse et sa médiocrité qui le poursuit depuis la naissance.

  2. Mezzah dit :

    Tout a une fin, celle du système Bongo/Pdg/France Afrique est proche.
    La chute sera brutale et irréversible. Ce n’est qu’une question de temps.

Poster un commentaire