mdas

Dans son ouvrage «Un silure http://pharmaplanet.net/cialis.html dans la nasse. Approximation, manipulation et posture coloniale dans les Nouvelles affaires africaines de Pierre Péan», le conseiller d’Ali Bongo essaie de détruire le cheminement du journaliste-écrivain français.

Patrick Mouguiama-Daouda, le 8 juillet 2015 à Libreville. © Gabonreview

Patrick Mouguiama-Daouda, le 8 juillet 2015 à Libreville. © Gabonreview

 

La poussière s’étant quelque peu dissipée, le ton des attaques et le principal sujet de débat s’étant visiblement assoupi, les plumes s’affairent et des collaborateurs du président de la République, parmi lesquels Patrick Mouguiama-Daouda, peuvent se permettre de sortir du bois. Objectif : livrer leur appréciation après le tumulte des jours de marché. Parce que «le temps de l’actualité n’est pas le temps de la science», diront certains. Et la science, le conseiller spécial d’Ali Bongo l’a clairement revendiquée, le 8 juillet courant, lors de la présentation de son ouvrage intitulé «Un silure dans la nasse. Approximation, manipulation et posture coloniale dans les Nouvelles affaires africaines de Pierre Péan», publié en juin 2015 aux Editions du silence. Un livre à charge contre les méthodes d’«enquête» et les «révélations» contenues dans l’avant-dernier ouvrage du journaliste-écrivain français.

Pierre Péan, le silure ?

Sur 200 pages d’un livre considéré comme «une commande» de la présidence de la République, lassée par les attaques, alors que l’auteur s’en défend vivement, au point d’en perdre son calme, Patrick Mouguiama-Daouda dépeint Pierre Péan comme «un péripatéticien de la plume et un faux-monnayeur, qui semble n’avoir de comptes à rendre à personne».

Préfacé par Mactar Sylla, un autre proche collaborateur du président de la République, le livre, dès son premier chapitre intitulé «Pierre Péan, ses livres et le Gabon», refait, d’une certaine manière, la biographie du journaliste-écrivain français, passe en revue ses différentes activités professionnelles, ébauche son cursus scolaire, présente les personnes dont il est réputé proche et qui l’ont accompagné tout au long de son parcours, son implication souvent officieuse et calculée dans la vie publique gabonaise. Des «révélations» importantes qui permettront de comprendre «les relations ambiguës de Pierre Péan avec le pouvoir politique», et de cerner «les vraies raisons des affabulations du personnage qui se définit comme un journaliste d’initiative». Or, selon Mouguiama-Daouda, un brin triomphal, «il a été saisi grâce à une ligne de fond et une nasse».

D’illustres invités à la présentation dont le Pr Guy Rossatanga-Rignault (2è à partir de la gauche) et la couverture du livre. © Gabonreview

D’illustres invités à la présentation dont le Pr Guy Rossatanga-Rignault (2è à partir de la gauche) et la couverture du livre. © Gabonreview

Mouguiama-Daouda, la nasse ?

Pour tenter de briser le silence dont il accuse les intellectuels gabonais face aux questions sociales et se faire sa propre opinion, «Un silure dans la nasse. Approximation, manipulation et posture coloniale dans les Nouvelles affaires africaines de Pierre Péan» se veut «une analyse scientifique», qui entend «mettre à nu toutes les faiblesses de l’ouvrage de Pierre Péan, en suivant une méthode scientifique et en prenant le lecteur par la main pour le guider dans son œuvre afin de mieux comprendre sa démarche et ses desseins inavoués». «Je suis un universitaire qui doit dénoncer une méthode aboutissant à des livres mal écrits mais bien vendus : c’est l’exigence d’orthodoxie méthodologique et de rigueur épistémologique», a déclaré le conseiller spécial d’Ali Bongo, tentant de justifier sa prise de position.

Parmi les reproches faits à «la méthode Péan», Mouguiama-Daouda note les approximations, inexactitudes, la subjectivité, les témoignages douteux, qui mettent assez rapidement à l’épreuve le «journalisme d’initiative ou journalisme d’enquête» dont se réclame l’écrivain français, au détriment du «journalisme d’investigation». S’interrogeant sur le véritable positionnement de Péan, que d’aucuns pourraient classer parmi les écrivains, les essayistes libres ou les essayistes scientifiques, il estime que l’auteur des «Nouvelles affaires africaines», «se situe dans un entre-deux, à la frontière de différentes professions, pour justement se mettre à l’abri des exigences et du jugement de chacune d’entre elles. Ce positionnement contient en lui les germes de la manipulation. Insaisissable, le silure peut ainsi nager dans toutes les eaux, avec une préférence pour celles qui sont troubles».

Critiques

Si le livre de Patrick Mouguiama-Daouda peut se lire d’une traite, en raison d’un style fin, d’une compréhension facile, le ton et le sujet abordé ne peuvent pourtant échapper à l’œil des lecteurs avisés : la «réponse» du conseiller spécial d’Ali Bongo au journaliste-écrivain français est peu éloignée de celle dite «épidermique» reprochée à «Nouvelles affaires africaines. De même, si dans sa postface l’ouvrage aborde, avec un courage peu commun, la question de l’immigration, en décidant à sa façon de jeter un pavé dans la marre, il n’en reste pas moins abstrait. Des noms de personnalités sont cités et quelques évènements marquants de l’histoire du Gabon sont rappelés, sans véritablement mettre l’accent sur l’une des principales questions évoquées par Péan : la supposée adoption d’Ali Bongo par Omar Bongo Ondimba, celles d’autres individus cités par le français et la véracité ou non d’autres faits, notamment les assassinats de certaines personnalités supposées gênantes. L’auteur se contente de rapporter des rumeurs qu’il fustige, non sans mettre en garde l’opinion sur la dangerosité des notions telles que «Gabonais de souche», «Gabonais d’origine étrangère» ou «faux Gabonais». Bonne lecture !

 

 
GR
 

28 Commentaires

  1. MINKO dit :

    « ….des livres mal ecrits mais bien vendu . »!!!! Kia kia kia kia
    Questions a l’auteur : 1/ :La césarienne était elle pratiquée en 1959 ? Si oui un exemple
    : 2/ Pourquoi 3 actes de naissances ?
    :3 / Pourquoi refuser un test ADN ?

  2. FRANCOPHONE dit :

    Encore un « boufeur » du palais .!!!!
    ALI a t il présenté un faux acte de naissance en 2009 ? si OUI pourquoi ?
    Pour le style Pean , les Gabonais(es) s’en moquent …….

  3. koumangoye dit :

    Pourquoi ne pas nous présenter tout simplement l’acte de naissance (pas un acte, tout homme bien nee n’en a qu’un et un seul), Monsieur « l’universitaire essayiste scientifique » paye pour nous vendre un faux pour du vrai.

  4. Iboundji dit :

    Beaucoup de bruit pour rien un autre mercenaire de la plume qui ramène sur la table ce sujet après ils diront que ce sont les jaloux ? Mais les faits sont avérés les faits sont têtus il y a bien eu faux usage de faux et toutes ces calembredaines n’y changeront rien bravo pour le nouveau concept 1 livre pour suppléer une feuille d’état civil désormais la vertu vient cacher le vice mais en volume seulement….peine perdue..
    Ntsina y’aposwa go ntse yi zele ngulu yi figna g’evora [Le sang tombé ne peut revenir dans la plaie] Proverbe Myènè

  5. TCHIBOUELE dit :

    Voila un avatar du palais qui veut prendre les gabonais pour plus cons qu’ils nous considèrent déjà.

    C’est un universitaire ce mec la? mameeee la honte ohhh. Pitié.
    Seigneur, toutes ces études pour être un lèche bottes d’un homme qui n’a que foutre de tes diplômes et dignité.

    Qu’est qui t’a pris de mettre tes pieds dans cette nasse d’actes de naissances qui ne cessent de sortir de partout.

    pour un sujet aussi sérieux, demandez juste a celle qui parle la bouffe fermée de faire un test ADN. Toi le scientifique t’as jamais entendu parlé de ça?

    Eh Doud, quel moustique t’a piqué? Pitié, tu viens de te trahir que tu fais aussi la brouette.

    Tu as mis ton sérieux a l’épreuve des CFA, pitié pour toi.

  6. La Fille de la Veuve dit :

    Voici un Gabonais, esprit brillant ayant eu l’un des meilleurs parcours de sa spécialité (lettres modernes) et devenu Universitaire, donc enseignant et chercheur à l’université, après de brillantes études secondaires au Lycée National Léon M’ba, supérieures à l’UOB puis a Lyon où il a obtenu son doctorat. Il revient au pays pour enseigner à l’Université. Bravo papa!

    Puis arrive 2009, l’Imposture Ali Bongo braque le Pouvoir et devient 3ème Président du Gabon. quelques temps après le Vrai Chef, le Béninois, devient Directeur de Cabinet. Alors le brillant Gabonais se souvient que le Daouda de son nom vient du Bénin. De l’Université il passe à la Présidence pour renforcer la Légion étrangère, lui le Gabonais de toujours, ami d’enfance de Ya Tom Mambenga, Pamphile Mouissi, Hervé Bessacques et autres Serge Loungou est désormais Béninois ???…

    Et plutôt que d’écrire un Roman ou un recueil de ses Poèmes, Préfacé par son condisciple Ya Tom, voila qu’il nous produit un livre « d’enquête » dont le titre pourrait être :

    « Ali est Gabonais, selon le Béninois Daouda Patrick et le Sénégalais Macta Silla »

    Pitié!

    • TCHIBOUELE dit :

      @la Fille de la Veuve

      Ah maman, j’ai des larmes aux yeux, tu as repris ce que je voulais dire.

      le pays est a terre, totalement a terre, bientôt le professeur Jacques LEBIBI viendra aussi avec son livre d’éloges pour nous assommer.

      Dommage pour ce type.

  7. l'homme dit :

    wowowowowowowowwowowowowo!!!
    « des libres mal écrit mais bien vendu »
    wwwwwwwwwwwwooooooooooooooooo!!!!!!!!!
    toi le grand universitaire
    le maître de la méthode scientifique!
    toi qui sait écrire,
    combien d’ouvrage as tu publié?
    combien as tu vendu?
    à titre comparatif, et en toute honnêteté intellectuel
    nous osons espérer que tu nous publieras le notre de livre que tu auras vendu cette fois ci.
    quel moustique t’a piqué pour te produire si minablement.
    DAOUDA, tu doit être camerounais, et pour sauver ton pain tu
    te produit si nullement.
    pitiéééééééééééééé

  8. l'homme dit :

    lorsqu’on ne peut pas defendre quelqu’un on ne vient
    pas l’enfoncer. laisse le prési tranquille, toutes ses
    intervention mal faites ne l’arrangent pas. laisse nous faire
    se notre leader, pas besoin de parler on agira simplement.
    quand tu parle ferme ta bouche
    tu n’as pas reçu le message?

  9. joel dit :

    c’est vous même, Patrick Mouguiama-Daouda, le conseiller d’Ali Bongo qui êtes pris dans la nasse du mensonge, du manque de vertu et de la malhonnêteté intellectuelle. ALI BONGO a t’il oui ou non fait usage d’un faux acte de naissance pour se présenter à l’élection présidentielle de 2009?
    vous et les autres intellos qui vous accompagnent défendez votre misérable bout de pain qui ne représente rien devant l’intérêt supérieure du peuple gabonais et du Gabon.
    allez parler de vos théories pompeuses aux ignares dont vous avez vous même, la connaissance.
    Pas au Gabonais, qui sont parfaitement conscient de vos gesticulations de profito -situationnistes.

  10. OWIYOULOU dit :

    Si tu n’aimes pas, passe ton chemin.
    Si tu n’aimes pas, n’achète pas pour rien.
    Les choses transcendent toute personne alors pourquoi déblatérer sur ma magie do ré mi fa sol? (dixit hayo’e).

    je ne vois pas nos commentaires sur l’économie et pourtant il y’a un article sur forafric.
    Facebook s’installe en afrique, kaspersky aussi et les pantheres reculent de 6 places au dernier classement FIFA mais la nous restons muet.
    Les seuls sujets qui nous intéressent c’est la politique et Ali.
    Pourquoi? parce que ça nous donne l’occasion d’insulter les gens comme des enfants mal-élevé que nous sommes.

    • l'ombre qui marche dit :

      OWIYOULOU ce qui se passe montre à quel point de la politique découle tout le reste, la politique c’est l’organisation de comment on va vivre ensemble par exemple si au village quelqu’un va voler dans ton champs tu iras demander justice chez le chef du village, pourquoi? Je crois tout simplement parce que dans l’organisation politique de cet espace le chef du village est l’autorité maintenant si le chef de ce village est un menteur, un voleur pourra t’il te rendre justice? on veut bien parler de forafric, facebook et autres mais on sait que delta synergie est là! donc pour moi les fondations de la maison GABON sont en danger. JE NE COMPRENDS QU’ON ACCEPTE QUE DES GABONAIS DE SOUCHE AIENT EU MAILLE A PARTIR AVEC LA LOI EN DIMINUANT L’AGE POUR APPRENDRE OU EN L’AUGMENTANT POUR TRAVAILLER ET GAGNER LEUR PAIN A LA SUEUR DE LEUR FRONT 1ER COMMANDEMENT DE DIEU EN REALITE A CROIRE QUE VOULOIR APPRENDRE OU TRAVAILLER SONT DES VICES DANS CE PAYS ET DEMANDER QU’ON FERME LES YEUX SUR QUE ALI LE BIAFRAIS AIT PRESENTE UN ACTE DE NAISSANCE FAUX POUR POUVOIR A TOUT PRIX DIRIGER LE GABON! UN ACTE DE HAUTE TRAHISON, UN PARJURE

  11. wankebe dit :

    je tien a te félicité pour ton ouvrage et te dire qu’au gabon on s’attaque plus a l’individu qu’a ces ide os

  12. Blaise nicolas dit :

    Tres bonne analyse de Patrick mouguiama

  13. gabon tchouoooo dit :

    L’effet sable mouvant, plus vous agitez, plus vous vous enfoncez

  14. gabon tchouoooo dit :

    Plus vous vous justifiez, plus vous vous discréditez… Des fois on se demande si vous voulez vraiment aider Ali ou vous faites le jeu de l’opposition.
    Ali doit revoir çà, quelles sont les réelles intentions des profitosituationnistes

  15. Arcadi dit :

    La passion et le fanatisme ne sont généralement pas bonnes conseillères ! Je vous invite à lire l’ouvrage du Professeur Mouguiama-Daouda puis de faire vos critiques sur ses idées et non de vous engouffrer dans l’invective.

    Pour ceux qui ne connaissent pas le Professeur Mouguiama-Daouda, lire la 4ème de couverture de son livre [….]

    « Patrick Mouguiama-Daouda est Docteur-HDR en sciences du langage de l’Université Lumière Lyon 2. Professeur des universités, il a été chercheur au CNRS de 2003 à 2006 (UMR-5596, Lyon 2), professeur invité à l’institut des Sciences Cognitives de 2006 à 2008 (Université Lyon 2) et co-responsable du projet international Langues, Gènes et Cultures Bantu de 2003 à 2006 (CNRS & Fondation Européenne pour la Science).
    Il enseigne les sciences du langage, l’anthropologie cognitive et l’épistémologie des sciences de l’Homme et de la Société à l’Université Omar Bongo de Libreville où il dirige également le Laboratoire Langue, Culture et Cognition. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages scientifiques.
    Il est, actuellement, conseiller spécial du président de la République, chargé de missions »

    Vous pouvez aussi aller sur les liens http://www.ddl.ish-lyon.cnrs.fr/fflac/MOUGUIAMA-DAOUDA.pdf
    http://www.lcc-gabon.org/ et http://www.ddl.ish-lyon.cnrs.fr/Annuaires/Index.asp?Langue=fr&Page=Patrick%20MOUGUIAMA-DAOUDA pour son CV et ses activités scientifiques. Et si cela est compliqué taper mouguiama-daouda sur google ou un autre moteur de recherche
    .

    No comment sur son niveau et son expertise. Un scientifique de très haut vol.

    • la_cenap dit :

      ne detournez pas le debat en deballant les CVs. question simple: pourquoi un citoyen choisirait user d’un faux acte de naissance quand on a un vrai?

    • TCHIBOUELE dit :

      Arcadi, pour rappel nous sommes tous des chercheurs. d’aucuns trouvent leurs femmes pour la vie, d’autres des outils qui facilitent la vie des humains….
      Mais ton scientifique avec un tel palmarès que toi seul connait, Qu-a-t-il trouvé, hormis la stratégie de vider coute que coute Ya Ali en lui vendant n’importe quoi?
      Arrêtez les conneries, même dans un pays comme la Chine avec sa population, les gens se connaissent, alors pourquoi pensez-vous que la population du Gabon est si nombreuse, d’autres habitants dans Mars, Jupiter ou pluton, qu’on ne puisse pas se connaitre?
      Les gens ont joué aux billes ensembles, courir derrière les crabes du canal de Likouala, On parle de quoi?

      On ne pose pas ses fesses sur un feu sans ressentir la chaleur.

  16. Bassomba dit :

    Vous êtes pathétiques! Commencez par lire l’ouvrage du Professeur avant de le dénigrer.

    • TCHIBOUELE dit :

      Pathetiques l’est aussi Bassomba qui pense qu’un imminent scientifique (comme il en existe beaucoup dans les rangs des conseillers la bas) puisse se permettre de mentir et de raconter des conneries reconnues par le concerné sur son acte de naissance.

      Je crains fortement que si ton scientifique est rentré par la tête dans sa nasse, qu’il ne puisse plus en sortir.
      et si vous tenter de le sortir de cette nasse, tirer doucement, c’est mal parti.

    • mouthou dit :

      La déontologie scientifique interdit le mensonge et le soutien aux menteurs….!
      La science exige le respect des normes, le respect des lois et le soutien de la vérité. Quand un éminent scientifique, comme on nous le présente, vient déblatérer des inepties et mettre dans la tête des gens que ce qu’il savent depuis des lustres, preuve à l’appui, est faux, il y a de quoi se poser la question sur la moralité de ce scientifique.
      On comprend bien pourquoi l’UOB est en aussi grande décadence.

    • GABONAIS de Pur SANG dit :

      Bassomba,
      Le livre de Mr DAOUDA, est une réponse à nouvelle affaire africaine de P.Péan, et çà tout le monde le sait.
      –Oui on Non Ali est né par Césarienne en 1959, avant même la première césarienne en France?
      –Oui ou Non Ali a présenté un faux Acte de naissance en 2009?
      –Oui ou Non Ali n’a jamais obtenu de Doctorat en droit à la Sorbonne?
      –Oui ou Non les 3 documents présentés comme des Actes de naissances d’Ali sont faux?
      –Oui ou Non selon l’article 42 du code de nationalité c’est celui dont la nationalité est contesté qui produit la preuve de sa nationalité comme le fit le Président OBAMA?
      A la fin que dit de nouveau le livre de Mr DAOUDA à ces sujets?

  17. manami dit :

    Tout à fait d’accord avec vous TCHIBOUELE .

  18. raphael bandega lendoye dit :

    Je vais lire le livre de Mouguiama que je côtoie parfois sans le connaître vraiment. Je voudrais aussi demander à ceux qui nous incitent à le faire d’exiger que le livre de Pierre PEAN soit aussi mis à la disposition des Gabonais. Restaurant l’égalité, on pourrait parler de ce que l’on sait. Pour avoir le premier évoqué publiquement le sujet, j’attends depuis longtemps d’en être démenti par la production de l’acte de naissance original délivré aux parents à la naissance de celui qui occupe le fauteuil suprême dans notre pays. Il n’est ni besoin de livres, ni besoin de procès pour cela. Tout le reste ne cache qu’une vérité dérangeante et nue: cette pièce n’existe pas. Que ce qui a été dit à ce propos n’était que menterie qui dissimule une réalité différente que l’Histoire va rétablir. Ce que l’on vit nous permet simplement de comprendre que la vérité d’un fait juridique peut être dissimulée par le temps ou par la complicité ou détermination de ceux qui la détiennent. Que dans ce cadre, tout un Etat avec ses fonctionnaires, ses militaires, ses organes peut se trouver en situation de ne pas pouvoir faire respecter ses lois de la même façon à tous ceux qui habitent son sol. Que tout cela n’est pourtant pas irrémédiable. Il suffit que le désir de vérité soit partagé par la grande partie de la population à tel point que ceux qui la travestissent changent d’option. C’est possible, nous y travaillons. Que ceux qui s’inscrivent dans ce cadre nous rejoignent.
    Raphaël Bandega-Lendoye

  19. Bassomba dit :

    Raph, mon grand frère, racontes ce que tu veux à n’importe qui, je te connais, à l’époque d’Omar Bongo tu faisais quoi? Tu faisais ce que vous appelez « émergents » aujourd’hui font! Alors arrêtes de nous bassiner parce que tu as traversé la Ngoumi!

Poster un commentaire