GR

 

Adoptée le 12 juin en Conseil des ministres, la loi de finances rectificative a consacré une ligne budgétaire pour l’entretien et la maintenance de quatre stades de compétitions, Franceville, Libreville, Oyem et Port-Gentil, ainsi que de sept stades annexes.

La loi de finances rectificative a adopté le 12 juin a alloué une ligne budgétaire pour l’entretien et la maintenance de quatre stades de compétitions et 7 stades annexes. © D.R.

 

Abandonnés après les deux éditions de Coupes d’Afrique des Nations qu’a abritées le Gabon en 2012 et 2017, les infrastructures sportives viennent de bénéficier d’un financement pour leur entretien. La loi de finances rectificative, adoptée le 12 juin, a consacré une ligne budgétaire pour «l’entretien et la maintenance» de quatre stades de compétitions, Franceville, Libreville, Oyem et Port-Gentil, ainsi que de sept stades annexes.

L’annonce a été faite par le ministre en charge des Sports le 17 juin. Selon Franck Nguema, cette ligne budgétaire permettra de sortir d’un cycle «infernal et garder nos infrastructures sportives en bon état». S’il s’est réjoui que le principe budgétaire ait été acquis, le membre du gouvernement précise tout de même que «les budgets seront débloqués après le vote par l’Assemblée nationale de la loi de finances rectificative, au plus tard à la fin de ce mois de juin 2020».

Selon certaines indiscrétions, le budget alloué à l’entretien des stades oscillerait entre 3 et 5 milliards de francs CFA par an, en dehors du budget consacré à la réhabilitation du stade de l’amitié Sino-gabonaise d’Agondje.

Adoptée le 12 juin en Conseil des ministres, la loi de finances rectificative prévoit un budget équilibré en ressources et en charges à 3.047,1 milliards de F CFA contre 3.330,7 milliards de F CFA dans la loi de finances initiale. Le nouveau budget enregistre une baisse de 9%, soient 283,3 milliards de francs CFA.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire