mdas

 

En compagnie de l’ambassadeur du Gabon en France, l’ancienne députée et ministre française aujourd’hui promotrice de l’ONG Désirs d’Avenir pour la Planète a effectué mardi une visite à la Maison d’Alice, sise dans la commune d’Akanda. Elle n’a pas manqué d’éloges à l’endroit de l’établissement ouvert par la première dame Sylvia Bongo Ondimba au profit des malades de cancer.

Ségolène Royal (4e au milieu), le 21 juin 2022, à Akanda. © FSBO

 

Les deux femmes avaient multiplié les contacts jusqu’à leurs rencontres officielles en janvier 2021 avec la présentation par l’ancienne ministre française des projets de son ONG Désirs d’Avenir pour la Planète au profit de l’Afrique subsaharienne et du Gabon en particulier. Cette semaine, Ségolène Royal et Liliane Massala sont présentes au Gabon où elles ont visité la Maison d’Alice, sise à Angondjé, dans la commune d’Akanda, au nord de Libreville.

Avec les responsables de l’établissement construit par la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille (FSBO) pour l’accueil et le traitement des malades du cancer économiquement faibles, elles ont échangé sur «les sujets d’intérêt commun tels que la protection de l’environnement, la santé maternelle et infantile, et l’éducation», rapporte la fondation de la Première dame du Gabon. La présidente de la Cop21 n’a pas manqué d’éloges sur la qualité de la structure qui l’a accueillie, et sur l’initiative même.

«J’ai beaucoup d’admiration parce que c’est une réalisation très intégrée, c’est-à-dire, qui a pensé à tout ce qui est accueil des malades en liaison directe avec le Centre de cancérologie de Libreville. Cette proximité est déjà très rassurante pour les malades», s’est-elle exprimée au terme de sa visite, disant fortement apprécier que les pensionnaires de la Maison d’Alice bénéficient  d’une prise en charge globale, y compris pour les enfants.

Dans le cadre de son séjour au Gabon, Ségolène Royal a prévu de se rendre dans l’intérieur du pays pour les activités de son ONG. Désirs d’Avenir pour la Planète a été créée par Ségolène Royal et la Camerounaise Célestine Ketcha Courtès à la suite de la Cop21. L’organisation s’est donné pour mission d’«apporter l’énergie solaire aux maternités afin que les femmes n’accouchent plus dans l’obscurité de la nuit».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire