TATIE

Le Fonds monétaire international a approuvé le 31 juillet, un décaissement de 85 milliards de francs CFA au titre de l’Instrument de financement rapide (IFR) en faveur du Gabon, pour lutter contre le Covid-19. Ces ressources aideront le pays à stimuler les soins de santé, protéger les plus vulnérables et soutenir le secteur privé, notamment les petites entreprises.

Le Fmi a approuvé le 31 juillet 2020, un décaissement de 85 milliards de francs CFA au titre de l’Instrument de financement rapide (IFR) en faveur du Gabon, pour lutter contre le Covid-19. © latribune.fr

 

Bonne nouvelle pour le Gabon, qui va recevoir une aide précieuse dans son combat contre le Covid-19. Le Fonds monétaire international (Fmi) a approuvé le 31 juillet, un décaissement de 85 milliards de francs CFA au titre de l’Instrument de financement rapide (IFR) en faveur du Gabon, pour lutter contre le terrible virus.

«Ce financement d’urgence vient en appui aux actions déjà engagées par le gouvernement pour limiter les effets de la Covid-19 sur les plans social et économique», a affirmé le ministre de l’Economie. «Il s’agit à la fois d’une marque d’encouragement du Fmi aux efforts consentis par le Gabon pour sa relance et de la reconnaissance de sa bonne gouvernance», s’est réjoui Jean-Marie Ogandaga.

Selon le Fmi, il s’agit du deuxième décaissement au titre l’IFR, pour aider le pays d’Ali Bongo à faire face aux besoins urgents de balance des paiements découlant de la terrible pandémie. En effet, la baisse de la demande extérieure et l’aggravation de l’impact du Covid-19 ont encore détérioré les perspectives de croissance et aggravé la situation extérieure et budgétaire.

«La pandémie et les chocs sur les termes de l’échange continuent d’affecter gravement les conditions humaines et d’entraver les perspectives de croissance au Gabon. La contraction économique s’est aggravée depuis la première demande d’Instrument de financement rapide en avril 2020, et les positions extérieure et budgétaire se sont détériorées, donnant lieu à des besoins de financement supplémentaires», a confié le directeur général adjoint du Fmi.  «La dette publique reste soutenable, mais les risques de baisse ont augmenté de manière significative. Les perspectives à court terme restent soumises à une grande incertitude et à des risques de baisse considérables», a ajouté Mitsuhiro Furusawa.

Les ressources supplémentaires fournies dans le cadre de l’IFR contribueront ainsi à stimuler les soins de santé, protéger les plus vulnérables et soutenir le secteur privé, notamment les petites entreprises. En d’autres termes, l’aide d’urgence du Fmi soutiendra la réponse politique des autorités et catalysera le soutien des donateurs. Au total, le soutien du Fmi au Gabon au titre de l’IFR se chiffre à 167 milliards de francs CFA.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Serge Makaya dit :

    Ce qui a été decaisse il y a PEU de temps, on ne sait même pas comment ça été utilisé. A Ntare Nzame !!! Et vous donnez encore SANS contrôler le premier versement. Kié !!

Poster un commentaire