HABANA

 

Fille du «baobab» de la musique gabonaise décédé en avril 2018, la chanteuse Creol tient pour responsable de l’état d’abandon de la tombe de Mackjoss «le Mr qui a décidé d’enterrer [son] père à Mouila et qui a promis (de) faire un panthéon à son honneur et son entretien» : l’ancien maire de la localité et vice-président de la République à l’époque, Pierre-Claver Maganga-Moussavou.

Creol tient pour responsable Pierre-Claver Maganga-Moussavou de l’état d’abandon de la tombe de Mackjoss, son père. © Montage/Gabonreview

 

Trois ans après son inhumation, le chanteur Mackjoss repose aujourd’hui dans la broussaille, en plein cœur de Mouila. Sa tombe au bord de la Ngounié semble avoir été abandonnée, constate Gabon Media Time (GMT) qui se sont à juste titre interrogé sur les causes et personnes ayant rendu possible cette malheureuse situation. Si nos confrères questionnent l’inaction de la famille, de la communauté artistique et des autorités municipales, sur sa page Facebook ces dernières heures, Creol accuse plutôt «le Mr qui a décidé d’enterrer [son] père à Mouila et qui a promis (de) faire un panthéon à son honneur» et d’en assurer l’entretien.

Or, de mémoire, l’on se souvient que le 5 mai 2018, lors de l’inhumation de Jean-Christian Mackaya ma Mboumba dit Mackjoss, c’est Pierre-Claver Maganga-Moussavou qui avait fait cette promesse. En effet, devant les fans et membres de la famille du «baobab» de la musique gabonaise décédé quelques jours plus tôt à Libreville, l’ancien maire de Mouila, alors vice-président de la République, avait déclaré que l’emplacement où venait d’être enterré l’illustre disparu deviendrait un «monument aux morts».

«Cette place est devenue, par la décision du conseil municipal de la commune de Mouila, le lieu où le gouverneur viendra désormais déposer la gerbe de fleurs pour toutes les manifestations officielles. Ne seront ou ne sont inhumés ici que des personnalités marquantes du Gabon tout entier. Du moins, ceux qui manifesteront l’envie d’y être», avait précisé celui qui se présentait à cette époque comme l’«oncle» de Mackjoss.

Trois ans après cet engagement, «La Diva» de la musique gabonaise s’interroge sur sa page Facebook : «S’agissait-il d’une simple récupération politique sur le moment ?» La chanteuse assure néanmoins que la descendance de Mackjoss n’est en rien responsable de l’état d’abandon de sa tombe à Mouila. Elle promet pour sa part : «Nous ferons briller la mémoire de notre père que vous tentez de salir par tous les moyens.»

 
GR
 

4 Commentaires

  1. SERGE MAKAYA dit :

    Pitié pour toi, ma petite fille. Tu accuses les autres de ne pas entretenir la tombe de ton père. A Ntare Nzame !!! Ou va le monde ? Toi même tu fais QUOI pour ton défunt père ? Kiééé !!! Pitié !!! Pourtant, tu as beaucoup d’argent en allant bouger tes fesses partout. A Ntare Nzame !!! Pitié !!!

  2. Cornelia Onama dit :

    Serge Makaya avant d’avancer des propos liminaires prenez souvent la peine de comprendre de quoi il est question. Creol a fait un direct là dessus dans lequel elle explique tout dans les details ça ne vous coute rien de le suivre

    • Mbeda Mboma dit :

      Attention c’est quand même son père.

      si les promesses ne se déclenchent pas elle peut initier quelque petit gestes mais surtout pas se laver les mains comme elle le fait. ce ne sont pas les enfants des autres qui vont faire ce travail.

  3. joris bumba dit :

    c est pas une raison nous parlons de la tombe du chef d une famille

Poster un commentaire