TATIE

Si une partie de la population perçoit mal le maintien des mesures de restrictions dans le cadre de la stratégie de veille et de riposte contre le coronavirus au Gabon, le numéro 2 du Copil assure que la décision des autorités politiques et sanitaires de poursuivre l’état d’urgence est loin de les enchanter elles-mêmes.

Pr Romain Tchoua, Coordinateur du comité technique du Copil. © D.R.

 

Six mois après la découverte du tout premier cas dans le pays, et alors même que la tendance baissière liée aux nouvelles contaminations au Covid-19 tend à se consolider depuis juin dernier, le Gabon a décidé de maintenir en l’état les mesures de confinement partiel actuel. Vivement critiqué par une partie de l’opinion, notamment sur les réseaux sociaux où certains appellent au déconfinement total, le Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à coronavirus (Copil), principal conseiller du gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire, assure que «certaines décisions ne doivent pas être prises à la légère».

«Ces décisions engagent la responsabilité de notre pays en matière d’efficacité de notre plan de riposte» contre la pandémie, a justifié, jeudi 24 septembre, le Pr Romain Tchoua, à l’occasion de la présentation du bilan des six mois de lutte contre le virus dans le pays. Le Coordinateur du comité technique du Copil affirme également que décision prise par les autorités politiques de poursuivre l’état d’urgence sanitaire est loin de les enchanter elles-mêmes.

«Je ne pense pas que ce soit un plaisir pour les autorités de confiner la population ad vitam aeternam», estime le numéro 2 du Copil, expliquant que les secteurs ayant bénéficié il y a quelques mois de la mesure d’allègement des restrictions étaient ceux qui semblaient les plus maîtrisables. Pour ce qui est de la réouverture des lieux de culte, il avoue que c’est plus complexe. «Dans tous les cas, informe-t-il, le comité technique et scientifique ont travaillé. Nous avons rendu notre rapport sur l’évaluation de ces lieux de culte, en indiquant les critères à remplir avant de rouvrir.»

 
GR
 

7 Commentaires

  1. FELICIA INGRID MAGANGA MOMBO dit :

    Je me sens en prison s’il-vous-plaît

  2. Nzigou dit :

    @Gabonreview. Pourquoi relayer les sottises d’un militaire qui se comporte et raisonne en militant du PDG ou plutôt en domestique d’Ali Bongo et dont la place se trouve en prison ? Pourquoi donner du crédit à un médecin affairiste, detourneur de deniers publics et dont la vraie place est en prison ? Que ce type fasse le bilan de santé gestion durant les coupes d’Afrique des nations et au Copil… Qu’il dise d’abord d’où tient il son train de vie de nouveau riche…

  3. Ponce_pilate dit :

    A un moment donné il faut quand même nous respecter.
    Ce Monsieur s’exprime avec nous comme si nous étions ses enfants.
    Il ne donne ici aucun chiffre, aucun élément justifiant le maintien du confinement.
    Juste son avis et ses impressions comme si nous étions des enfants.

    Voilà nos chiffres :

    Taux de positivité : moins de 0.8% (La France ,actuellement déconfinée estva 6%)
    Taux de létalité : moins de 0,6% (la France etait au delà de 14%)
    Taux de mortalité : moins de 27 décès par millions d’habitants (la belgique est au delà de 800)
    Nombre de cas cliniquement actifs (ayant des symptômes) : moins de 50
    Nombre réel de cas actifs : moins de 150
    On a un traitement (ceux qui ont déjà déconfiné n’en ont pas)

    Je ne vois pas un autre pays déjà deconfines avec des données aussi bonnes.

    Même la grippe a des chiffres plus violents.

    Il faut vraiment arrêter de nous prendre pour des gamins.

  4. JAMES DE MAKOKOU dit :

    CE TYPE EST PR DE QUOI? FRANCHEMENT IL SE DIT MEDECIN MILITAIRE ET IL NE CONNAIT RIEN DE LA MEDECINE CE TYPE.. IL EST INCAPABLE DE LIRE UNE SIMPLE RADIOGRAPHIE DU THORAX ET IL SE DIT Pr. ET EN PLUS IL DECLARE ICI DES COONNERIES FRANCHEMENT SANS TETE NI QUEUE.. IL PARLE COMME UN MILITANT DU PDG, JUSTE POUR MAINTENIR LA SITUATION ACTUELLE SANS AVANCER DES ARGUMENTS VENANTS D’UN MEDECIN MAIS PLUTÔT D’UN BOURREAU POUR GARDER LA POPULATION DENUNIE DE LEURS LIBERTES FONDAMENTALES … CE TYPE JOUE LE JEU DES BONGOS POUR QUE PERSONNE NE MANIFESTE SOUS PEINE D’UNE PRISON ET J’ENCOURAGE LES HOMMES D’EGLISE D’OUVRIR LES EGLISES

  5. Steeve dit :

    Celui qui sème le vent recole la tempête, il y a un Dieu qui est vivant
    Et tout les hommes qui détruisent cette nation par leurs vols
    Détournement et autre , finiront comme il le mérite
    Dieu existe et il est l véritable juge et sa justice agit déjà sur cette nation

  6. Steeve dit :

    Petit pays de moins deux millions et pas de développement , pays extrêmement Riche , mais non , des milliardaires et des millionnaires , tous des politiques
    Tous des voleurs ,
    Les méchants amasse pour les Juste
    Continué vos vols

  7. Ponce_pilate dit :

    Lu ce matin sur un réseau social suite a là conférence conjoint d’hier des ministres de la santé et de l’intérieur

    Bonjour,
    Il y a plusieurs facteurs ou éléments erronés que vous ne prenez en compte.

    1-Il n’y a pas de 2e vague (en France).
    Une épidémie s’évaluant sur le nombre de décès ,qui n’a pas significativement évolué en France, il n’y a donc pas de 2nde vague.
    L’augmentation du nombre des cas observé est du a l’augmentation du nombre de test et donc du nombre de faux positifs.
    2-Nous utilisons un traitement qui fonctionne et qui garantie une prophylaxie ,eux ne l’utilisent pas.
    On peut même y adjoindre de l’artemisia.
    3-Vous ne définissez pas les critères de déconfinement, tout est uniquement basé sur vos impressions, sur de la tchatche.
    4-Nous avons des meilleurs statiques que des pays qui ont déconfiné avec des statistiques moins meilleures.
    5-La plus part des mesures liées au confinement ne sont pas respectés par le PDG avec ses réunions, par le gouvernement ou les institutions avec leurs reunions, par la population avec les mariages et les décès et pourtant l’épidémie ne progresse pas.
    6-La prudence n’est pas une justification pour maintenir le confinement,il faut des données claires, sinon on interdit la circulation de véhicules sur tout le territoire pour éviter les accidents de la route par prudence.
    7-Il n’y presque plus de contamination intramuros.
    8-Il y a des provinces blanches, qui n’ont plus de virus(pas de cas actifs), on ne peut donc pas justifier la continuité de leur confinement.
    9- Si le covid-19 devient saisonnier, allons nous rester confiné à vie ou vivre avec cette maladie comme avec le paludisme ?

    Tout ces éléments nous montrent que la volontés de continuer de restreindre nos libertés n’est pas lié au covid-19 car tous les indicateurs sont au vert.

Poster un commentaire