mdas

 

S’il ne cache pas que les rapports entre son parti, le Centre des libéraux réformateurs, et la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence (MRSE) ne sont pas au beau fixe, Jean Boniface Assélé ne cache pas non plus sa frustration, au point de laisser entendre que le CLR pourrait avoir un candidat à la présidentielle de 2023 au cas où il continuerait d’être négligé par le PDG, chef de file de la majorité.

Jean Boniface Assélé, fondateur du CLR, le 20 novembre 2021, à Libreville. © AGP/Gabon Matin

 

Il l’affirme, son parti n’est pas favorable au processus de fusion-absorption initié il y a quelque temps par Ali Bongo dont l’objectif est de former un grand ensemble au sein du Parti démocratique gabonais (PDG) en vue de la présidentielle de 2023. Le week-end dernier, Jean Boniface Assélé n’a d’ailleurs pas manqué de menacer de se présenter face à son allié lors de cette élection. En cause, le manque de considération qu’il dit subir depuis plusieurs années, en dépit de sa fidélité. Il se dit frustré.

«Nous sommes fidèles. J’ai toujours dit que s’il y a un, deux ou trois fidèles d’Omar Bongo, nous en faisons partie». Il regrette toutefois le débauchage de ses meilleurs éléments organisé par son allié, alors qu’ils appartiennent tous deux à la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence (MRSE). Le général à la retraite menace d’ailleurs de quitter ce groupe si ce débauchage persiste.

L’autre regret exprimé par Jean Boniface Assélé la semaine dernière est lié au financement de son parti. Il assure ne rien obtenir de la majorité, particulière du PDG, chef de file de celle-ci, alors que le CLR en aurait grand besoin. «On ne se renseigne pas, on donne de l’argent aux autres et pas à nous, alors que nous nous battons pourtant», a-t-il déclaré fidèle à son franc-parler.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. SERGE MAKAYA dit :

    Pitié de toi, Assélé. Ce n’est que l’argent qui t’intéresse. A Ntare Nzame !!! C’est pour donner aux petites filles ? Kiééé !!!

  2. Gael Nguimbi dit :

    Et c’est reparti pour un tour, ke petit chantage de la galère. Tu vas menacer de révéler quoi pépé pour qu’on te ferme la bouche?

  3. Gael Nguimbi dit :

    Et c’est reparti pour un tour, le petit chantage de la galère. Tu vas menacer de révéler quoi pépé pour qu’on te ferme la bouche?

  4. Moulonguichi Karlyto dit :

    Pourquoi il ne fait pas comme MYBOTO, passer le relai a un plus jeune, se reposer un peu et cotcher des petits nouveaux

Poster un commentaire