Jugé insalubre et servant de la nourriture impropre à la consommation, un célèbre restaurant au nord de Libreville, le «Chaud-Chaud», a été fermé provisoirement par l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa), qui a également procédé récemment à la destruction de 27,5 tonnes de riz importé en 2018.

Du poulet destiné à être cuit et servi aux clients au restaurant «Chaud-Chaud», à Agondjé. © Agasa

 

Malgré sa célébrité, le «Chaud-Chaud» d’Angondjé n’a pas échappé à la vigilance de l’Agasa, alertée depuis quelque temps par des consommateurs sur les conditions d’hygiène dans cette structure. Le restaurant a été mis sous scellé provisoire le 13 février par la direction de l’Inspection et des Contrôles sanitaires et phytosanitaires de l’Agence, à la suite d’un contrôle inopiné. Sur place, les contrôleurs disent avoir été face à des «faits choquants».

Le restaurant présentait en effet des conditions d’hygiène alimentaire exécrables, voire «inexistantes», selon l’Agasa qui cite : le «défaut de qualité du milieu caractérisé par l’insalubrité». Au«Chaud-Chaud», la rupture de la chaîne de froid avait également altéré l’ensemble des produits précuits, ouvrant ainsi la porte à toutes sortes d’insectes nuisibles (cafards, asticots, etc.).

«Toutes ces non-conformités représentent un danger élevé et des risques sanitaires et nutritionnels pour la santé du consommateur (maladies gastriques, intoxication…), car nous sommes ce que nous mangeons», justifie l’Agasa qui dit attendre la mise à niveau sanitaire de l’établissement avant sa lever des scellés.

27,5 tonnes de riz détruites

Ces derniers jours, l’Agasa a également procédé à la destruction de plusieurs tonnes de riz jugées impropres à la consommation. 27,5 tonnes au total, précise l’Agence qui indique qu’«une telle quantité mise sur le marché conduirait à l’intoxication alimentaire de près de 550 ménages». Étant entendu que «le riz est l’aliment phare de tous les ménages».

Les 550 sacs de 50 kg de riz saisis et détruits avaient été importés en 2018. Ils étaient jusqu’à lors «conservés et stockés dans un container insalubre, humide et infecté», informe l’Agasa.

 
GT
 

1 Commentaire

  1. Ikobey dit :

    C’est un commencement ou une fin ?.Je connais des dizaines de restaurants à fermer.

Poster un commentaire