TATIE

La Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) a récemment conclu un nouvel accord commercial avec le chinois BaoWu. Ce contrat s’ajoute à quatre autres signés récemment entre les deux partenaires, faisant de la filiale d’Eramet un des premiers fournisseurs en manganèse du numéro 1 mondial de l’acier.

La signature du contrat entre les deux partenaires. © Eramet

 

Bonne nouvelle pour la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog). Pour le compte de sa filiale au Gabon, Eramet vient de conclure un nouvel accord commercial avec Baosteel Resources, société de trading du n°1 mondial de l’acier BaoWu, portant sur la commercialisation du minerai de manganèse à haute teneur pour l’année 2021.

Le leader chinois, déjà client d’Eramet et de Comilog, a souhaité formaliser la coopération avec la filiale gabonaise au vu de ses performances opérationnelles durant la pandémie. Ce nouveau contrat-cadre d’envergure, s’ajoute à quatre autres signés récemment, confortant ainsi Comilog dans une position de leader sur le marché mondial du minerai de manganèse.

«Un contrat qui souligne le succès de notre coopération depuis plusieurs années et l’ambition de continuer à le développer dans le futur», s’est d’ailleurs réjouie Comilog. Par ailleurs, «cette signature marque la reconnaissance du nouveau positionnement de Comilog, celui d’un leader du marché devenu incontournable», a souligné la filiale d’Eramet.

 
GR
 

14 Commentaires

  1. azerty dit :

    Comilog n’est que l’ombre d’elle même sous ERAMET
    Il faut faire comme la SEEG, faire partir ERAMET et diriger nous meme ce fleuron, si on veut en tirer des les bénéfices …
    COMILOG comme TOTAL enrichissent les épargnants français à travers la bourse de Paris …
    Les paiements sont faits dans les paradis fiscaux et ils n’envoient ici que le budget de fonctionnement de COMILOG avec un peu de sous pour le RSE. Le reste alimente le train de vie de la maison mère … qui donne pas accès aux vrais chiffres des comptes.

    • mankwel dit :

      Attention, ce n’est pas le même contexte. SEEG qui était une société parapublic avant a été privatisée pour réaliser la concession sur le service public de la distribution de l’eau et l’énergie en république gabonaise. Et sa reprise par l’Etat après la réquisition a coûté cher (pas de prix officiel mais on parle de 40 milliards de FCFA). Ce n’est pas le cas de Comilog qui est une filiale de Eramet depuis toujours pour exploiter le gisement de manganèse de Moanda. Pour reprendre Comilog l’état ne peut pas faire de réquisition! il lui faut acheter les parts pour devenir actionnaire majoritaire. où est l’argent pour ça? il faut pas rêver! par contre l’Etat peut « obliger » Comilog a mieux investir dans le social pour la ville de Moanda par des arrangements fiscaux.

  2. Je partage votre votre analyse. En même temps, nous constatons que nous ne sommes pas des bons managers. Commençons par améliorer notre gouvernance et devenir des acteurs de notre économie. Le reste viendra avec la qualité du travail de mon pont de vue.

    • AHOULOU dit :

      Bonsoir Mr MABIKA
      Je vous écris parce que vous êtes un homme sérieux et qui n’analyse pas les choses par facilité en accusant comme c’est souvent le cas les autres.Ne dit-on pas : qu’il faut balayer devant sa porte avant d’aller chez le voisin . Par ailleurs , si tu tends ta joue alors l’autre peut te mettre une gifle. Les africains sont évidemment les premiers responsables des graves problèmes de gestion, de détournements de fonds, de corruption, d’inégalité criante, du manque de soins, des écoles minables’ de la pauvreté, du manque de démocratie, de leur complexe d’infériorité , des divisions, des étrangers qui arrivent et qui pillent tout sans être inquiétés. De leurs jeunesses qui foutent le camp, de leurs irresponsabilité et de leur manque de sérieux , de vision, de rigueur. Ils ne comprennent rien.
      Merci à vous.

  3. PV dit :

    @mankwel

    Pas tout à fait vrai. L’état a le pouvoir de privatiser et de payer le bien à échéance. Néanmoins, une privatisation poserait deux problèmes majeurs :

    1. la crédibilité car qui voudrait venir investir si l’investissement peut être facilement saisi. Exemple de la SEEG où personne ne se bouscule pour reprendre la concession.

    2. Qui mettre pour à la direction de la gérance, si des nationaux la boite serait pliée en 6 mois, les exemples ne manquent pas. Des mandataires extérieurs ? Ils n’apporteraient que peu de garantie de productivité.

    Le problème de Comilog est que les bénéfices sont mangés par la pauvre performance de la maison mère Eramet. C’est d’ailleurs bien pratique pour eux.

    Par contre, l’état pourrait monter à 51% sans en devenir l’opérateur et demander que les bénéfices de Comilog soient versés au Gabon. Il faudrait alors aussi investir dans une usine de traitement du minerai pour bénéficier de la plus importante valorisation de la plus-value du minerai.

    Avec le fer de Belinga, le gaz naturel du pétrole les pour des micros fourneaux et le manganèse le Gabon pourrait devenir une plaque tournante majeure de l’acier de qualité mondial…. c’est jouable mais il faudra embaucher des expatrié quitte à très bien les rémunérer. Si c’est pour faire du Gabo-Gabonais… Pardon, oubliez alors ça.

    Il faudrait pour cela un véritable gouvernement non corrompu.

    À noter que ces notifications de commercialisation ne veulent absolument rien dire… mis à part que le manganèse et recherché et que certains acteurs veulent s’assurer d’un approvisionnement stable.
    Ces accords peuvent être assez facilement répudiés surtout en gardant en vue l’énorme crise économique mondiale qui se profile pour 2021

    • mankwel dit :

      @PV, je n’ai pas bien saisi votre propos : si l’état prend en main la gestion de Comilog ce n’est plus une privatisation mais une nationalisation! cependant dans quel but l’Etat gabonais ferait cette opération? Surtout que Eramet ne va jamais lâcher son fleuron aussi facilement ça risque de coûter encore plus cher que la reprise de la SEEG! pour quel résultat d’ailleurs cette dernière opération près de 3 ans après. Bref je persiste pour moi l’Etat a plutôt intérêt à jouer sur la fiscalité pour pousser Comilog à faire plus de Social à Moanda et dans le Haut-Ogooué voire tout le Gabon (Setrag, etc.)

  4. azerty dit :

    Pour s’affranchir, il y ne a toujours qui tirent sur le frein à main. Notre independance n’a pas de prix.
    40 milliards la SEEG, demontrez. Depuis que Veolia est parti le ciel est tombé sur quelle tête ?
    Allons … prenons nos responsabilités … sinon on ne nous les donnera pas.
    L’attelage des multinationales et du francs CFA est le mm. Nous maitriser. Point.

    • mankwel dit :

      @azerty, question combien a coûté la transaction à l’amiable entre l’Etat gabonais et Veolia pour la reprise des actions de cette dernière à la fin de la réquisition en 2019? connaissez-vous le dossier?
      Reprendre Comilog pour s’affranchir, qu’est-ce que ça veut dire concrètement? on a la SEM mais elle fait quoi? et pourquoi ne fait-elle pas plus que ce qu’elle fait actuellement comme allez extraire le fer de Belinga?

  5. Jones dit :

    Et pour autant Moanda est comme un campement et le Gabon comme avant la décolonisation.

  6. PV dit :

    @mankwel

    Correct… erreur ou lapsus de ma part mais, c’est bien nationalisation qu’il fallait comprendre.

    Non vous ne pouvez faire de la taxation pour uniquement de la distribution locale. Cela n’a aucun sens, les recettes doivent rentrer dans les caisses de l’État et après les politiques peuvent le flécher où c’est le plus bénéfique.

    La taxation pose le problème de l’équité… Vous ne pouvez pas cibler une entreprise en particulier, cela serait illégal et facilement révocable.

    Le 51% pays 49% investissement étranger est ce que font beaucoup de pays en voie de développement dont la Chine, l’Algérie, etc …. cependant, il faudrait l’étendre à toutes les entreprises. C’est une option qui devrait être arme de négociation.

    À minima, il faut séparer de manière comptable Comilog d’Eramet et exiger que la comilog verse entièrement ses dividendes au Gabon ainsi que les investissements soient basés sur la performance de Comilog et non pas selon le bilan d’Eramet.

    Enfin, le Gabon devrait exiger que le manganèse reçoive sa transformation au Gabon et non en Norvège ou ailleurs comme actuellement, amenez les usines de transformation au Gabon, il n’y a pas d’obstacles à cela.

    • mankwel dit :

      @PV, mon propos justement est de dire qu’avec tous les milliards que Comilog gagne Moanda devrait être nettement mieux urbanisé et les populations locales plus à l’aise. On est bien conscient que l’Etat malgré les impôts générés par l’extraction des matières premières (y compris le pétrole) ne fait pas grand chose, il faut peut être aller en amont chez les compagnies et ce n’est pas une nouveauté la PID a aussi contribué a développé Port-gentil dans les années 70/80. Cependant il faut tenir compte de la réglementation juridique des affaires (cf OHADA). le vrai problème de l’Etat gabonais c’est que les compagnies nationales qu’il lance SEM, GOC, etc.. n’arrivent pas à décoller et concurrencer valablement les sociétés étrangères sur le même terrain. en ce qui concerne Comilog il serait plus intéressant que l’actionnariat gabonais augmente mais pas forcément celui de l’Etat, les particuliers gabonais doivent pouvoir s’y intéresser à un prix abordable et hors circuit boursier et ça l’Etat peut le négocier avec Eramet et là les dividendes resteront en grande partie au Gabon, mais exiger que les bénéfices de l’actionnaire étranger reste au pays c le pousser à partir et aller ailleurs.

  7. PV dit :

    @Azerty

    Je ne sais pas si vous avez remarqué mais on s’est pris 15% d’augmentation de prix d’électricité… et toujours pas d’investissements.

    Qui plus est il a fallu réembaucher des blancs à la SEEG pour que ça tourne car ça commençait à se fissurer sérieusement.

  8. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Vu et entendu sur POLITITIA émission politique sur AFRICA 24 le Dimanche 29 Novembre 2020 . Le journaliste Malgache a dit ceci:  » Les Dirigeants africains(sous-entendus les Présidents et singulièrement ceux de l’Afrique centrale) n’ont aucune vision ». Ces derniers apprécieront. Amen.

  9. romuald dit :

    mais , une fois que ca vient aux du pdg cs finie detournement sur detournements liquidation

Poster un commentaire