HABANA

 

Le secrétaire du groupe d’amitié parlementaire Gabon-Maroc à l’Assemblée nationale gabonaise a regretté le 29 août, la rupture des relations diplomatiques entre le Maroc et l’Algérie. Affirmant que «le Maroc restera un partenaire crédible et loyal pour le peuple algérien et continuera d’agir», Germain Biahodjow a invité l’Algérie à accepter «la main toujours tendue du Maroc» et «reprendre les relations diplomatiques mutuellement profitables».

Germain Biahodjow a invité l’Algérie à reprendre avec le Maroc, des «relations diplomatiques mutuellement profitables». © Facebook

 

Après plusieurs mois de tensions, Alger a annoncé le 24 août, la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc. Une mesure commentée par le secrétaire du groupe d’amitié parlementaire Gabon-Maroc à l’Assemblée nationale gabonaise. «Ma qualité de parlementaire gabonais m’oblige à émettre des profonds regrets suite à la décision unilatérale des plus hautes autorités algériennes de rompre les relations diplomatiques avec le Royaume du Maroc», a déploré Germain Biahodjow, en réaction à la décision de l’Algérie, le 29 août sur Le Reporter, avant de relever que la rupture unilatérale des relations diplomatiques «n’a jamais été une solution pour régler les problèmes bilatéraux».

Cette issue était dans l’air depuis qu’Alger avait nommément accusé «le Makhzen»–appellation réductrice par laquelle est désigné le régime marocain– d’être mêlé aux visées malveillantes imputées aux membres de deux organisations (MAK et Rachad, déjà classées organisations terroristes) et qui sont accusés d’être à l’origine des feux ravageurs qui ont frappé le pays début août, ainsi que du meurtre en public du jeune Djamel Bensmail, le 11 août.

Accepter la main tendue du Maroc

Germain Biahodjow n’a pas manqué de saluer la réaction des autorités marocaines après la décision de l’Algérie, qui ont affirmé que «le Royaume du Maroc restera un partenaire crédible et loyal pour le peuple algérien et continuera d’agir, avec sagesse et responsabilité, pour le développement de relations intermaghrébines saines et fructueuses». Le député du Parti démocratique gabonais (PDG, majorité) a également mis en exergue cette volonté de dialogue avec l’Algérie, «qui a toujours caractérisé les plus hautes autorités marocaines qui ne ménagent aucun effort pour tendre la main à l’Algérie dans tout processus de règlement de leurs problèmes bilatéraux».

Tenant compte de cette volonté de dialogue sans cesse manifestée et soucieux de voir la dynamique d’intégration africaine s’accélérer en faveur du développement du continent, le secrétaire du groupe d’amitié parlementaire Gabon-Maroc à l’Assemblée nationale gabonaise a exhorté les plus hautes autorités algériennes à accepter «la main toujours tendue du Maroc» et «reprendre les relations diplomatiques mutuellement profitables» et si nécessaires pour la «paix et la stabilité de la région du Maghreb».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire