GR

A la suite de l’article intitulé «Affaire Clean Africa/Sovog : Bilie-By-Nze dans le panier à crabes» paru le 22 juin dernier dans l’hebdomadaire Echos du Nord, le ministre d’Etat en charge des Affaires étrangères, Alain-Claude Bilie-By-Nze, a saisi maître Gisèle Eyué Bekalé, avocate au Barreau du Gabon, qui a annoncé, ce 26 juin, que son «client a décidé cette fois-ci de porter plainte pour diffamation contre les auteurs et les complices de cet article qui ne repose sur aucune preuve».

Me Gisèle Eyué, lors de son point de presse, annonçant la plainte d’Alain-Claude Bilie-By-Nze contre l’hebdomadaire Echos du Nord. © Gabonreview

 

Dans sa parution du mardi 22 juin dernier, Echos du Nord titrait à la Une «Affaire Clean Africa/Sovog : Bilie-By-Nze dans le panier à crabes». Visiblement ce texte est mal passé du côté de l’incriminé. A l’occasion d’un point presse ce 26 juin, son avocat, maître Gisèle Eyué Bekalé, a annoncé qu’il a décidé de porter plainte pour diffamation.

Selon l’avocate, cet «hebdomadaire diffuse à l’envie des allégations dont le seul objectif est de porter atteinte à l’honneur et à la considération d’un homme». «L’hebdomadaire a fait croire à l’opinion publique que mon client a joué un rôle dans la vente de la société Sovog (Société de valorisation des ordures ménagères du Gabon – ndlr) et qu’il aurait touché des rétro-commissions dissimulées dans un compte bancaire à l’étranger», a dénoncé Me Gisèle Eyué qui relève par ailleurs que son client affirme «haut et fort qu’il n’est pas impliqué dans cette affaire et qu’il ne détient aucun compte bancaire nulle part dans le monde».

Pour le conseil de Bilie-By-Nze, qui s’exprimait avec force et gravité, «ces accusation, fondées sur des supputations, ne répondent qu’à une seule volonté, celle de manipuler l’opinion publique et la justice contre un homme». «Suffit-il qu’un de vos collaborateurs soit cité dans une affaire pour que vous soyez également cité ?», «Comment peut-on porter aussi gravement atteinte à l’honneur et à la considération d’un homme sans aucune preuve ?», «Comment peut-on avoir autant de haine contre un homme dans justification ?», «Comment peut-on s’acharner, dans le mensonge, contre un homme comme cette histoire de chèque sans provisions, alors que la Cour de cassation l’avait complètement blanchi ?», s’est longuement interrogé Me Eyué.

L’avocate estime que «toutes les explications du monde ne justifient pas que l’on ait pu livrer à l’opinion publique l’honneur d’un homme au prix d’un double manquement de ses accusateurs aux lois fondamentales de la République, celles qui protègent la dignité et la liberté de chacun d’entre nous».

C’est donc devant ce qu’elle qualifie d’«insupportable», «injustifiable» que son client a décidé de porter plainte pour «diffamation contre les auteurs et les complices de cet article qui ne repose sur aucune preuve».

L’article incriminé de l’hebdomadaire Echos du Nord revient, en effet, de long en large, sur le dossier Clean Africa/Sovog. Dans leurs investigations, les auteurs affirment que l’actuel ministre des Affaires étrangères, à l’époque ministre de la Communication, aurait reçu une «grosse commission», comme de nombreuses autres personnalités, dans les transactions relatives à cette affaire.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Gayo dit :

    Qui se ressemblent s’assemblent, il n’y a pas de fumée sans feu. Que ca soit le chèque sans provision ou l’implication des collaborateurs, ces histoires laissent penser que Bilie Bi Nze qui parle comme un mytho n’est pas clean.

  2. messowomekewo dit :

    L’hebdo Echos du nord du nord est très apprécié des lecteurs, aussi j’espère que ses journalistes ne publient pas des informations non fondées , cela pourrait décrédibiliser cet organe de presse. Je pense en effet qu’un journal qui se veut sérieux ne peut pas publier des informations sur la base des supputations et commérages de quartiers, qui plus est il s’agit malgré tout d’un membre du gouvernement, il faut faire attention quoi…

Poster un commentaire