HABANA

 

Mis en branle dimanche 4 juillet à l’aube, le convoi composé de dizaines de militaires et de personnels civils est en route pour Bangui où le Gabon est engagé au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca). Il a 6 000 kilomètres à parcourir avant d’arriver à la capitale centrafricaine en passant par le Cameroun.

Le convoi se mettant en route, le 4 juillet 2021, à Libreville. © L’Union

 

Parmi les plus constants dans la lutte pour le retour de la paix et de la sécurité en Centrafrique, le Gabon vient de donner une nouvelle preuve de son engagement en prévoyant la mise à disposition au bénéfice de ses soldats sur place des équipements pour leur permettre de mener à bien leur mission dans le cadre de la Minusca. Pour ce faire, le dimanche 4 juillet à 4 heures du matin, à la Base aérienne 01, à Libreville, 42 véhicules ont pris la route pour Bangui. Il s’agit d’un nouveau convoi militaire composé de dizaines d’officiers, sous-officiers, militaires du rang et personnels civils, précise ce lundi 5 juillet le quotidien L’Union.

Le convoi aura à parcourir 6 000 kilomètres avant d’atteindre la capitale centrafricaine. «Ce convoi va traverser une partie du territoire de la République sœur du Cameroun jusqu’à la frontière avec la République centrafricaine», a précisé le chef d’état-major des forces armées gabonaises, le Général de Division Yves Ditengou.

Pour lui éviter d’éventuelles difficultés sur le chemin, les autorités camerounaises ont promis de mettre à la disposition du convoi une escorte motorisée et une unité de protection de la Brigade d’intervention rapide (BIR), ceci depuis l’entrée des Gabonais sur le territoire camerounais jusqu’à la frontière avec la RCA. Les membres du convoi bénéficieront également de l’hospitalité des autorités du Cameroun qui annoncent la mise à disposition des gîtes d’État.

La mission dudit convoi, explique-t-on, est d’aller équiper le 7e bataillon gabonais de la Minusca en matériel opérationnel afin de permettre aux soldats de travailler dans les meilleures conditions. «Le chef de l’État a consenti d’énormes efforts financiers pour mettre le bataillon gabonais aux normes onusiennes, affichant ainsi sa ferme volonté de contribuer à la restauration de la paix dans ce pays frère où nous sommes engagés sans discontinuer», s’est réjoui le Général de Division Yves Ditengou.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Jesus dit :

    Euh 6000km Lbv – Bangui ??? 😂🤣😂🤣

  2. Gabon dit :

    C’est curieux. Et si c’était des équipement pour les rebelles au moment où les francsis se sentent laisés au profit de la Russie. N’oubliez pas que le Gabon a toujours servi de base arrière pour toutes les opérations de déstabilisation de la France. Congo Brazza pour chasser Lissouba, Benin pour chasser Kerekou, Nigeria pour soutenir le Biaffra. 42 vehicules en temps de crise. Si dans quelques temps vous entendez que les rebelles avancent vers Bangui, c’est que la France s’est entendu avec Bongo et Biya pour chasser pe président actuel et les russes. En échange de quoi?

Poster un commentaire