HABANA

La Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) a annoncé la fermeture de son école primaire à partir du 18 janvier, pour une durée de deux semaines. Cette décision s’inscrit dans le cadre du protocole de riposte contre le Covid-19 élaboré par l’entreprise.

L’école primaire de Comilog sera fermée pour deux semaines, à partir du 18 janvier 2021, dans le cadre du protocole de riposte contre le Covid-19. © D.R.

 

Dans le cadre de son protocole de riposte contre le Covid-19 établi en début d’année, la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) a fermé son école primaire le 18 janvier, pour une durée de deux semaines. «L’école sera fermée à partir de lundi pour deux semaines. Mercredi (le 20 janvier, ndlr) nous lançons l’école à distance graduellement (élémentaire puis maternelle)», a annoncé le directeur des Relations publiques et de la Communication de Comilog.

«Les parents recevront les informations via les canaux habituels : WhatsApp classe, plateforme Internet EDUMOOV/EDUCARTABLE, mails intra COMILOG, affichage sur les établissements», a ajouté André Massard, assurant que la Mission laïque française (MLF) et l’ambassade de France au Gabon sont informées depuis le début de la crise.

Pour les besoins de la circonstance, les responsables de  Comilog ont rencontré un haut gradé de la Police et la Direction générale de l’immigration (DGI), pour leur remettre la liste des personnels de l’école primaire, le protocole Comilog pour le Covid-19 et la liste des personnels testés. «Les trois sites de l’école primaire ont été désinfectés dans la matinée du 15 janvier. Les personnels positifs sont traités sous la surveillance des médecins de Comilog et seront à nouveau testés dans une semaine pour mesurer les effets du traitement», a conclu André Massard.

L’école primaire de Comilog accueille environ 650 élèves de la petite section au CM2 affectés dans 17 classes. Une certification Cambridge permet d’attester du niveau de maîtrise de l’anglais des enfants. De nombreuses activités périscolaires sont proposées aux élèves le soir une fois par semaine après la classe. Des parcours culturels (classes transplantées) et santé sont établis pour tous les élèves fréquentant l’établissement.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Lavue dit :

    Ce qui s’est passé à Moanda, c’est en réalité sous une forme plus réduite ce que le gouvernement français veut faire passer sur le plan nationale à travers le gouvernement fragilisé d’ALI BONGO, condamné à tout accepté, car son pouvoir a et est toujours très contesté du côté de la France. Voyez-vous le COVID tue à 6000 Km du Gabon et les mesures qui y sont prises nous sont imposées à travers un gouvernement bidon. Comment croire qu’on est indépendants. Faut le répéter aux enfants on sera indépendants le jour que la France par la force des choses (comme en Afrique du Nord, Algérie) ne pourra plus se mêler de nos affaires internes et de souveraineté nationale. Pour l’instant on en est malheureusement très loin. Le Gabon n’est plus ou moins qu’un Département Français d’Outre-mer, n’en déplaise à quelques rêveurs, de toute façon il se comporte malheureusement comme tel vis à vis de la France métropolitaine.

Poster un commentaire