GR

Pasteur-assistant, un compatriote d’une trentaine d’années a brûlé au fer à repasser son fils de 8 ans à Mounana, dans la province du Haut-Ogooué. La faute du garçon : avoir égaré la clef de la porte principale de la maison familiale.

Mack Gaivor Mvou Mbiga a été placé sous mandat de dépôt à Franceville. © L’Union

 

C’est une nuit pour le moins infernale que Mack Gaivor Mvou Mbiga a fait passer à son fils Jérémy entre le 11 et le 12 juin courant, à Mounana, dans la province du Haut-Ogooué. Selon le quotidien L’Union, après l’avoir déshabillé et frappé d’abord avec un tuyau de plomberie et par la suite avec un cordon, ce compatriote de 32 ans a décidé de brûler son fils au fer à repasser. Pris en charge à l’hôpital Marcel-Abeke de Moanda, le garçon de 8 ans dont les jours ne sont plus en danger présente des brûlures aux fesses, au dos, au ventre et à la bouche.

Présenté au juge le mardi 16 juin avant de se voir placer sous mandat de dépôt à la prison de Yene, à Franceville, le pasteur-assistant à l’église « Épée du combat » a reconnu avoir infligé ces sévices à son enfant pour une raison banale : la perte par le garçon de la clef ouvrant la porte principale de leur maison. Rien que ça.

«Lundi dernier, je suis sorti de la maison en laissant la clef sur la tablette. À mon retour, vers 20 heures, j’ai constaté que la clef n’y était plus. J’ai demandé aux enfants et aucun d’eux ne m’a répondu. Le lendemain, c’est ma fille de 5 ans qui me dit qu’elle l’a ramassée et l’a remise à son frère. Jérémy m’a dit qu’il a mis la clef dans le sac, mais qu’il ne la retrouvait plus», raconte le père qui dit être rentré dans une colère noire, jusqu’à l’acte.

Si Mack Gaivor Mvou Mbiga assure regretter son geste, ce n’est pourtant que le lendemain de son acte qu’il s’est rendu compte de la gravité des sévices infligés à son fils de 8 ans. «C’est le lendemain, quand je l’ai croisé sur les marches de l’escalier, que j’ai vu et constaté la gravité de ce que je lui avais fait. Pris de remords, j’ai appelé des gens qui me devaient de l’argent pour l’emmener à l’hôpital». C’est d’ailleurs un de ses débiteurs, précise L’Union, qui l’a dénoncé à la police.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Pitié! A Ntare Nzame! Pauvre enfant! Si vous faites des enfants pour les maltraiter ainsi, il vaut mieux ne pas en faire. Et on ne fait pas des enfants non plus pour qu’ils deviennent vos esclaves comme le font les béninois et les togolais avec les petites filles qui deviennent des esclaves chez d’autres personnes. A Ntare Nzame!

    Si on fait un enfant, c’est parce qu’on l’a voulu avec celle qu’on aime. L’enfant qui est le fruit de cet amour entre un homme et une femme doit être l’objet de toute notre attention. On apporte à cet enfant tout l’amour possible.

    Il faut mettre en prison tout ceux qui maltraitent leurs enfants, ou qui en font des esclaves. Et les familles gabonaises qui prennent dans leur foyer ces petites filles togolaises ou béninoises doivent aussi être dénoncées. A Ntare Nzame!!!

  2. Ray Donovan dit :

    Mr Serge Makaya. Vous êtes un abruti enfourcher d’ignorance et d’une calfeutré des plus hilarantes!
    Vous venez ici pour insulter des personnes.
    Premièrement : un enfants de 8 ans donc ce Mr a élevé pris soins pendants 8 ans cet enfants. Mieux il ne l’a par avortée comme la fait ta sœur en le jetant dans la poubelle( Soeur car les gabonais ont cette réputation ) dans une colère non maitrisé ou bien une Léna ce de trop et voilà l’irréparable qui viens d’être commis. Brûler son fils j’imagine le regret de cet homme.
    Mr Makaya vous ouvrez votre bouches remplis de pourriture ( car vous faite sortir ici des propos assez irrespectueux) votre imbécilité notoire est une honte pour nous gabonais. Qui comparer cet actes à des actions des personnes d’autres pays. Qui ont leur manière de vivre ! Avez vous déjà été au Bénin ou Togo pour connaître leurs mœurs et coutumes. Svp silence laissez les personnes instruit et éduquer échanger entre eux

    Ray …..

    • yaali dit :

      si je peux me permettre,Ray imaginez la scene. le pasteur (homme de dieu), branche le fer , attend qu il soit bien chaud et pose (ou decide pour punir cet enfant en le repassant comme un linge froissé) ce fer sur cet enfant de 8 ans. Imaginez ce fer chaud sur votre peau ou celui de votre enfant vulnerable qui ne peux pas ce défendre.En tant que parent, j avoue que j aurai pété un cable comme Mr Makaya. Rien ne peut excuser la violence d un adulte sur enfant.il peut regretter si il veut mais l enfant lui n oubliera jamais

Poster un commentaire