mdas

 

Installés un peu partout dans le monde et particulièrement en Europe, des Gabonais de la diaspora traquent Ali Bongo et son entourage. Par des expéditions punitives, ils se disent prêts à tout pour mener la vie dure aux acteurs du système Bongo. Le mode de résistance de cette diaspora est décrié par des acteurs de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence. Membre de cette galaxie, Victor Missanda dénonce des actes de sauvagerie obscurantiste.

Victor Missanda s’exprimant le 24 novembre. © Gabonreview

 

La situation perdure depuis qu’Ali Bongo s’est installé au pouvoir. Dispersés à travers le monde, des Gabonais de la diaspora le traquent et son entourage. Activistes et farouchement opposés au régime en place, ils veulent en découdre avec le clan Bongo. Entre expéditions punitives et campagnes sur les réseaux sociaux, ils veulent donner plus de résonnance à leurs actions.

Cependant, leur mode de résistance est remis en cause par certains acteurs politiques et particulièrement ceux de la Majorité républicaine et sociale (MRSE), qui regrettent les actes de violence dont sont victimes ces personnalités gabonaises à l’étranger. Membre de cette galaxie, le président de l’Union démocratique et républicaine (Udere), lors de sa récente sortie, a jugé déplorable le fait que certains intellectuels se réclamant de l’opposition, fassent toujours irruption dans des hôtels occidentaux, «particulièrement en France pour y semer des troubles», au nom de la démocratie. Victor Missanda dénonce des actes portant atteinte à l’honorabilité des autorités gabonaises, à la famille Bongo et à Ali Bongo, une «institution de la République et clef de voûte de notre pays».

L’Udere invite Ali Bongo à poursuivre sur sa voie

Le directoire de l’Udere le 24 novembre. © Gabonreview

Le président de l’Udere blâme des «actes de sauvagerie obscurantiste orientés contre la République». Jugeant leurs agissements choquants et humiliants, Victor Missanda estime qu’ils relèvent «d’une époque révolue» qui n’honorent ni les traditions gabonaises ni le pays hors de ses frontières. «Si cette frange de la diaspora nourrissait un tant soit peu l’amour pour ce pays qu’elle revendique tant, elle aurait accepté de revenir sur sa terre natale et participer à sa construction comme l’ont fait d’autres», a commenté Victor Missanda.

L’Udere se satisfait du récent périple diplomatique d’Ali Bongo et lance «un appel à la conscience patriotique, au nationalisme et au ressaisissement immédiat de cette diaspora». Réitérant sa solidarité et sa confiance au président gabonais, Victor Missanda dit approuver les choix politiques d’Ali Bongo mis en œuvre pour dit-il, permettre la relance de l’économie et restaurer l’équilibre du pays. «L’Udere l’invite très respectueusement à ne pas se laisser détourner par les sirènes de la distraction», a déclaré le président de l’Udere.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Victor Missanda,tu es vraiment un pauvre type. A Ntare Nzame, pitié de toi mon fils. Tu es certainement né avant la honte. Les Bongo assassinent, volent, usurpent le pouvoir depuis plus de 50 ans, ça ne te fait rien. Les gabonais de la diaspora traquent ces voyous de Bongo, ça te blesse. Tu devrais aller voir un psychiatre. Car yu souffres, toi aussi, d’une maladie incurable appelée le bongoisme. Pitié de toi, A Ntare Nzame !!

  2. Gayo dit :

    Si des gens crée des parties qui ne représentent que leur personne pour un poste ou aller toucher des centaines des Millions que les Bongo ont voulé avec l’aide de BGFI et Delta Synergie donner la parole à tous les gabonais des mapannes. Si on avait pas un président médiocre qui croit que l’argent des gabonais c’est pour payer des crèves la fin, des 0 comme ça ne devaient faire le bruit pendant qu’on empêche aux vraies gens de parler. Le braquage que la BGFI a fait au Congo pour les Kabila est une goutte d’eau devant tout le mal que les Bongo et le PDG ont fait à ce pays. Le plus grand patriotisme est de défendre les énemies du Gabon qui l’ont tué impunément.

  3. Germain MBA dit :

    C’est vraiment pitoyable d’entendre de soit disant intellos raisonner de la sorte. Cher M MISSANDA, vous avez de bonnes raisons de réitérer votre solidarité et votre confiance à ce régime. Nous parcontre nous n’en avons aucunes. Si je vous suis bien, vous voyez et vous condamnez tout le mal que la dispora cause à ce groupuscule. Vous voyez aussi mais vous ne condamnez pas tout le mal que vous et ce régime causez à tout un peuple.
    Vous savez, le PDG est un virus dangereux dont l’un des symptomes est le bongoïsme. De même que le virus détruit son hôte sans le savoir(il est conçu pour détruire un point c’est tout), de même vous détruisez ce pays par votre ignorance vos soutiens bidons. Vous êtes victime du bongoîsme mais nous finirons bien par trouver un antidote, pas pour vous car votre cas est désespéré(vous criez fièrement votre soutien à des voleurs, usurpateurs, crimminels…), mais pour les millions de gabonais qui souffrent depuis très longtemps.

    VIVE LA DIASPORA VOUS ÊTES LA VOIX DU GABON A L’EXTERIEUR.

    HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

Poster un commentaire