HABANA

 

À la suite d’une récente audience correctionnelle, certains jeunes mis aux arrêts à la suite de la «Révolution des casseroles» ont finalement été jugés non-coupables, le 4 mai dernier. Le tintamarre des casseroles avait mouvementé, de nuit, les rues de Libreville en février, causant deux morts.

Jeff Blampain et Philippe Arsène Owono, activistes ayant passé quelques semaines en détention à la suite du mouvement des casseroles. © D.R.

 

A l’issue du mouvement des casseroles, plusieurs jeunes leaders avaient été interpellés pour avoir appelé à la mobilisation du plus grand nombre en vue de la contestation de certaines mesures anti-covid-19 jugées «suicidaires». Le 4 mai, ils ont été déclarés non-coupables après avoir passés quelques mois en détention.

Au titre des jeunes activistes arrêtés, il y avait notamment Gaël Koumba Ayouné (le Général des Mapanes), Hervé Linga et Philippe Arsène Owono,

Le 4 mai, selon l’association SOS Prisonniers Gabon, Philippe Arsène Owono et Jeff Blampain, incarcérés à la prison centrale de Libreville en mars dernier, ont été déclarés non-coupables du délit d’incitation à la révolte. «Les deux jeunes leaders ont comparu la semaine dernière sans avocat, à l’audience correctionnelle de flagrant délit du tribunal de Libreville», a informé l’association. Le tribunal a également ordonné la mainlevée du mandat de dépôt décerné à leurs encontre.

Si Jeff Blampain et Philippe Arsène Owono recouvreront très bientôt leur liberté de mouvement, rien n’a été annoncé au sujet du Général des Mapanes, Gaël Koumba Ayouné.

 
GR
 

1 Commentaire

Poster un commentaire