TATIE

À l’instar de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille (FSBO) l’ayant récemment ouverte au Gabon, la Caisse des dépôts et consignations a lancé en début de semaine courante sa campagne de lutte et de sensibilisation contre les cancers masculins, baptisée «Movember Blue». Aux côtés des autorités gabonaises, la CDC invite le maximum d’hommes à se faire dépister, notamment du cancer de la prostate.

Le secrétaire général de la CDC (1er en partant de la droite) et les intervenants, dont le Dr Massande Mouyendi (à sa droite). © D.R.

 

Démarrée le 16 novembre dernier à la suite de la campagne Octobre rose, la première édition au Gabon du «Movember Blue», la campagne de lutte et de sensibilisation contre les cancers masculins, dont la prostate est un des plus courants, ne manque pas t’intéresser les administrations publiques du pays. C’est le cas de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) qui a fait le choix d’accompagner les autorités gabonaises et particulièrement la Fondation Sylvia Bongo Ondimba (FSBO) dans ce combat. Du lundi 16 au mardi 17 novembre, l’administration dirigée par Jean-Blaise Ipedissy a en effet réuni à l’auditorium de l’immeuble Arambo à Libreville plusieurs de ses agents ainsi que des fonctionnaires du ministère de l’Économie et de la Relance.

Au menu de cette session de sensibilisation à laquelle a également pris part Édith Ekiri Mounombi Oyoumi, la secrétaire générale du ministère de l’Économie et de la Relance, les participants ont bénéficié deux jours durant de l’expertise de trois membres de la Société gabonaise d’urologie (Sogur), parmi lesquels le Dr Jean Massande Mouyendi, chirurgien-urologue, chef de service d’urologie au Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL). Le président de la Sogur et ses deux collègues ont entretenu leur auditoire sur les risques liés à certaines maladies masculines, la négligence et le bienfondé du dépistage pour prévenir d’éventuelles complications.

«L’objectif visé par cette campagne de sensibilisation est de dépister et de faire prendre conscience à nos compatriotes de l’existence de ces cancers, mais aussi de la nécessité de se faire consulter à partir d’un certain âge», a expliqué le Dr Jean Massande Mouyendi, qui n’a manqué de louer l’initiative des responsables de la CDC.

Pour sa part, Jean-Blaise Ipedissy, le patron de la CDC, justifie le choix de l’administration dont il a la charge par le fait que les cancers masculins sont souvent moins connus que les cancers féminins. Or, le secrétaire général qui précise que son initiative s’inscrit dans le cadre des mécanismes mis en place par le ministère de la Santé pour lutter contre la maladie cancéreuse à travers le Programme national de lutte contre le cancer, assure que des cancers comme celui de la prostate sont parmi les plus meurtriers.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire