mdas

 

L’Institut français du Gabon (IFG) a relancé son Festival Jazz musique classique. Si depuis le 28 septembre, des artistes gabonais se succèdent sur sa scène, cette année l’événement accueille l’orchestre de musique principale des Forces Armées ainsi que le duo Stéphane Belmondo et Sylvain Luc.

Naneth Nkoghe lors de sa prestation à l’ouverture du festival, le 28 septembre 2022. © Facebook/bertillepatricia.ozounguetontchangalt

 

Ouvert depuis le 28 septembre, le Festival Jazz musique classique 2022 organisé par l’Institut français du Gabon (IFG) se tient à Libreville après une bonne période de pause. Sur la scène de l’IFG, se succèdent plusieurs artistes gabonais à l’instar de la célèbre Naneth Nkoghe dont la performance à l’ouverture de l’événement a été jugée «sublime». Elle a pour ainsi dire offert au public, du «jazz avec du saxo en métissage avec des chants rituels». C’est d’ailleurs l’originalité de ce rendez-vous musical qui propose du Jazz autrement, tant se mêlent musique traditionnelle gabonaise et Jazz au sens afro-américain du terme.

«Ce mélange parce que quand on retourne à l’origine du jazz, en réalité c’est un mélange d’expressions artistiques africaines et de rudiments de la musique occidentale», a commenté Antoine Sima. Violoniste gabonais, il a partagé, avec le groupe vocal Mekôm le 29 septembre, son riche répertoire au bonheur des mélomanes. Cette année, le festival accueille l’orchestre de musique principale des Forces Armées qui se produira ce 30 septembre. Une première dans le pays. «Porté par la fierté nationale, la qualité de leur musique est d’ores et déjà reconnue à l’international. Le groupe brille par l’alliance savante de fanfare, musique classique et musique traditionnelle gabonaise revisitée», indique l’IFG dans un communiqué.

A côté d’eux, le célèbre du Sylvain Luc et Stéphane Belmondo. Le premier, rappelle l’IFG, est un «guitariste brillantissime», qui «arpente la planète tel un globetrotter accroché à son manche de guitare». Le second, un «trompettiste de jazz qui cumule les challenges passionnants». 20 ans après «Ameskeri», leur premier album plusieurs fois récompensé, «ces deux incontournables du Jazz français ont décidé de reformer ce duo magique et d’enregistrer un nouvel opus magnifique, lyrique et épuré : «2.0», qu’ils nous présenteront en exclusivité sur la scène de l’IFG». Ils se produiront quant à eux, le 1er octobre, date de la fin du festival.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire