HABANA

 

Deux écoles de musique proposent deux fois par mois à l’Ancienne Sobraga, dans les locaux du Centre Eli, un « Open Mic ». Il s’agit d’un micro ouvert aux apprenants et une possibilité pour le public de monter sur scène. Ceux qui rêvent de vivre l’expérience de la scène, savent donc où se mouvoir !

Le micro ouvert du 12 août à Eli. © Gabonreview

 

Deux fois par mois dans les locaux du Centre Eli à l’Ancienne Sobraga, L’Atelier, une école de formation musicale spécialisée dans le chant, organise avec Rolly’S sund event, une école de musique consacré aux musiciens, un « Open mic » (micro ouvert). Le 12 août sur la scène, musiciens et chateurs s’exprimaient dans ce cadre, devant un public émerveillé et qui en redemandait.

«Les deux structures collaborent pour créer un événement musical toute les deux semaines. C’est ouvert à tout le monde, l’entrée est gratuite, il suffit de venir s’exprimer», a déclaré Lisa Obée, membre de L’Atelier. Le but de ces open mics, a-t-elle indiqué, est d’abord de permettre aux élèves de L’Atelier et de Rolly’s sund event, de s’exprimer musicalement. L’autre intérêt, a-t-elle indiqué, c’est de créer une rencontre entre les musiciens qui travaillent avec Rolly’s sund event, les chanteurs qui se trouvent à L’Atelier et le public qui veut s’exprimer. «On crée juste un espace d’expression».

A L’Atelier, a-t-elle fait savoir, des formations musicales, notamment en chant, sont données. Au programme, des cours de technique vocale et de solfège. «C’est notre première année académique. On a été un peu embêté avec les restrictions anti-covid mais ça va, on se porte plutôt pas mal, on n’a pas à se plaindre», a assuré Lisa Obée. Chanteuse, coach vocale depuis plusieurs années hors du Gabon, la gabonaise qui a regagné son pays en fin 2020, a décidé de tracer son sillon dans cet univers. «Au Gabon, il y a beaucoup de demandes parce que les gens aiment chanter. Chanter c’est dans notre culture». Cependant, a-t-elle souligné, «le problème c’est que les gens ne sont pas formés en musique ici». «Faire de la musique c’est un vrai métier, ça s’apprend comme tous les autres métiers et nous sommes là pour accompagner les personnes intéressées», a-t-elle commenté.

Les formations peuvent s’étendre sur 3 ans. Néanmoins, a-t-elle nuancé, tout dépend de certains critères dont le niveau et les objectifs de la personne. Si certains apprenants ont des acquis qui leur permettent de suivre des formations courtes, d’autres souhaitent être accompagnés en studio, d’autres encore s’améliorer pour l’église, il y en a qui veulent simplement chanter pour le fun ou améliorer leur diction. «Il y a les enseignants par exemple, ces personnes qui parlent beaucoup dans leur métier et qui ont besoin d’apprendre comment respirer sans s’étouffer» a-t-elle expliqué, présentant l’open mic comme un exercice pratique qui permet aux différents apprenants de mettre en pratique leurs compétences.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire