mdas

 

Les travaux du troisième et dernier comité de pilotage du 6e Programme des écosystèmes forestiers de l’Afrique centrale (Ecofac 6), segment politique, se sont ouverts, le 4 juillet à Libreville. Ceux-ci visent à préparer le terrain à NaturAfrica, successeur annoncé d’Ecofac.

Les officiels au lancement des travaux du comité de pilotage d’Ecofac 6, avec Rosario Bento Pais (droite), le 4 juillet à Libreville. © D.R.

 

En vue de préparer le terrain à NaturAfrica au Gabon et dans l’ensemble des pays de Bassin du Congo, l’Union européenne (UE) s’active. Les travaux du troisième et dernier comité de pilotage du 6e Programme des écosystèmes forestiers de l’Afrique centrale (Ecofac 6), segment politique, se sont ouverts, le 4 juillet à Libreville.

«Lors de ce Comité, nous allons pouvoir apprécier ensemble les résultats tangibles des actions financées et, plus encore, les perspectives en termes de capitalisation et de durabilité, sur base des conclusions et des recommandations formulées par le segment technique du comité de pilotage qui s’est tenu la semaine dernière durant 3 jours du 29 juin au 01 juillet», a affirmé l’ambassadrice de l’UE au Gabon.

© D.R.

«Ce travail préalable devrait nous aider à la fois à consolider les acquis du programme Ecofac et de mieux envisager l’avenir en tirant les éléments les plus pertinents qui pourront alimenter la nouvelle initiative NaturAfrica», a ajouté Rosario Bento Pais. Après 30 ans et 6 programme, Ecofac va céder la place à NaturAfrica. Celui-ci sera orientée, en termes de financement,.0 avec des objectifs très concrets à l’instar de l’appui aux populations locales. Il ne sera pas seulement concentré sur la protection et la conservation de la nature, mais aussi au développement durable et la relance verte de toutes des zones et aires protégées.

«NaturAfrica a la particularité de vouloir aborder la question du développement des zones riveraines aux aires protégées en même temps que la conservation. Elle a aussi pour vocation de cibler les paysages prioritaires écologiques transfrontaliers du Bassin du Congo. C’est une initiative phare, emblématique du Pacte Vert qui constitue un élément clef du nouvel instrument de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale, appelé Global Europe, sur la période 2021-2027», a affirmé Rosario Bento Pais.

Ce comité pilotage s’inscrit dans une série d’évènement marquant les festivités des 30 ans d’Ecofac, prévu le 6 juillet. En trois décennies, Ecofac c’est 250 millions euros de financement pour 7 pays et 33 aires protégées. Avec tous les autres programmes menés avec la CEEAC et les pays membres, comme la sécurité maritime, c’était 650 millions d’euros injectés dans la protection des forêts du Bassin du Congo. NaturAfrica ambitionne de faire encore mieux.

 

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Le nouveau programme doit faire une place nette aux communautés locales et aux OSC. La mutualisation des efforts et des intelligences dans le développement durable est plus que nécessaire.

Poster un commentaire