HABANA


Prévus pour huit semaines, les travaux de réfection du pont de Nzeng-Ayong, près du Lycée privé Nyonda Makita, semblent être arrivés à terme après plus de dix mois, au grand bonheur des riverains. Sauf que la voie de contournement ayant dépanné durant ces travaux n’a reçu aucune attention, au grand dam des habitants de cette partie de la ville.

Le pont sur l’axe Mairie – Rond-Point de Nzeng-Ayong, achevé et prêt à l’ouverture. © Gabonreview

 

Plus de dix mois ! C’est le temps qu’il a fallu aux entreprises adjudicataires des travaux de réfection du pont de Nzeng-Ayong pour mener à terme le chantier. En fin de semaine passée, plusieurs engins du BTP ont été mobilisés pour plaquer la dernière couche de bitume. Ce pont est donc désormais prêt à recevoir le trafic.  Un épilogue et un grand soulagement pour les habitants et les usagers de ce tronçon.

Entre non-respect des délais des travaux, problèmes administratifs, retard dans les décaissements des finances, et des études de faisabilité approximatives, le chantier du pont de Nzeng-Ayong est tant bien que mal arrivé à son terme. C’est du moins ce qu’en pensent les habitants du quartier. «On attend maintenant qu’on ouvre la route. Le chantier a duré plus de temps que ce qu’ils avaient eux-mêmes écrit sur le panneau-là. Mais on est quand même soulagé que les travaux soient finis», a dit un riverain.

Si de nombreux usagers empruntent déjà cette route à pieds, il reste qu’ils auraient voulu voir toute la bretelle entre la station-service Ola et le Rond-point de Nzeng-Ayong être entièrement refaite ou du moins, toutes les parties dégradées. Furieux, un autre usager de cette voie tonne. «Après tout ce temps, ils ont seulement colmaté quelques nids de poule sur cette route ! C’est frustrant après près d’un an de fermeture. On aurait pu en profiter pour réfectionner cette bretelle qui se dégrade à vue d’œil».

La Rue Général Michel Nguema défoncée et abandonnée

Quelques images de la voie réfectionnée et de la rue Général Michel Nguéma, entièrement défoncée. © Gabonreview

En effet, durant la fermeture de la voie principale, la ruelle baptisée Général Michel Nguema a été d’un apport considérable. En terre battue, elle a servi, durant le temps de fermeture, de voie de contournement et même de raccourci. Mieux, elle permet de désengorger l’axe Rond-point Nzeng-Ayong – Mairie. Or, au terme du chantier du pont, elle n’a reçu aucune attention, au grand désespoir des riverains.

«Ils sont partis avec leurs engins. Et nous, on va rester avec une route défoncée de partout. Regardez, vous-mêmes ! Avant le détour imposé, cette route était en piteux état, mais pas comme maintenant», a laissé entendre un quinquagénaire dont la maison se trouve près de la ruelle concernée.

Un autre riverain renchérit : «qu’est-ce que ça coûte au ministre des Travaux publics de faire mettre des pavés ici ? Au centre-ville, on est en train d’enlever l’existant pour mettre du neuf alors que nous mourrons de poussière ici en attendant la saison de pluie pour recommencer à patauger dans la gadoue. C’est dommage que nos dirigeants ne voient pas plus loin que leurs intérêts !».

Lors des dernières pluies, les usagers de cette bretelle, aujourd’hui totalement défoncée, étaient obligés de sortir avec deux paires de chaussures, à défaut d’attendre que l’eau baisse dans les crevasses séparant littéralement la route en deux. Jusque-là, il fallait affronter de la boue glissante. Et en ce temps de saison sèche et de soleil, la poussière gagne du terrain. Toutefois, la population espère que le gouvernement n’oubliera pas cette voie qui a pourtant bien servi et qui a vu passer des membres du gouvernement et de hauts cadres de la République durant le chantier du pont.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. UDFR dit :

    juste un peu d’arithmétique:
    8 semaines = 10 mois……

    1 = 0

    2 = 8

    etc….

  2. DadaMid dit :

    Le pays là donne le vertige hein!!

Poster un commentaire